Rechercher

Soupçon de fixation de prix : Shufersal et Strauss perquisitionnés

Des documents et des ordinateurs ont été saisis; les PDG des deux sociétés, ainsi que le patron de la chaîne Victory, feraient l'objet d'une enquête de l'Autorité de la concurrence

Des personnes font des achats de nourriture à Shufersal, le 21 septembre 2020. (Crédit : Yossi Aloni/Flash90)
Des personnes font des achats de nourriture à Shufersal, le 21 septembre 2020. (Crédit : Yossi Aloni/Flash90)

L’Autorité israélienne de la concurrence a fait une descente dans les bureaux de la plus grande chaîne de supermarchés du pays et d’un important fabricant de produits alimentaires et de boissons, les soupçonnant de fixer les prix, ont déclaré les entreprises mardi.

Un certain nombre d’importants responsables de la chaîne de supermarchés Shufersal et de l’entreprise alimentaire Strauss Group, dont le PDG de la première, Itzik Abercohen, ont été interrogés dans le cadre de l’enquête.

Shufersal a confirmé à la Bourse de Tel Aviv qu’Abercohen faisait l’objet d’une enquête et a déclaré que des documents et du matériel informatique avaient été saisis dans les bureaux de la chaîne de supermarchés lors de la descente.

Strauss a également déclaré que des documents avaient été saisis dans ses bureaux et que de hauts responsables avaient été interrogés.

Selon la Douzième chaîne, le PDG du groupe Strauss, Giora Bardea, fait également l’objet d’une enquête.

La Treizième chaîne a rapporté que les téléphones de certains cadres des deux sociétés ont été saisis.

Le PDG de Shufersal Itzhak Abercohen dans une vidéo, le 5 novembre 2021. (Crédit : capture d’écran)

L’Autorité de la concurrence a déclaré examiner un certain nombre de fournisseurs et de magasins, soupçonnés d’avoir enfreint les lois régissant la concurrence, a rapporté l’agence de presse Reuters.

Aucun autre détail n’a été donné et aucune entreprise n’a été officiellement nommée.

Toutefois, le radiodiffuseur public Kan a rapporté que le propriétaire et PDG de la chaîne de supermarchés Victory, Eyal Ravid, a également été convoqué pour être interrogé par l’autorité de la concurrence. Les bureaux de Victory n’ont pas été perquisitionnés.

Le PDG du groupe Strauss, Giora Bardea, assiste à une conférence à Tel Aviv, le 2 décembre 2019. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)

Des hauts responsables de supermarchés et de producteurs alimentaires supplémentaires devraient être convoqués pour être interrogés dans les prochains jours, car ils sont soupçonnés d’avoir fixé les prix via des interviews dans les médias, des communiqués de presse et des rapports financiers, selon le radiodiffuseur public Kan.

Le média n’a pas donné de détails supplémentaires sur la manière dont cela aurait été fait.

La Bourse de Tel Aviv a brièvement interrompu le commerce des actions de Shufersal et Strauss mardi. Celui de Victory n’a pas été interrompu.

Shufersal a déclaré dans un communiqué que la société « agissait conformément à la loi et coopérerait pleinement avec les autorités chargées de faire respecter la loi. »

Une usine Strauss dans la ville de Sderot, dans le sud du pays, le 8 mai 2014 (Crédit : Moshe Shai/Flash90).

Les prix des produits d’épicerie en Israël sont considérés comme une préoccupation permanente pour de nombreuses personnes dans le pays, où le coût de la vie est systématiquement classé comme une question prioritaire pour les électeurs, devançant même les questions de sécurité.

Au cours de la dernière décennie, d’importantes manifestations ont été organisées à la suite d’accusations de gonflement des prix de produits apparemment banals, tels que le fromage blanc et les pots de yaourt au chocolat.

Shufersal et Abercohen étaient déjà sous le feu des critiques ces derniers jours, après le tollé provoqué par le site Internet du supermarché qui proposait des produits moins chers aux consommateurs ultra-orthodoxes.

La semaine dernière, un reportage de la Douzième chaîne a révélé que les produits proposés sur Shufersal Online, un service de livraison de produits alimentaires en ligne géré par la chaîne d’épicerie Shufersal, étaient plus chers que les mêmes produits proposés sur un second site Web destiné aux consommateurs ultra-orthodoxes, qui ne propose que des produits bénéficiant d’une stricte certification casher « mehadrin ».

Abercohen a suspendu le site web de rabais, qui s’adressait aux clients ayant des normes casher strictes et aux familles nombreuses, reconnaissant que cette décision était en lieu et place de l’extension des rabais à tous les clients de Shufersal.

La décision de la chaîne d’épicerie de suspendre le site Web de rabais est intervenue après que le reportage télévisé a suscité une vive émotion parmi ses clients et que le chef de la commission des Affaires économiques de la Knesset, le député Michael Biton, a déclaré qu’il ordonnerait aux PDG de Shufersal et d’autres chaînes de se présenter devant la commission pour une discussion spéciale sur les prix des produits alimentaires.

Illustration : Des clients devant un supermarché Shufersal à Safed, le 6 avril 2020. (Crédit : David Cohen/Flash90)

Les raids de mardi ne sont pas les premiers.

En 2018, le géant laitier Tnuva avait été frappé d’une amende de 25 millions de shekels après avoir admis avoir fixé illégalement les prix avec les chaînes de supermarchés Shufersal et Mega.

L’amende a été imposée à Tnuva en raison d’accords conclus avec les chaînes pour augmenter les prix d’un certain nombre de ses produits, ainsi que d’un accord conclu avec les magasins en 2011 pour fixer un prix uniforme sur le fromage à la crème allégé fabriqué par les trois plus grands producteurs laitiers du pays, afin d’empêcher les deux autres, Strauss et Tara, de pratiquer des prix inférieurs à ceux de Tnuva, a déclaré l’autorité antitrust dans un communiqué. Deux anciens cadres supérieurs de la société avaient également été condamnés à une amende de 75 000 shekels chacun.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...