Roumanie : tollé après un photomontage du chef de l’État en Hitler
Rechercher

Roumanie : tollé après un photomontage du chef de l’État en Hitler

Klaus Iohannis, grimé en Hitler, a suscité de vives réactions du monde politique sur fond de fortes tensions entre la présidence et le gouvernement

Capture d'écran d'une séquence vidéo montrant le président roumanien Klaus Iohannis grimé en Hitler. (Crédit : Facebook)
Capture d'écran d'une séquence vidéo montrant le président roumanien Klaus Iohannis grimé en Hitler. (Crédit : Facebook)

Un photomontage publié par un ténor de la gauche roumaine au pouvoir et présentant le chef de l’Etat Klaus Iohannis, d’origine allemande, grimé en Hitler a suscité lundi de vives réactions du monde politique sur fond de fortes tensions entre la présidence et le gouvernement.

Un court clip vidéo posté sur Facebook par le principal conseiller du gouvernement, Darius Valcov, comprend un photomontage du chef de l’Etat affublé de la mèche et de la moustache d’Adolf Hitler accompagné du commentaire « Heil Iohannis ». Le même message assimile l’association représentant la minorité allemande de Roumanie (FDGR) à une « organisation nazie ».

« Ce clip (…) est extrêmement grave, portant atteinte au prestige de la présidence et à la mémoire des victimes de la Shoah », s’est indigné le parti national-libéral (droite, PNL), demandant la démission de M. Valcov.

Ces images ont suscité des centaines de commentaires négatifs, avant d’être effacées par le conseiller, un ancien ministre des Finances (2014-2015) condamné en première instance en février à huit ans de prison pour corruption et toujours membre de premier plan du parti social-démocrate (PSD, au pouvoir).

De telles attaques « sont déplorables, d’autant plus lorsque que la Roumanie se prépare à assumer la présidence tournante de l’UE », le 1er janvier 2019, a déclaré à l’AFP le président du FDGR, Paul-Jurgen Porr, précisant que son groupe enverrait une lettre à Mme Dancila pour « exiger le limogeage de M. Valcov ».

La ministre du Travail Olguta Vasilescu avait déjà provoqué un tollé il y a dix jours en estimant que le chef de l’Etat, « en tant qu’Allemand, faisait vraiment preuve de culot en parlant de ‘gazage' ». Elle faisait référence à des propos de M. Iohannis qui a critiqué l’usage disproportionné de gaz lacrymogènes lors d’une manifestation contre le gouvernement le 10 août.

Le Conseil de lutte antidiscrimination (CNCD) a reçu plusieurs plaintes de personnes s’étant senties « offensées » par Mme Vasilescu, a indiqué à l’AFP le porte-parole de cet organisme, Istvan Haller.

Lors d’une visite la semaine dernière de son homologue allemand Heiko Maas, le chef de la diplomatie roumaine Teodor Melescanu a assuré « fermement désavouer toute prise de position portant atteinte à l’image de la minorité allemande ».

Le président Iohannis (centre droit) est en conflit ouvert depuis des mois avec le gouvernement PSD qu’il accuse notamment de multiplier les réformes portant atteinte à l’indépendance de la justice. Elu en 2014, il est issu de la minorité allemande de Roumanie, une communauté linguistique installée en Roumanie depuis le 12e siècle et qui compte aujourd’hui quelque 36 000 représentants contre plus de 700 000 entre les deux guerres.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...