Rechercher

Sheikh Jarrah : deux suspects arrêtés pour avoir incendié une habitation juive

Bennett a dénoncé "ceux qui, des deux côtés" enflamment le quartier de Jérusalem-Est ; Gantz réprimande Ben Gvir : "ce n'est pas un jeu"

La police monte la garde dans le quartier de Sheikh Jarrah, à Jérusalem-Est, le 13 février 2022. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)
La police monte la garde dans le quartier de Sheikh Jarrah, à Jérusalem-Est, le 13 février 2022. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

La police israélienne a annoncé lundi avoir arrêté deux individus soupçonnés d’avoir lancé une bombe artisanale sur une habitation juive dans le quartier Sheikh Jarrah, à Jérusalem-Est.

La maison était vide au moment de l’incident – qui a contribué à l’escalade des tensions dans ce quartier sensible et qui a mené à des affrontements samedi et dimanche. Un policier entré dans la maison en flammes a été légèrement blessé par des inhalations de fumées toxiques.

Les agents ont trouvé des cocktails Molotov, des gants et une casquette alors qu’ils perquisitionnaient le logement de l’un des suspects, a noté un communiqué des forces de l’ordre qui a indiqué que les services de sécurité du Shin Bet avaient pris par aux arrestations.

Les suspects, qui sont âgés d’une vingtaine d’années, ont été pris en charge par le Shin Bet, qui va les interroger. L’enquête est actuellement en cours.

Le ministre de la Défense, Benny Gantz, a salué ces arrestations.

« Les activités terroristes et les violences entraîneront une réponse ferme à l’encontre de leurs auteurs », a écrit Gantz sur Twitter. « L’État d’Israël exercera sa souveraineté et fera respecter la loi en assurant le maintien de l’ordre à Jérusalem et dans toutes les zones placées sous son autorité ».

Cette photo, diffusée par la police israélienne, montre les cocktails molotov saisis dans l’habitation d’un individu qui aurait lancé une bombe artisanale contre une maison habitée par des Juifs dans le quartier Sheikh Jarrah de Jérusalem-Est, le 14 février 2022. (Crédit : Police israélienne)

Gantz a interpelé le député d’extrême-droite Itamar Ben Gvir et d’autres législateurs, les accusant d’exploiter politiquement les tensions à Sheikh Jarrah.

Ben Gvir, membre du parti d’extrême-droite Sionisme religieux, a établi un bureau improvisé dans le quartier de Sheikh Jarrah, dimanche – il consiste en une table installée sous un auvent – en soutien à la communauté juive du secteur, a-t-il fait savoir. Les agents ont démantelé le bureau improvisé dimanche, mais pas dans sa totalité.

« Vous agissez contre les intérêts sécuritaires, diplomatiques et sociaux du pays. Ne nourrissez pas ces violences… Ce n’est pas un jeu, ce sont des vies humaines », a dit Gantz.

De son côté, le Premier ministre Naftali Bennett s’est également exprimé sur les tensions à Sheikh Jarrah.

« Nous n’avons pas besoin de provocateurs qui viennent enflammer la zone parce qu’ils poursuivent de simples objectifs politiques. Nous n’avons pas besoin qu’Ofer Cassif, Ben Gvir, ou [Ahmed] Tibi dirigent Jérusalem à notre place », a-t-il déclaré aux journalistes avant son départ pour Bahreïn, où il va faire sa toute première visite officielle, évoquant deux députés de la Liste arabe unie, un parti majoritairement arabe.

Le chef du gouvernement a indiqué qu’un déploiement supplémentaire de policiers serait envoyé dans le quartier pour maintenir le calme. « Une situation où des habitations juives sont incendiées au sein de la capitale d’Israël n’est pas tolérable », a-t-il continué.

« Nous allons nous occuper de cela et nous apporterons aux résidents de la ville la stabilité et la sécurité. C’est la responsabilité du gouvernement d’Israël, ce n’est celle de personne d’autre. »

Itamar Ben Gvir arrive à son bureau après avoir été apparemment blessé à la la tête, la nuit précédente, dans des affrontements à Sheikh Jarrah, un quartier de Jérusalem-Est, le 14 février 2022. (Crédit : Flash90)

Le leader de l’opposition Benjamin Netanyahu pour sa part, a fait part de son soutien à Ben Gvir, qui a été filmé en train de s’évanouir pendant des affrontements avec la police, dans la nuit de dimanche.

« Je condamne sans équivoque les actes de violence à l’encontre du député Itamar Ben Gvir. Ce n’est pas ‘Sheikh Jarrah’, c’est Jérusalem, c’est notre capitale », a-t-il déclaré pendant une réunion de la faction du Likud.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...