Rechercher

Recyclage: les fabricants de boissons critiqués pour leur manque de bonne volonté

Le ministère de la Protection environnementale a réagi aux plaintes sur des collectes trop rares, ajoutant que des instructions seront données sur leur fréquence

Un homme recycle des bouteilles à Jérusalem, le 1er février 2022. (Crédit : Nati Shohat/Flash90)
Un homme recycle des bouteilles à Jérusalem, le 1er février 2022. (Crédit : Nati Shohat/Flash90)

Le ministère de la Protection environnementale a averti les fabricants et importateurs de boissons, mardi, qu’ils ne remplissaient pas leurs obligations de collecter au plus vite et à des fins de recyclage les bouteilles qui ont été utilisées.

Cette mise en garde du ministère survient dans le sillage de plaintes déposées par les petits commerces.

La Loi sur le recyclage des bouteilles précise que fabricants et importateurs sont impérativement tenus de collecter au moins 77 % des conteneurs à boissons et que 90 % d’entre eux doivent être vidés « dans un délai raisonnable ». Les bouteilles sont ensuite recyclées et les entreprises concernées doivent présenter des rapports détaillés au gouvernement sur ces collectes.

Les manquements à ces obligations sont passibles d’une amende. Par ailleurs, la consigne payée par les clients lors de l’achat des bouteilles, dans les magasins, doit être remboursée.

La plus grande partie des entreprises du secteur des boissons sont sous contrat avec des firmes qui collectent les bouteilles.

Le ministère a expliqué préparer de nouvelles instructions portant sur la fréquence du ramassage des bouteilles dans les conteneurs.

Un homme trie des bouteilles pour le recyclage à Givat Shaul, à Jérusalem, le 1er février 2022. (Crédit : Nati Shohat/Flash90)

Depuis 2001, année de l’adoption de la Loi sur le dépôt des conteneurs à boissons, une consigne — elle est actuellement de 30 agourot – a été ajoutée au prix de toutes les canettes et de toutes les bouteilles en verre et en plastique contenant 100 millilitres ou 1,5 litre de boisson afin d’encourager la population à les ramener après usage, pour obtenir le remboursement de la consigne.

Un amendement visant à étendre encore cette loi aux bouteilles de 1,5 litre à 5 litres est entré en vigueur en date du 1er décembre.

La législation permet aux consommateurs de ramener jusqu’à 50 bouteilles et autres contenants à la fois dans tous les magasins de plus de 20 mètres-carrés, où ils sont remboursés de la consigne. Ils peuvent, s’ils le préfèrent, se faire remettre un bon d’achat.

Les commerces plus modestes doivent rembourser l’argent des bouteilles achetées chez eux.

Les magasins sont tenus par la loi de rembourser tout contenant estampillé de manière appropriée même si l’un des distributeurs automatiques installés pour la collecte des bouteilles et canettes vides, qui doit a-priori l’accepter, l’a rejeté pour une raison ou une autre.

Les contenants qui ne portent pas l’estampille de dépôt obligatoire doivent être jetés dans la poubelle orange, qui leur est destinée et qui est aussi destinée aux emballages.

Une poubelle de recyclage orange, avec un panneau indiquant les types de déchets qui peuvent être déposés. (Autorisation Tamir Recycling Corporation)

A Jérusalem, où les poubelles seront installées en août – c’est ce que la municipalité a annoncé – elles doivent être placées dans les poubelles générales, qui sont vertes. Elles sont ensuite triées.

Au cours du mois de janvier et du mois de février, plus d’un millier d’Israéliens s’est plaint au ministère de la Protection environnementale, déplorant que les commerces ne respectaient pas le programme de dépôt et de collecte des bouteilles.

Lundi, le ministère a lancé une nouvelle campagne en faveur du recyclage en hébreu et en arabe à la télévision.

Niv Sultan, la star de « Téhéran », la série diffusée sur Apple + TV, apparaît dans le clip de la campagne en hébreu.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...