Test réussi pour le « nouveau » système de défense antimissile Arrow-2
Rechercher

Test réussi pour le « nouveau » système de défense antimissile Arrow-2

Les essais ont été organisés par Israël et les Etats-Unis ; l'arme a réussi à abattre le missile-cible dans le centre du pays, dit le ministère de la Défense

Un missile Arrow 3 est lancé à partir de la base aérienne de Palmachim dans le centre d'Israël le 10 décembre 2015. (Ministère de la Défense)
Un missile Arrow 3 est lancé à partir de la base aérienne de Palmachim dans le centre d'Israël le 10 décembre 2015. (Ministère de la Défense)

Israël et les Etats-Unis ont mené un essai sur le système de défense antimissile Arrow 2 au sein de l’Etat juif, dans la journée de mercredi, qui a été couronné de succès, a fait savoir le ministère de la Défense dans un communiqué.

Le système est parvenu à intercepter un missile-cible simulant un missile sol-sol à longue portée transportant une ogive.

La plateforme a été conjointement testée par l’administration de la recherche et du développement de la défense au sein du ministère de la Défense, connu sous l’acronyme MAFAT, les forces aériennes et l’agence de défense antimissile américaine. L’essai s’est déroulé mercredi, tard dans la nuit, dans le centre d’Israël, avec l’aide du groupe Israel Aerospace Industries.

Le ministre de la Défense Benny Gantz a commenté le test, disant que « notre unité technologique d’élite garantit que nous serons toujours en avance d’un pas sur nos ennemis ».

« Nous défendrons les cieux israéliens face à n’importe quelle menace », a continué Gantz.

Le ministère de la Défense n’a pas précisé à quelle altitude le missile avait été intercepté par le système.

« Pendant l’essai, les nouvelles capacités du système Arrow pour prendre en charge les menaces actuelles et futures ont été validées », a continué le ministère de la Défense.

Le système Arrow 2 avait été pour la première fois déployé au mois de mars 2000. Sa première utilisation opérationnelle rapportée remonte au mois de mars 2017, où il avait été utilisé contre un missile syrien sol-air qui avait été lancé vers un avion israélien. A l’époque, des informations avaient laissé entendre que le missile avait coûté presque trois millions de shekels.

Tandis que des centaines de milliers de roquettes et de missiles sont pointés vers l’Etat juif depuis Gaza, le Liban, la Syrie et l’Iran, Israël possède l’un des systèmes de défense anti-aérienne à plusieurs niveaux les plus avancés, créés pour intercepter les missiles à courte, moyenne et longue portée.

L’année dernière, Israël et les Etats-Unis avaient testé avec succès le système Arrow 3, un modèle plus avancé que les systèmes Arrow et Arrow 2. Arrow 3 avait été déclaré opérationnel au mois de janvier 2017 et représente le plus haut niveau du réseau de défense antimissile de l’Etat juif.

Un missile Arrow 3 lancé en test (Crédit : CC BY U.S. Missile Defense Agency, Flickr)

Le système, qui a été développé dans le cadre d’un programme conjoint réunissant les Etats-Unis et Israël, vise à pouvoir intercepter les missiles balistiques intercontinentaux en-dehors de l’atmosphère.

Le niveau le plus bas du système de défense antimissile d’Israël est le Dôme de fer, capable d’abattre les roquettes à courte portée, les petits drones et certains obus de mortier comme ceux qui sont lancés vers l’Etat juif depuis la bande de Gaza ou le sud du Liban.

Au niveau au-dessus se trouve le système de la Fronde de David, qui a été créé pour abattre les projectiles à moyenne portée.

Mais même avec le déploiement de tous les systèmes antimissiles, les responsables de la défense mettent en garde contre le fait que certaines roquettes risqueront inévitablement de traverser les systèmes de défense et de s’abattre sur le territoire israélien.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...