Rechercher

Roumanie: 1er hommage aux réfugiés de la Shoah morts lors du torpillage du Struma

Une cérémonie a été organisée en l'honneur des Juifs tués lorsque le sous-marin de l'Armée rouge a pris leur bateau pour un navire hostile ; un seul a survécu à l'attaque de 1942

L'ambassadeur d'Israël en Roumanie David Saranga (à droite) et le contre-amiral roumain Mihai Panait assistent à une cérémonie de commémoration des victimes de la noyade du navire Struma à l'occasion du 80e anniversaire de cet événement à Constanţa, en Roumanie, le 22 février 2022. (Avec l'aimable autorisation de l'ambassade d'Israël en Roumanie via JTA)
L'ambassadeur d'Israël en Roumanie David Saranga (à droite) et le contre-amiral roumain Mihai Panait assistent à une cérémonie de commémoration des victimes de la noyade du navire Struma à l'occasion du 80e anniversaire de cet événement à Constanţa, en Roumanie, le 22 février 2022. (Avec l'aimable autorisation de l'ambassade d'Israël en Roumanie via JTA)

JTA – Des responsables roumains ont pour la première fois commémoré les victimes du naufrage, il y a 80 ans, du Struma, un navire qui transportait des centaines de réfugiés de la Shoah depuis la Roumanie.

La cérémonie a eu lieu mardi dans la ville côtière de Constanţa, dans le sud de la Roumanie, d’où le navire a pris la mer en 1942 avec à son bord environ 769 réfugiés, dont plus de 100 enfants, ainsi que 10 membres d’équipage.

En 1942, un sous-marin de l’Armée rouge a pris le Struma pour un navire hostile après que les autorités turques l’aient remorqué de son quai à Istanbul pour le laisser dans les eaux internationales sans moteur en état de marche ni ancre. Le sous-marin a torpillé le navire, ne laissant qu’un seul survivant.

Au cours de la cérémonie, à laquelle ont assisté environ 80 personnes, le contre-amiral roumain Mihai Panait, commandant supérieur de la marine du pays, et Florin Goidea, directeur du port de Constanţa, ont déposé des gerbes de fleurs sur les eaux à côté du quai d’où le Struma a pris la mer.

« C’est la première fois que la Roumanie commémore officiellement la tragédie du Struma sur le sol roumain, et cela fait partie des efforts des gouvernements successifs de ces dernières années pour faire face au passé et aux événements de l’époque de l’Holocauste, lorsque la moitié de la communauté juive du pays a été assassinée », a déclaré à la Jewish Telegraphic Agency David Saranga, ambassadeur d’Israël en Roumanie, qui a également assisté à l’événement.

Dans son discours, l’amiral Panait a reconnu ce fait historique.

« Nous commémorons aujourd’hui non seulement un événement tragique, mais nous ramenons aussi l’attention sur les souffrances causées par la répression des Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale », a-t-il déclaré.

Un monument portant les noms des Juifs tués il y a 70 ans lorsque le SS Struma, le navire sur lequel ils se trouvaient en tant que réfugiés en route vers la Palestine, a été coulé par une torpille soviétique en mer Noire, entraînant la mort de toutes les 779 personnes à bord, sauf une, le 24 février 2012. (AP Photo/Vadim Ghirda)

La Roumanie faisait partie de l’Axe Rome-Berlin dirigé par les nazis et était un allié de l’Allemagne d’Adolf Hitler.

« Nous devons réagir immédiatement pour combattre toute forme d’intolérance, de discrimination ou de racisme. La meilleure réponse à de tels défis est l’éducation honnête et responsable », a déclaré M. Panait.

Dans son discours, M. Saranga a également noté la persécution des Juifs roumains par leurs compatriotes, mais a fait remarquer que les Juifs roumains auraient pu atteindre le territoire pré-étatique d’Israël si ce n’était pour le refus des autorités britanniques de laisser entrer les réfugiés, ce qui les a laissés à la merci des Turcs.

« Pendant 10 semaines, les passagers du Struma ont été abandonnés dans le port d’Istanbul, en raison du refus du gouvernement britannique de les laisser entrer en Israël », a-t-il déclaré.

Saranga a raconté l’histoire de l’une des victimes, Isac-Itzhak Terkatin, 26 ans, un survivant du vicieux pogrom d’Iași de juin 1941, perpétré par les Roumains contre leurs voisins juifs.

Terkatin « espérait émigrer en Israël » et a aidé d’autres personnes à partir avant d’embarquer sur le Struma malgré les risques, a déclaré Saranga. « Son rêve ainsi que celui de 768 autres Juifs ont péri dans l’abîme de l’indifférence ».

Des journalistes du Times of Israel ont contribué à ce reportage.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...