Tir d’une fusée iranienne : Américains et Européens poussent l’ONU à agir
Rechercher

Tir d’une fusée iranienne : Américains et Européens poussent l’ONU à agir

Le 27 juillet, l'Iran a testé un lanceur de satellites capable de placer des engins de 250 kilogrammes à une altitude de 500 kilomètres

Des Iraniens prennent des photos d'une réplique de la fusée Simorgh, capable de lancer des satellites, pendant les célébrations du 37ème anniversaire de la République islamique, à Téhéran, le 11 février 2016. (Crédit : AFP/Atta Kenare)
Des Iraniens prennent des photos d'une réplique de la fusée Simorgh, capable de lancer des satellites, pendant les célébrations du 37ème anniversaire de la République islamique, à Téhéran, le 11 février 2016. (Crédit : AFP/Atta Kenare)

Les Etats-Unis, soutenus par la France, le Royaume-Uni et l’Allemagne, poussent le Conseil de sécurité de l’ONU à agir après un récent essai de lanceur de satellites par la République islamique, jugé par les quatre Occidentaux comme une provocation et une menace.

Dans une lettre remise au Conseil de sécurité, l’ambassadrice américaine aux Nations unies Nikki Haley affirme que l’engin testé, « s’il était configuré en missile balistique » pourrait avoir la capacité d’emporter une tête nucléaire.

« Cet essai représente une étape menaçante et provocatrice de l’Iran », affirme la lettre écrite au nom des quatre alliés.

Le 27 juillet, l’Iran a testé un lanceur de satellites capable de placer des engins de 250 kilogrammes à une altitude de 500 kilomètres et a inauguré son premier centre de lancement de satellites dans la province de Semnan, à l’est de Téhéran.

Les Etats-Unis ont déjà appelé plusieurs fois l’ONU à agir contre les essais de missiles iraniens mais la Russie, qui dispose d’un droit de veto au Conseil de sécurité, considère que l’Iran ne viole pas ses engagements.

Les quatre pays occidentaux estiment que le dernier essai iranien est contraire à la résolution 2231 adoptée en juillet 2015 pour entériner un accord nucléaire avec les grandes puissances. Ils jugent que cette résolution interdit à l’Iran les tests de missiles et que la technologie utilisée pour les lanceurs de satellites est identique à celle des missiles balistiques.

A la suite de l’essai iranien, les Etats-Unis ont décrété des sanctions contre six entreprises impliquées, selon eux, dans le programme iranien de missiles.

« La poursuite d’un programme de développement de missiles balistiques contrevient à la résolution 2231 du Conseil de sécurité de l’ONU et a un effet déstabilisant dans la région », affirme la lettre lue par l’AFP.

L’Iran rejette ces accusations, affirmant que ses missiles ne sont pas « conçus » pour porter des charges nucléaires et qu’il n’a pas l’intention de produire des bombes atomiques.

« Le monde ne doit pas permettre à l’Iran de défier le Conseil de sécurité et ses résolutions. Les Etats-Unis resteront vigilants pour s’assurer que l’Iran soit redevable de son comportement », a déclaré Mme Haley.

Le Conseil de sécurité devrait en conclure qu' »une action doit être entreprise » à l’encontre de Téhéran, souligne la lettre. Les Occidentaux demandent à cet égard que le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, fasse un rapport au Conseil de sécurité sur les activités satellitaires et balistiques de l’Iran.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...