Texte intégral du discours du président allemand au Forum mondial sur la Shoah
Rechercher

Texte intégral du discours du président allemand au Forum mondial sur la Shoah

"Le meurtre industriel de 6 millions de Juifs a été commis par mes compatriotes", a déclaré Steinmeier à Jérusalem. "J'aimerais pouvoir dire que nous avons appris de l'histoire"

Le président allemand Frank-Walter Steinmeier prononce un discours lors du cinquième Forum mondial sur la Shoah au mémorial de la Shoah de Yad Vashem à Jérusalem, le 23 janvier 2020. (ABIR SULTAN / POOL / AFP)
Le président allemand Frank-Walter Steinmeier prononce un discours lors du cinquième Forum mondial sur la Shoah au mémorial de la Shoah de Yad Vashem à Jérusalem, le 23 janvier 2020. (ABIR SULTAN / POOL / AFP)

Ci-dessous, le texte intégral du discours du président allemand Frank-Walter Steinmeier au Forum mondial sur la Shoah à Yad Vashem à Jérusalem, le 23 janvier 2020.

[Il récite la bénédiction en hébreu :] « Béni soit le Seigneur pour m’avoir permis d’être ici en ce jour ».

« Quelle bénédiction, quel cadeau, pour moi de pouvoir m’adresser à vous ici aujourd’hui à Yad Vashem.

Ici, à Yad Vashem, brûle la flamme éternelle en souvenir des victimes de la Shoah. Ce lieu nous rappelle leur souffrance. La souffrance de millions de personnes. Et il nous rappelle leur vie – chaque vie individuelle.

Ce lieu se souvient de Samuel Tytelman, un nageur passionné qui a remporté des compétitions pour le Maccabi de Varsovie, et de sa petite sœur Rega, qui a aidé sa mère à préparer le repas familial pour le Shabbat. Ce lieu se souvient d’Ida Goldish et de son fils de trois ans, Vili. En octobre, ils ont été déportés du ghetto de Chișinău.

Dans le froid glacial de janvier, Ida a écrit sa dernière lettre à ses parents – je cite : « Je regrette du plus profond de mon âme qu’en partant, je n’aie pas réalisé l’importance du moment, […] que je ne t’aie pas serrée dans mes bras, sans jamais te relâcher. »

Les Allemands les ont déportés. Les Allemands ont brûlé des numéros sur leurs avant-bras. Les Allemands ont tenté de les déshumaniser, de les réduire en nombre, d’en effacer toute mémoire dans les camps d’extermination. Ils n’ont pas réussi.

Samuel et Rega, Ida et Vili étaient des êtres humains. Et en tant qu’êtres humains, ils vivent dans notre mémoire. Yad Vashem leur donne, comme il est dit dans le livre d’Isaïe, « une stèle et un nom ».

Moi aussi, je me tiens devant cette stèle en tant qu’être humain – et en tant qu’Allemand. Je me tiens devant leur monument. Je lis leurs noms. J’entends leurs histoires. Et je m’incline dans la plus grande tristesse.

Samuel et Rega, Ida et Vili étaient des êtres humains. Et cela doit également être dit ici : Les auteurs étaient des êtres humains. C’étaient des Allemands.

Ceux qui ont assassiné, ceux qui ont planifié et aidé à l’assassinat, les nombreux qui ont silencieusement franchi la ligne : C’étaient des Allemands. Le massacre industriel de six millions de Juifs, le pire crime de l’histoire de l’humanité, a été commis par mes compatriotes. Cette terrible guerre, qui a coûté bien plus de 50 millions de vies, elle a été menée par mon pays.

75 ans après la libération d’Auschwitz, je me présente devant vous tous en tant que Président de l’Allemagne – je me tiens ici chargé du lourd fardeau historique de la culpabilité.

Mais en même temps, mon cœur est rempli de gratitude pour les mains des survivants qui nous ont été tendues, pour la nouvelle confiance que nous ont accordée les gens en Israël et dans le monde entier, pour la vie juive qui s’épanouit en Allemagne. Mon âme est émue par l’esprit de réconciliation, cet esprit qui a ouvert une voie nouvelle et pacifique pour l’Allemagne et Israël, pour l’Allemagne, l’Europe et les pays du monde.

La flamme éternelle à Yad Vashem ne s’éteint pas. La responsabilité de l’Allemagne n’expire pas. Nous voulons être à la hauteur de notre responsabilité. C’est à cela que vous devez nous mesurer.

Le président allemand Frank-Walter Steinmeier prononce un discours lors du cinquième Forum mondial sur la Shoah au mémorial de la Shoah de Yad Vashem à Jérusalem, le 23 janvier 2020. (RONEN ZVULUN / POOL / AFP)

Je me tiens devant vous, reconnaissant pour ce miracle de réconciliation, et j’aimerais pouvoir dire que notre souvenir nous a immunisés contre le mal.

Oui, nous, les Allemands, nous nous en souvenons. Mais il semble parfois que nous comprenions mieux le passé que le présent. Les esprits du mal apparaissent sous une nouvelle forme, présentant leur pensée antisémite, raciste et autoritaire comme une réponse pour l’avenir, une nouvelle solution aux problèmes de notre époque.

J’aimerais pouvoir dire que nous, les Allemands, avons appris de l’histoire une fois pour toutes. Mais je ne peux pas dire cela alors que la haine se répand. Je ne peux pas dire cela lorsque des enfants juifs se font cracher dessus dans la cour d’école, je ne peux pas dire cela lorsque l’antisémitisme grossier se cache sous une prétendue critique de la politique israélienne. Je ne peux pas dire cela lorsque seule une épaisse porte en bois empêche un terroriste de droite de provoquer un bain de sang dans une synagogue de la ville de Halle, le jour du Yom Kippour.

Bien sûr, notre époque est différente. Les mots ne sont pas les mêmes. Les auteurs ne sont pas les mêmes. Mais c’est le même mal.

Et il ne reste qu’une seule réponse : Plus jamais ça ! Nie wieder !

C’est pourquoi il ne peut y avoir de fin au souvenir. Cette responsabilité a été intégrée dans le tissu même de la République fédérale d’Allemagne dès le premier jour. Mais elle nous met à l’épreuve ici et maintenant. Cette Allemagne ne sera à la hauteur que si elle est à la hauteur de sa responsabilité historique.

Nous luttons contre l’antisémitisme ! Nous résistons au poison qu’est le nationalisme ! Nous protégeons la vie des Juifs ! Nous sommes aux côtés d’Israël !

Ici, à Yad Vashem, je renouvelle cette promesse devant les yeux du monde. Et je sais que je ne suis pas seul. Aujourd’hui, nous nous réunissons pour dire : Non à l’antisémitisme ! Non à la haine !

De l’horreur d’Auschwitz, le monde a déjà tiré des leçons. Les nations du monde ont construit un ordre de paix, fondé sur les droits de l’homme et le droit international. Nous, les Allemands, sommes attachés à cet ordre et nous voulons le défendre, avec vous tous. Parce que nous le savons : La paix peut être détruite, et les gens peuvent être corrompus.

Chers chefs d’État et de gouvernement, je suis reconnaissant qu’ensemble nous prenions cet engagement aujourd’hui : Un monde qui se souvient de la Shoah. Un monde sans génocide.

« Qui sait si nous entendrons encore jamais le son magique de la vie ? Qui sait si nous pouvons nous tisser une toile pour l’éternité ? » Salmen Gradowski a écrit ces lignes à Auschwitz et les a enterrées dans une boîte de conserve sous un crématorium. Ici, à Yad Vashem, elles sont tissées pour l’éternité : Salmen Gradowski, Samuel et Rega Tytelman, Ida et Vili Goldish. Ils ont tous été assassinés. Ils ont perdu la vie à cause d’une haine sans limite.

Mais notre souvenir d’eux permettra de vaincre l’abîme. Et nos actions vaincront la haine. Par ceci, je me lève. Pour cela, j’espère. »

[Il récite la bénédiction en hébreu :] « Béni soit le Seigneur pour m’avoir permis d’être ici en ce jour ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...