Rechercher

Stoltenberg: pire crise sécuritaire pour l’OTAN « depuis la Seconde guerre mondiale »

La Russie est une "menace directe" pour la "sécurité" des pays de l'Alliance selon le secrétaire général, qui va renforcer son flanc oriental en réponse à l'invasion de l'Ukraine

Un habitant place un vase avec des fleurs sur une fenêtre brisée de sa maison endommagée par les bombardements russes à Bakhmut, dans la région de Donetsk, en Ukraine, dimanche 26 juin 2022 (AP Photo/Efrem Lukatsky).
Un habitant place un vase avec des fleurs sur une fenêtre brisée de sa maison endommagée par les bombardements russes à Bakhmut, dans la région de Donetsk, en Ukraine, dimanche 26 juin 2022 (AP Photo/Efrem Lukatsky).

La Russie représente une « menace directe » pour la sécurité des pays de l’Otan, réunis en sommet à Madrid, a déclaré mercredi Jens Stoltenberg, le secrétaire général de l’Alliance atlantique, qui va renforcer son flanc oriental en réponse à l’invasion russe de l’Ukraine.

« Nous allons dire clairement », lors du sommet qui doit réviser la feuille de route de l’Alliance pour la première fois depuis 2010, « que la Russie représente une menace directe pour notre sécurité », a-t-il dit.

Le sommet de Madrid est « historique » alors que l’Alliance vit « sa crise sécuritaire la plus sérieuse depuis la Seconde guerre mondiale », a-t-il insisté.

Face à la menace de la Russie, les pays de l’Otan vont décider à Madrid de renforcer leurs « groupements tactiques » présents sur le flanc est de l’Alliance.

Un habitant place un vase avec des fleurs sur une fenêtre brisée de sa maison endommagée par les bombardements russes à Bakhmut, dans la région de Donetsk, en Ukraine, dimanche 26 juin 2022 (AP Photo/Efrem Lukatsky).

L’Otan va également « transformer sa Force de réaction », forte de 40 000 soldats, et porter le nombre de ses forces à haut niveau de préparation « bien au-dessus » de 300 000 militaires, avait dit M. Stoltenberg lundi.

« C’est le remaniement le plus important de notre défense collective depuis la Guerre froide », a-t-il souligné mercredi.

La nouvelle feuille de route de l’Otan, baptisée « concept stratégique » et qui doit être adoptée à Madrid, va également mentionner pour la première fois les « défis » représentés par la Chine « pour nos valeurs, nos intérêts et notre sécurité », a encore dit M. Stoltenberg.

« La Chine n’est pas un adversaire mais nous devons prendre en compte les conséquences pour notre sécurité quand nous voyons la Chine investir lourdement dans de nouveaux équipements militaires », a-t-il poursuivi.

Signe de cette préoccupation, l’Otan a invité cette année les dirigeants japonais et sud-coréen pour la première fois à participer à son sommet.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...