Israël en guerre - Jour 253

Rechercher

Soros « bouleversé » par la campagne « antisémite » à son encontre en Hongrie

Un slogan l'accuse de chercher à s’ingérer dans la politique intérieure en poussant la Hongrie à accueillir des réfugiés

Le milliardaire américain George Soros, lors d'un forum économique à Trente, Italie en 2012. (Crédit : Niccolò Caranti/CC BY-SA 3.0/WikiCommons)
Le milliardaire américain George Soros, lors d'un forum économique à Trente, Italie en 2012. (Crédit : Niccolò Caranti/CC BY-SA 3.0/WikiCommons)

Le milliardaire juif américain George Soros s’est dit « bouleversé » mardi par la campagne d’affichage « antisémite » financée par le gouvernement hongrois pour dénoncer son influence dans son pays d’origine.

« Je suis bouleversé par la façon dont le régime hongrois actuel utilise l’imagerie antisémite dans le cadre de sa campagne délibérée de désinformation », a déclaré George Soros, 86 ans, dans un communiqué.

L’affiche en question, dont plusieurs milliers d’exemplaires ont été placardés dans les rues de Hongrie, montre un portrait rieur de l’homme d’affaires accompagné du commentaire : « ne laissons pas Soros rire le dernier ».

Le slogan fait allusion aux accusations récurrentes du pouvoir hongrois, selon lequel M. Soros, dont la fondation finance de nombreuses ONG en Europe centrale et dans les Balkans, chercherait à s’ingérer dans la politique intérieure en poussant la Hongrie à accueillir des réfugiés.

Les médias locaux ont fait état de graffitis antisémites sur certaines affiches.

La principale organisation juive de Hongrie, Mazsihisz, a accusé le gouvernement de Viktor Orban d’attiser les « sentiments antisémites » et l’a appelé à renoncer à cette campagne d’affichage.

En réaction, des militants et de simples citoyens ont retiré certains posters.

Soros s’est dit « encouragé par le fait que d’innombrables citoyens et les leaders de la communauté juive de Hongrie » se soient exprimés.

Un peu plus tôt mardi, son porte-parole avait jugé que la campagne d’affichage anti-Soros « rappelait les heures les plus sombres de l’Europe » et comportait des « accents clairement antisémites ».

Le gouvernement de Viktor Orban a refusé d’annuler la campagne, invoquant son devoir de défendre la patrie. Il a accusé le « milliardaire spéculateur » de vouloir utiliser sa fortune et les groupes qu’il soutient pour « installer un million de migrants » en Hongrie et dans l’Union européenne.

Samedi, l’ambassadeur d’Israël à Budapest a, à son tour, appelé le gouvernement hongrois à cesser sa campagne d’affichage, mais le lendemain, apparemment à la demande du bureau du Premier ministre Benjamin Netanyahu, le ministère des Affaires étrangères a publié une mise au point.

« Israël déplore toute sorte d’antisémitisme dans n’importe quel pays et se tient aux côtés des communautés juives partout face à la haine », a-t-il dit dans un communiqué. « C’était le seul objectif du communiqué de l’ambassadeur d’Israël ».

M. Netanyahu doit se rendre le 18 juillet en Hongrie.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.