Record depuis le début de l’épidémie : 859 nouveaux cas confirmés en un jour
Rechercher

Record depuis le début de l’épidémie : 859 nouveaux cas confirmés en un jour

Dix personnes de plus dans un état grave au cours de la journée écoulée ; le ministère soupçonnerait les mariages et autres célébrations d'être à l'origine des foyers épidémiques

Des employés préparent de nouvelles unités suite à la propagation de la pandémie de coronavirus au centre médical Sheba de Ramat Gan, le 17 mars 2020 (Crédit : Flash90)
Des employés préparent de nouvelles unités suite à la propagation de la pandémie de coronavirus au centre médical Sheba de Ramat Gan, le 17 mars 2020 (Crédit : Flash90)

Mercredi matin, le ministère de la Santé a confirmé 859 nouvelles infections au cours des 24 heures précédentes, soit le nombre le plus élevé de contamination en une journée en Israël depuis le début de la pandémie.

On compte désormais 25 547 cas depuis le début de la pandémie, et 7 838 cas actifs confirmés actuellement.

Le ministère a déclaré que le nombre de patients dans un état grave était passé à 56, soit dix de plus en l’espace de 24 heures, bien que le nombre de personnes sous respirateur soit resté stable à 24 et que le nombre de décès s’élève toujours à 320.

Le nombre de tests de dépistage effectués mardi était de 20 018, le chiffre le plus élevé depuis le début de la crise, avec un taux de résultats positifs de 3,9 %.

Des personnes portant des masques marchent à Jérusalem, le 24 juin 2020. (Olivier Fitoussi/Flash90)

Le ministère a indiqué mercredi matin que le pourcentage de cas testés positifs depuis minuit était de 5,2 %, contre un taux de 3,9 % mardi.

Selon les données du ministère de la Santé, Jérusalem a enregistré près de 120 cas au cours de la dernière journée ; Ashdod a vu 94 cas depuis mardi matin, soit 764 contre 670 ; Bnei Brak a enregistré un peu plus de 50 cas ; et Tel-Aviv, 46 nouveaux cas.

Le Dr Erez Onn, chef de la division hospitalière au ministère de la Santé, a fait savoir mercredi qu’il y avait un nombre croissant de patients hospitalisés.

« Nous ouvrons de plus en plus d’unités dédiées aux patients atteints de la Covid-19 », a-t-il indiqué au site d’information Ynet. « Les unités se remplissent, et nous constatons une tendance à l’augmentation du nombre de personnes gravement malades ».

Les fonctionnaires du ministère de la Santé auraient fait pression pour imposer un confinement strict dans des dizaines de villes pour contenir l’épidémie.

La Douzième chaîne a rapporté mardi soir que les mesures de confinement recommandées seront plus strictes que les « zones restreintes » actuelles, où les gens sont libres de quitter leur domicile et même d’entrer ou de quitter les zones restreintes pour certaines raisons, selon la chaîne, citant des sources au sein du ministère.

Des Israéliens, dont certains portent des masques de protection, à Tel Aviv le 24 juin 2020. (Miriam Alster/Flash90)

Les zones à isoler seront plus étendues que les zones réglementées, dont la plupart sont constituées de plusieurs rues ou de petits quartiers, d’après la Douzième chaîne.

Les zones susceptibles d’être verrouillées comprennent les villes de Dimona, Kiryat Gat, Ashdod et Ramle. La chaîne a rapporté mercredi que des foyers d’infections s’étaient formés après des mariages et autres célébrations, en particulier dans ces villes.

Le maire de Dimona a fait savoir à la Douzième chaîne que sa famille avait annulé le mariage de sa fille afin de montrer l’exemple.

« J’espère qu’il n’y aura pas de confinement, mais si la tendance se poursuit, il n’y aura peut-être pas le choix », souligne Benny Biton.

Les ministres et les fonctionnaires vont apparemment tenir une série de discussions sur la question au cours des deux prochains jours, et la police a déjà été invitée à se préparer à appliquer les nouvelles restrictions.

« Nous n’avons plus de temps, nous devons faire cela ici et maintenant », a rapporté la Douzième chaîne, citant un fonctionnaire non identifié du ministère de la Santé.

Cependant, la chaîne a cité d’autres fonctionnaires du ministère qui ont qualifié les mesures de confinement proposées de draconiennes, non nécessaires, car il existe maintenant des « traitements efficaces » pour la Covid-19 et « on ne sait pas où se situe la catastrophe ici ».

Les services d’urgence du Magen David Adom dans une structure de dépistage du coronavirus à Ashdod, le 1er avril 2020 (Crédit : Flash90)

Plus tôt dans la journée de mardi, les ministres ont imposé de nouvelles restrictions sur les rassemblements publics afin d’endiguer la hausse du taux d’infection. L’objectif de ces règles, selon les fonctionnaires, était d’éviter un confinement général en calibrant les nouvelles limitations pour atteindre un taux d’infection stable et prévisible qui ne surcharge pas le système de santé.

Les principales restrictions, approuvées lundi dernier par le « cabinet coronavirus », un comité de ministres chargé de la lutte contre le virus, s’appliquent aux salles de manifestations et aux lieux de rassemblement public, qui ont repris du service, avec l’organisation de mariages, de bar mitsvah et de bat mitsvah et d’événements culturels longtemps différés.

Les nouvelles restrictions doivent être approuvées par la commission parlementaire de la Knesset, qui devrait les voter dans un jour ou deux.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...