Évasion à Gilboa : Les six fuyards auraient exploité une faille structurelle
Rechercher

Évasion à Gilboa : Les six fuyards auraient exploité une faille structurelle

Six prisonniers sécuritaires palestiniens se sont échappés ; il y aurait déjà eu une tentative d'évasion manquée dans ce centre de détention de haute sécurité en 2014

Les personnels de sécurité israéliens aux abords de la prison de Gilboa, dans le nord d'Israël, le 6 septembre 2021. (Crédit : Jalaa MAREY / AFP)
Les personnels de sécurité israéliens aux abords de la prison de Gilboa, dans le nord d'Israël, le 6 septembre 2021. (Crédit : Jalaa MAREY / AFP)

Les responsables des services de sécurité ont indiqué, lundi matin, qu’ils estimaient que six prisonniers palestiniens étaient parvenus à s’échapper de la prison de Gilboa – l’évasion a eu lieu cette nuit – en raison d’une faille dans sa construction.

« Il apparaît dans notre enquête initiale que les détenus n’ont rien creusé [comme envisagé et rapporté initialement, NDLR] ; il semble plutôt qu’une plaque qui recouvrait le trou [par lequel ils se sont échappés] a été enlevée », a commenté Katy Perry, commissaire du service des prisons, auprès des journalistes, quelques heures après cette évasion.

Le ministre de la Sécurité intérieure Omer Barlev a fait savoir que les enquêteurs se penchaient sur la possibilité d’une aide extérieure apportée aux fugitifs.

« C’est un incident grave. Nous rattraperons les fuyards », a affirmé Barlev, lundi matin. « Il faudra un jour ou deux, une semaine ou deux – mais on les rattrapera. »

Barlev a ajouté qu’il semblait que l’évasion avait été planifiée « de manière précise et détaillée », notant qu’il était « probable que les détenus aient bénéficié d’une aide extérieure ».

Le ministre a ajouté qu’il ne pensait pas que les fugitifs avaient prévu de commettre un attentat terroriste, « mais je ne suis pas devin et nous prenons en considération toutes les possibilités ».

Sur cette photo fournie par les services carcéraux israéliens, le trou dans le sol utilisé par six prisonniers palestiniens pour s’échapper de la prison de Gilboa, dans le nord d’Israël, le 6 septembre 2021. (Crédit : Service israélien des prisons via AP)

Les six détenus se sont échappés de la prison de haute-sécurité de Gilboa, dans le nord d’Israël, aux premières heures de lundi, en empruntant le système d’écoulement de leur cellule. Cet incident est l’une des plus importantes évasions de toute l’histoire du pays et a entraîné une chasse à l’homme massive dans le nord de l’État juif et en Cisjordanie.

Les six prisonniers sécuritaires palestiniens qui se sont évadés de la prison de Gilboa, le 6 septembre 2021. (Capture d’écran)

Un grand nombre de policiers ont été appelés en renfort et recherchent actuellement les six détenus à l’aide de drones et d’hélicoptères. L’armée et le Shin Bet participent également à ces recherches et des barrages routiers ont été installés.

Le chef terroriste Zakaria Zubeidi arrive à une audience de la cour militaire d’Ofer, le 28 mai 2019. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Quatre des six fuyards avaient écopé d’une peine de prison à vie en lien avec des attentats terroristes meurtriers commis contre des Israéliens ; le cinquième – un célèbre commandant du groupe terroriste des Brigades des martyrs d’Al-Aqsa, Zakaria Zubeidi — était en prison en attente de son procès où il doit répondre d’une vingtaine de crimes et notamment de tentative de meurtre. Un autre se trouvait en détention administrative. Tous sont considérés comme très dangereux.

Il y avait eu une tentative d’évasion de la prison de Gilboa en 2014, lorsque des gardiens avaient découvert un tunnel creusé sous des toilettes. Les huit détenus qui avaient été soupçonnés d’avoir aidé à creuser ce tunnel étaient des membres du Jihad islamique palestiniens et partageaient à la fois la cellule et les toilettes. Le tunnel n’avait été découvert qu’après des fouilles extensives, avant que les prisonniers ne réussissent à prendre la fuite.

Le personnel de sécurité inspecte une cellule après l’évasion de six prisonniers palestiniens par un tunnel, dans la prison de Gilboa, dans le nord d’Israël, le 6 septembre 2021. (Crédit : Service israélien des prisons via AP)

Barlev a expliqué lundi que cette tentative d’évasion, en 2014, avait permis aux responsables de réaliser la faille dans la construction du bâtiment – une faille qui, de toute évidence, n’a pas été prise en charge de manière adéquate depuis.

« Je suis allé dans la cellule d’où les prisonniers se sont échappés », a déclaré Barlev aux journalistes. « D’un côté, on peut voir le béton qui a été ajouté après 2014 mais de l’autre côté, après le dégagement de la douche, il n’y a rien », a-t-il dit.

Le ministre de la sécurité intérieure Omer Barlev, à gauche, examine des cartes avec des responsables de la police pendant une chasse à l’homme à la poursuite de six prisonniers sécuritaires palestiniens qui se sont échappés de la prison de Gilboa, dans le nord du pays, le 6 septembre 2021. (Crédit : ministère de la Sécurité intérieure)

Arik Yaacov, commandant du nord des services carcéraux israéliens, avait indiqué dans la matinée que les responsables enquêtaient toujours sur la manière dont les détenus étaient parvenus à prendre la fuite.

« Une enquête est ouverte sur cet incident et nous étudions ce qui s’est passé », a-t-il dit aux journalistes. « Un tunnel n’a pas exactement été creusé : il y a un élément dans les structures des cellules de la prison qui a été exploité. » Il a ajouté qu’il semblait qu’il y avait « une faille dans les structures construites sur des colonnes – une faille dont les prisonniers ont apparemment profité ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...