Tsahal : 3 généraux réprimandés pour la mort d’une recrue et une enquête bâclée
Rechercher

Tsahal : 3 généraux réprimandés pour la mort d’une recrue et une enquête bâclée

Le chef de l'armée réprimande formellement deux généraux de brigade et convoque un troisième à une audience disciplinaire après l'enquête de suivi sur la mort de Ron Oved en 2019

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Ron Eliyahu Oved, à droite, et son père. Oved a été tué dans un accident lors d'un exercice da la brigade de parachutistes de Tsahal, le 11 avril 2019. (Crédit photo : autorisation de la famille)
Ron Eliyahu Oved, à droite, et son père. Oved a été tué dans un accident lors d'un exercice da la brigade de parachutistes de Tsahal, le 11 avril 2019. (Crédit photo : autorisation de la famille)

Deux généraux de brigade ont été formellement réprimandés et un troisième a été convoqué pour une audience disciplinaire mercredi à propos de la mort d’une recrue, Ron Oved, lors d’un stage pour intégrer la Brigade des parachutistes en 2019 et de l’enquête déficiente sur l’événement après les faits, a déclaré l’armée.

Le 11 avril 2019, un bus qui était garé sur une pente au-dessus des tentes dans lesquelles dormait un groupe de recrues – en violation flagrante du protocole de l’armée – avait dévalé la colline pour s’écraser sur le campement, tuant Oved, 18 ans, et blessant cinq autres personnes.

L’enquête initiale de l’armée, qui n’a duré que deux mois, a imputé la responsabilité de la mort d’Oved au chauffeur du bus et à la société qui l’avait engagé, estimant que l’incident était un accident de véhicule plutôt qu’un accident d’entraînement.

Personne dans l’armée n’a été puni pour cet incident. Le chauffeur de bus a été accusé d’homicide involontaire par négligence en septembre dernier.

La police Militaire a mené sa propre enquête sur la mort d’Oved, et a déterminé que l’enquête initiale était terriblement insuffisante, laissant de côté des questions plus larges de la façon dont la Brigade des parachutistes avait conduit le stage pour ses futures recrues et comment les protocoles de sécurité avaient été apparemment ignorés.

À la lumière de l’enquête de la police militaire et d’un article publié dans le journal Haaretz à peu près au même moment, dans lequel la famille d’Oved affirmait que l’armée n’avait pas examiné l’affaire de manière adéquate, le chef d’état-major de Tsahal, Aviv Kohavi, a ordonné une enquête supplémentaire sur l’événement lui-même et sur la manière dont il a été examiné.

Des parachutistes participent à un exercice de simulation de guerre avec l’organisation terroriste libanaise du Hezbollah, en septembre 2018. (Crédit : Armée israélienne)

Le brigadier général Ilan Sabag, ancien officier en chef du génie de combat de Tsahal, a dirigé l’enquête et a présenté ses conclusions à Kohavi et à la famille d’Oved ces derniers jours. L’enquête a mis en évidence de graves lacunes dans la façon dont l’essai a été mené, le non-respect des protocoles de sécurité et une mauvaise enquête initiale. Toutefois, cette enquête a confirmé la conclusion de la première enquête selon laquelle le décès d’Oved était uniquement dû à la négligence présumée du conducteur et n’avait pas été causé par les actions des commandants sur place.

L’enquête de Sabag a révélé que la première enquête était « insuffisante et n’a pas exposé toutes les lacunes », a déclaré Kohavi.

« Toute enquête sur n’importe quel sujet doit examiner chaque élément et disséquer au scalpel chaque fait et chaque question », a-t-il dit.

À la lumière des conclusions de Sabag, M. Kohavi a ordonné que le général de brigade Nimrod Aloni, qui était chef par intérim de l’infanterie et des parachutistes au moment de l’incident et qui est maintenant chef de la division de Gaza, soit officiellement réprimandé. Le chef de la Brigade des parachutistes à l’époque, le général de brigade Yaki Dolf, qui occupe aujourd’hui le poste de secrétaire militaire du ministre de la Défense Benny Gantz, a également été officiellement réprimandé. En outre, Dolf ne sera pas considéré pour un poste de commandant de division dans l’année à venir, comme c’était censé être le cas.

Le colonel Yaki Dolf, alors commandant de la Brigade des parachutistes, lors d’une cérémonie militaire en juin 2019. (Crédit : Armée israélienne/Wikimedia)

Le brigadier-général Yaron Finkleman, qui était alors à la tête de la 98e division, qui commande la Brigade des parachutistes, sera convoqué pour une audience disciplinaire, a indiqué Tsahal.

En outre, le chef de la base d’entraînement de la Brigade des parachutistes à l’époque, le colonel Eliav Elbaz, qui a mené l’enquête initiale, sera formellement réprimandé et ne pourra pas être promu l’année prochaine.

Selon Tsahal, Kohavi a également ordonné une révision des méthodes militaires d’essai des nouvelles recrues.

« Le chef d’état-major a conclu que Ron Oved – que sa mémoire soit bénie – a été tué dans des circonstances tragiques par la négligence apparente du chauffeur de bus civil. Dans le même temps, le comité d’enquête a découvert des oublis et des échecs qui exigent un traitement systémique afin de s’améliorer pour l’avenir et de tirer les leçons nécessaires », a déclaré l’armée.

Le bus vide, qui appartenait et était exploité par une société civile, avait été garé à proximité et le conducteur était à l’extérieur du véhicule lorsqu’il a soudainement commencé à rouler vers les tentes. Certaines des recrues ont réussi à s’enfuir, tandis que d’autres ont été touchées.

Un avocat du chauffeur a déclaré qu’il était allé aux toilettes et qu’il avait laissé le bus en stationnement en utilisant le frein à main, mais que les vitesses du bus étaient réglées sur « conduite ».

« Le conducteur prétend qu’il ne se souvient pas d’avoir changé de vitesse », a expliqué l’avocat Raz Keren Yehoshua. « Le bus était en marche, il l’a démarré quelques minutes plus tôt pour que les soldats montent à bord. Alors qu’il était aux toilettes, il a entendu des cris et a vu le bus rouler. »

Le conducteur a été accusé d’homicide involontaire par négligence, de conduite imprudente, d’avoir causé un accident ayant entraîné des dommages graves et d’avoir laissé un véhicule à moteur sans surveillance.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...