Rechercher

Sharon Alroy-Preis insultée lors d’une présentation sur les vaccins pour enfants

Les utilisateurs des réseaux sociaux s'en prennent à la responsable lors d'un événement en ligne du ministère de la Santé visant à expliquer la campagne d'inoculation COVID-19

Capture d'écran de la vidéo de la directrice de la santé publique du ministère de la Santé, le Dr Sharon Alroy-Preis, à gauche, et du comédien Nadav Abuksis, lors d'une émission ministérielle sur les vaccinations COVID-19, le 9 novembre 2021. (Crédit : Facebook)
Capture d'écran de la vidéo de la directrice de la santé publique du ministère de la Santé, le Dr Sharon Alroy-Preis, à gauche, et du comédien Nadav Abuksis, lors d'une émission ministérielle sur les vaccinations COVID-19, le 9 novembre 2021. (Crédit : Facebook)

Un flot de messages haineux a été dirigé vers une importante responsable du ministère de la Santé lundi soir, alors qu’elle participait à une émission en ligne visant à calmer les inquiétudes du public concernant les vaccins COVID-19 pour les enfants.

La Dr Sharon Alroy-Preis, responsable de la santé publique au ministère de la Santé et conseillère importante du gouvernement en matière de COVID, a été menacée à plusieurs reprises par des anti-vaccins et des théoriciens du complot qui la considèrent comme le visage public de l’effort d’inoculation du système de santé.

« Monstre », a écrit un utilisateur alors qu’Alroy-Preis était rejointe par le comédien Nadav Abuksis dans la transmission en direct sur la page Facebook du ministère de la Santé.

Mme Alroy-Preis répondait aux questions du public sur les vaccins, qui devraient être approuvés en Israël cette semaine, mais certains en ont profité pour l’attaquer.

« Disparais du monde, sorcière », a écrit un utilisateur. Parmi les autres railleries, citons « tu ne veux pas savoir ce que je souhaite pour toi » et « quelqu’un devrait la gifler ».

Abuksis a également été pris pour cible, un utilisateur écrivant : « Combien d’argent Nadav reçoit-il pour coopérer avec des meurtriers ? ».

D’autres ont envoyé des messages de soutien, remerciant Alroy-Preis pour son travail et lui offrant des encouragements tout en condamnant ceux qui la critiquaient.

La diffusion a été organisée alors que le ministère de la Santé a annoncé lundi que la réunion de mercredi d’un groupe consultatif qui décidera de l’approbation des vaccins contre le coronavirus pour les enfants âgés de 5 à 11 ans se tiendra à huis clos.

« Toutes les considérations pour et contre cette décision ont été délibérées, y compris la possibilité d’avoir un dialogue libre et ouvert sur une question aussi sensible et cruciale dans un contexte de discours violent généralisé, qui pourrait avoir un impact sur le déroulement de la réunion », a déclaré le ministère.

« Certaines personnes craignent d’être exposées et de recevoir des menaces potentielles de la part des opposants au vaccin », a déclaré la Dr Tal Brosh, membre du panel et responsable des maladies infectieuses au ministère de la Santé, à la Douzième chaîne.

Le ministère de la Santé a diffusé la semaine dernière les délibérations concernant l’autorisation du vaccin pour les enfants, afin de répondre aux accusations d’opacité du processus décisionnel. Le ministère de la Santé a autorisé le public à écouter pendant cinq heures, dans un souci de transparence, et certains membres du public préalablement approuvés ont été autorisés à poser des questions en temps réel.

La discussion a eu lieu quelques jours après que la Food and Drug Administration (FDA) américaine a autorisé le vaccin pour cette tranche d’âge, ouvrant ainsi la voie à la vaccination des enfants plus jeunes aux États-Unis.

On s’attend à ce que le ministère de la Santé suive l’exemple de la FDA et approuve le vaccin pour les enfants âgés de 5 à 11 ans.

Jamie Onofrio Franceschini, 11 ans, avec l’infirmière Rosemary Lantigua qui prépare une seringue avec la première dose du vaccin Pfizer-BioNTech COVID-19 pour les enfants de 5 à 12 ans à l’hôpital pour enfants de Montefiore, le 3 novembre 2021, dans le quartier du Bronx à New-York. (Crédit : AP/Mary Altaffer)

Dimanche, la Douzième chaîne a rapporté que la police a décidé de renforcer la sécurité autour du directeur général du ministère de la Santé, Nachman Ash, en élevant son niveau de menace à six, le même que celui d’Alroy-Preis.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...