Israël en guerre - Jour 284

Rechercher

Transfert de fonds iraniens avant l’échange de prisonniers entre Washington et Téhéran

L'Iran a annoncé saisir la justice contre la Corée du Sud pour ne pas avoir autorisé Téhéran à accéder à ces fonds et demander des dommages à la suite de leur dépréciation

Le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Nasser Kanani, lors d'une conférence de presse, à Téhéran, le 13 juillet 2022. (Crédit : Atta Kenare/AFP)
Le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Nasser Kanani, lors d'une conférence de presse, à Téhéran, le 13 juillet 2022. (Crédit : Atta Kenare/AFP)

Des fonds iraniens gelés d’un montant de six milliards de dollars ont été transférés via le Qatar, ouvrant la voie à un échange de prisonniers entre les États-Unis et la République islamique, ont indiqué lundi des sources proches du dossier.

« Un avion du Qatar se trouve déjà en Iran pour évacuer vers Doha cinq citoyens américains (qui étaient détenus dans ce pays) et deux de leurs proches », selon l’une de ces sources basée à Doha et qui a requis l’anonymat.

« Les Iraniens et les Américains ont été notifiés du transfert depuis la Suisse vers des comptes bancaires au Qatar de l’intégralité des six milliards de dollars », qui étaient gelés en Corée du Sud, a-t-elle ajouté.

L’Iran a confirmé le transfert.

« Nous avons reçu hier une lettre officielle du Qatar indiquant que les comptes de six banques iraniennes avaient été activés, » a déclaré le gouverneur de la Banque centrale iranienne à la télévision d’État.

« Aujourd’hui, l’équivalent de 5 573 492 000 euros a été déposé sur le compte des banques iraniennes auprès de deux banques qataries », a précisé Mohammadreza Farzin.

Le porte-parole du Conseil national de sécurité des États-Unis, John Kirby, s’exprimant lors d’une conférence de presse à la Maison Blanche, à Washington, le 28 novembre 2022. (Crédit : Patrick Semansky/AP Photo)

Il a ajouté que son pays avait l’intention de saisir la justice contre la Corée du Sud pour ne pas avoir autorisé Téhéran à accéder à ces fonds et demander des dommages à la suite de leur dépréciation.

Le transfert de ces fonds n’a pas été confirmé pour le moment par les États-Unis.

Les cinq Américains doivent être échangés contre cinq Iraniens détenus aux États-Unis, selon les termes d’un accord conclu sous l’égide de Doha.

Plus tôt dans la journée, un porte-parole de la diplomatie iranienne avait déclaré que son pays espérait que l’échange se déroule lundi.

« Nous espérons avoir la confirmation aujourd’hui du versement de la totalité » des avoirs débloqués et que « l’échange de prisonniers se fera le même jour », avait indiqué Nasser Kanani à la presse à Téhéran.

« Cinq prisonniers iraniens seront libérés et, en échange, cinq citoyens américains emprisonnés en Iran seront remis à la partie américaine à leur demande », a précisé Kanani.

Apaisement

Parmi les Iraniens libérés, « deux retourneront en Iran, un autre se rendra dans un pays tiers où vit sa famille et les deux derniers resteront » aux États-Unis, selon lui.

Illustration : Un Iranien lisant un exemplaire du quotidien « Omid Javan » portant une photo du président américain de l’époque Donald Trump avec un titre qui se lit en persan, « Trump fou et JCPOA logique (Joint Comprehensive Plan of Action) », devant un kiosque dans la capitale Téhéran, le 14 octobre 2017. (Crédit : STR/AFP Photo/Dossier)

Cet arrangement avait été annoncé le 10 août et cinq Américains détenus en Iran avaient ensuite été transférés en août de leur prison pour être placés en résidence surveillée avant leur transfert au Qatar.

Parmi eux figure l’homme d’affaires Siamak Namazi, arrêté en 2015 et condamné à dix ans de prison en 2016 pour espionnage.

Parmi les cinq Iraniens devant être libérés par les États-Unis, figurent Reza Sarhangpour et Kambiz Attar Kashani, accusés d’avoir « détourné les sanctions américaines » contre l’Iran.

Aux yeux de certains experts, cet accord témoigne d’un apaisement des tensions entre l’Iran et les États-Unis, mais ils ne préjuge pas d’un possible accord sur le dossier du nucléaire iranien.

Des négociations menées par les Européens n’avaient pas réussi en 2022 à raviver l’accord sur le nucléaire iranien de 2015 – connu sous l’acronyme JCPOA – moribond depuis le retrait unilatéral des États-Unis en 2018 sous la présidence de Donald Trump.

« Stricte surveillance » 

Le président iranien, Ebrahim Raïssi, est attendu lundi à New York pour participer à l’Assemblée générale de l’ONU.

Le 13 septembre, la Maison Blanche avait rejeté toute notion de « rançon », comme le dénonçait l’opposition républicaine au président Joe Biden, avec le déblocage des six milliards de dollars de fonds iraniens gelés.

Le porte-parole du Conseil national de sécurité, John Kirby, avait insisté sur le fait qu’il ne s’agissait pas d’un « chèque en blanc » offert à l’Iran et que l’utilisation de ces fonds « à des fins humanitaires » uniquement serait sous « stricte surveillance ». Issus de la vente d’hydrocarbures par l’Iran, ces fonds avaient été bloqués à la suite de sanctions américaines.

Téhéran a de son côté assuré avoir la possibilité d’user autrement de cette enveloppe et pas seulement pour acheter des médicaments et de la nourriture.

Après ce versement, l’Iran n’aura « plus beaucoup de ressources bloquées dans d’autres pays », a affirmé Kanani lundi. « Au Japon nous en avions une certaine quantité mais nous en avons utilisé une grande partie et la quantité restante n’est pas significative », selon lui.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.