Rivlin a mis en garde le Premier ministre hongrois contre le « néo-fascisme »
Rechercher

Rivlin a mis en garde le Premier ministre hongrois contre le « néo-fascisme »

Les partis fascistes représentent un "danger réel" pour le monde libre, a déclaré le président à Viktor Orban ; Il a salué son soutien à Israël et sa lutte contre l'antisémitisme

Raphael Ahren est le correspondant diplomatique du Times of Israël

Le président Rivlin, (à droite), accueille le Premier ministre hongrois Viktor Orban dans sa résidence officielle à Jérusalem, le 19 juillet 2018 (Avi Kanner).
Le président Rivlin, (à droite), accueille le Premier ministre hongrois Viktor Orban dans sa résidence officielle à Jérusalem, le 19 juillet 2018 (Avi Kanner).

Le président Reuven Rivlin a mis en garde jeudi le Premier ministre hongrois Viktor Orban contre la montée du néo-fascisme, dans ce qui semblait être une attaque contre le leader d’extrême-droite.

« Je sais ce que vous faites contre l’antisémitisme. Je suis au courant des efforts. Mais nous devons nous rappeler, quand nous disons plus jamais ça – que le néo-fascisme et les mouvements néo-fascistes sont un réel danger pour l’existence même du monde libre », a déclaré Rivlin à Orban, s’exprimant en anglais.

« Cela amène le racisme, cela amène la haine » contre la religion ou la nationalité de ses cibles, a-t-il ajouté.

Les critiques accusent Orban, le chef du parti nationaliste hongrois Fidesz, de faire régresser la démocratie hongroise et d’alimenter l’antisémitisme.

Accueillant le dirigeant hongrois dans sa résidence officielle à Jérusalem, M. Rivlin a déclaré qu’Israël se considère comme un État juif et est donc responsable du bien-être des Juifs dans le monde entier.

Pourtant, il a souligné qu’Israël ne mène aucune sorte de « guerre religieuse » et qu’il est plutôt fier d’accorder à tous ses citoyens le droit de pratiquer leur religion comme bon leur semble.

Le président a également remercié M. Orban pour l’attitude positive de son gouvernement à l’égard de l’État d’Israël.

« Vous êtes un grand défenseur d’Israël au sein de nombreuses organisations internationales et nous vous en sommes très reconnaissants », a-t-il ajouté.

Orban, dans ses déclarations, a ignoré la mise en garde de Rivlin contre le « néo-fascisme » en Hongrie, en se concentrant sur les relations bilatérales et les efforts de son gouvernement pour combattre l’antisémitisme et soutenir la communauté juive locale.

« C’est une communauté authentique. Ces familles qui ont survécu à la Seconde Guerre mondiale et à la Shoah. Et elles sont toujours là », a-t-il déclaré, s’exprimant également en anglais.

Le fait que la Hongrie abrite la plus grande communauté juive d’Europe centrale, et l’une des plus grandes du continent tout entier, « crée une responsabilité particulière » pour son gouvernement, a ajouté M. Orban.

« Nous ressentons cette responsabilité et nous remplissons nos obligations de défendre tous les citoyens de notre pays, quelles que soient leur religion, leurs croyances, leur origine ethnique », a-t-il précisé, réitérant son engagement d’avoir une « tolérance zéro » à l’égard de l’antisémitisme.

« Malheureusement, la forme moderne de l’antisémitisme prend de l’ampleur dans les pays d’Europe de l’Ouest, mais heureusement, en Europe centrale, elle diminue », a-t-il poursuivi.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...