Israël en guerre - Jour 227

Rechercher

L’incursion à Gaza s’intensifie, le bilan israélien s’alourdit

Halevi déclare que du carburant pourrait entrer à Gaza si les hôpitaux venaient à manquer ; des roquettes visent le sud et le centre ; Netanyahu satisfait des succès de l'incursion

Emanuel Fabian est le correspondant militaire du Times of Israël.

Un blindé en mission dans la bande de Gaza dans le cadre de l'Opération "Épées de Fer", le 1er novembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)
Un blindé en mission dans la bande de Gaza dans le cadre de l'Opération "Épées de Fer", le 1er novembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)

Soutenus par une puissance aérienne redoutable et des renforts navals, les soldats et les colonnes blindées israéliens ont pénétré dans Gaza City jeudi, a déclaré le chef d’état-major de l’armée, qualifiant cette avancée de « nouvelle étape importante dans la guerre » et indiquant qu’Israël pourrait bientôt autoriser les transferts de carburant vers les hôpitaux de la bande de Gaza, tant attendus.

Conquérir la ville, la plus grande de Gaza et un bastion des dirigeants du groupe terroriste palestinien du Hamas, sera une tâche redoutable pour l’armée israélienne, dont les aspirations à évincer le groupe terroriste obligeront les soldats à se battre dans ce labyrinthe urbain surpeuplé, truffé de bombes et de pièges, et miné par un vaste réseau de tunnels utilisés par les terroristes pour tendre des embuscades ou surprendre les troupes.

Dans une déclaration faite depuis une base de l’armée de l’air, le chef d’état-major de Tsahal, le lieutenant-général Herzi Halevi, a indiqué que les troupes avaient encerclé la ville située dans la partie nord de la bande de Gaza depuis plusieurs directions.

« Nous avons franchi une nouvelle étape importante dans la guerre. Les forces sont au cœur du nord de Gaza, elles opèrent dans Gaza City, l’encerclent et approfondissent [l’incursion terrestre] et ses résultats », a-t-il déclaré. Tsahal a déclaré qu’environ 130 terroristes du Hamas avaient été tués dans des échanges de tirs avec des soldats de Tsahal jeudi après-midi et en début de soirée.

Vingt-sept jours après que les terroristes du Hamas ont perpétré un massacre dans le sud d’Israël, plongeant la région dans la guerre, les groupes terroristes palestiniens ont continué à tirer des roquettes sur Israël, avec plusieurs salves visant le centre du pays, déclenchant des sirènes à Rishon Lezion, Lod, Ramle et Rosh HaAyin, ainsi que vers la ville de Beer Sheva, dans le sud du pays. Une roquette tirée depuis Gaza a touché une maison dans le centre d’Israël, causant d’importants dégâts, mais sans faire de blessés. Les occupants s’étaient réfugiés dans une pièce sécurisée.

Depuis le début de l’incursion terrestre de Tsahal, six jours plus tôt, le nombre de morts parmi les soldats s’est élevé à 19, dont un officier supérieur. Plusieurs autres ont été blessés dans les combats, certains grièvement.

Le chef d’état-major de l’armée israélienne, le lieutenant-général Herzi Halevi, s’adressant aux journalistes depuis une base de l’armée de l’air israélienne , le 2 novembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)

Tsahal a déclaré jeudi soir que l’armée de l’air avait également poursuivi ses frappes sur Gaza, ajoutant que les avions avaient frappé un certain nombre de quartiers généraux armés utilisés par de hauts responsables du Hamas, parmi d’autres cibles appartenant au groupe terroriste.

Les forces navales ont également participé aux combats, Tsahal précisant que les bateaux lance-missiles avaient aidé les forces terrestres en frappant des bâtiments piégés et des postes d’observation du Hamas. Tsahal a déclaré avoir également frappé plusieurs sites du Hamas le long de la côte, appartenant aux forces navales du groupe terroriste.

Le porte-parole de Tsahal, le contre-amiral Daniel Hagari, a déclaré jeudi soir que les forces terrestres avaient « complètement encerclé Gaza City, le centre de l’activité du Hamas » dans la bande de Gaza. Interrogé sur un éventuel cessez-le-feu, Hagari a déclaré que « le terme ‘cessez-le-feu’ n’est pas du tout à l’ordre du jour pour le moment ».

Le général de brigade Iddo Mizrahi, chef du Corps du Génie militaire israélien, a été cité par Reuters jeudi, déclarant que « le Hamas a appris et s’est bien préparé » à l’invasion terrestre d’Israël, notant que les soldats faisaient face continuellement à des mines, des pièges et des embuscades.

En visite sur une base militaire dans le centre d’Israël, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a déclaré que l’opération de Tsahal « battait son plein ». « Nous avons remporté des succès très impressionnants et nous avons déjà dépassé la périphérie de Gaza City. Nous continuons à avancer. »

Des opérations terrestres à l’intérieur de la bande de Gaza, sur une photo publiée par l’armée israélienne le 2 novembre 2023. (Crédit : Armée israélienne via AP)

Il a réitéré son appel aux civils de Gaza qui ne sont pas impliqués dans les opérations du Hamas « d’aller, d’aller, d’aller vers le sud, parce que nous n’arrêterons pas nos opérations pour éliminer les terroristes du Hamas ». « Nous irons de l’avant et nous vaincrons. »

800 000 Palestiniens auraient fui Gaza City et d’autres zones du nord à la suite des appels répétés d’Israël à ce qu’ils évacuent, mais des centaines de milliers d’entre eux seraient toujours dans le nord, dont beaucoup seraient d’abord partis puis revenus parce qu’Israël menait également des frappes aériennes dans le sud.

Halevi a déclaré que les troupes israéliennes se battaient « dans une zone urbaine dense et complexe, ce qui exige un combat professionnel et du courage », et notamment des combats au corps à corps.

« Les forces terrestres sont accompagnées de renseignements précis et de tirs en provenance de l’air et de la mer. Ce partenariat rend le combat beaucoup plus efficace », a-t-il ajouté, notant que « plusieurs dizaines de terroristes du Hamas » étaient tués chaque jour.

Néanmoins, il a souligné que la guerre avait un « prix difficile et douloureux », rappelant le nombre de morts. « Nous avons perdu les meilleurs de nos fils dans la guerre, nous embrassons leurs familles », a ajouté Halevi.

Des troupes israéliennes opérant dans le nord de la bande de Gaza, le 1er novembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)

Les troupes israéliennes ont atteint Gaza City après plusieurs jours de combats à la périphérie de la ville. Une série de frappes aériennes a touché des zones de Jabaliya, une banlieue bondée d’immeubles résidentiels. Dans la nuit, le Hamas a tendu une embuscade massive aux troupes, sortant des tunnels et les attaquant avec des missiles antichars. Des terroristes du Hamas ont été tués alors qu’ils tentaient de pénétrer dans les véhicules blindés de transport de troupes et d’en prendre le contrôle, avant d’être repoussés, notamment par des tirs d’artillerie et des frappes aériennes.

Des images et des enregistrements publiés jeudi ont montré des combats spectaculaires pendant la nuit entre les membres de la brigade Golani et le Hamas. Des dizaines de terroristes ont été tués, notamment après la destruction de tunnels souterrains.

Des soldats du Corps du Génie militaire équipés de bulldozers blindés ont commencé à démanteler des tunnels dans des zones du nord de la bande de Gaza dont les troupes ont déjà pris le contrôle, a rapporté le site d’information Walla. Il n’y a pas eu de confirmation immédiate de la part de Tsahal.

Le ministre de la Défense, Yoav Gallant, a déclaré jeudi qu’il disposait de « solutions uniques pour atteindre tous les tunnels et les démanteler sous terre – et nous sommes prêts à le faire », dans des commentaires adressés aux troupes de l’unité d’élite du Corps du Génie militaire Yahalom.

L’avancée dans Gaza City a eu lieu un jour avant l’arrivée en Israël du secrétaire d’État américain Antony Blinken et alors que la pression mondiale s’accroît pour décréter une « pause » humanitaire dans les combats et augmenter le volume de l’aide qui passe par le poste-frontière de Rafah. Avant son départ, Blinken a déclaré qu’il chercherait à obtenir des « mesures concrètes » pour minimiser les dommages causés aux civils de Gaza au cours de son voyage dans la région, qui comprendra une étape en Jordanie.

En réponse à la question d’un journaliste jeudi, Halevi a déclaré qu’Israël autoriserait l’entrée de carburant à Gaza via le point de passage de Rafah avec l’Égypte si Israël déterminait que les hôpitaux étaient à court de carburant.

L’hôpital indonésien Rumah Sakit, dans Gaza City, le 1er novembre 2023. (Crédit : Bashar Taleb/AFP)

Israël a refusé à plusieurs reprises d’autoriser l’entrée de carburant, craignant qu’il ne soit utilisé par le Hamas pour renforcer ses efforts contre Israël. Les hôpitaux de la bande, qui dépendent du carburant pour alimenter les générateurs, ont prévenu depuis plus d’une semaine qu’ils étaient sur le point de contrôler leur stock, a noté Halevi, mais aucun ne l’a fait en réalité jusqu’à présent.

« Nous n’avons pas apporté de carburant jusqu’à présent », a-t-il déclaré. « Nous vérifions chaque jour la situation dans la bande de Gaza. Depuis plus d’une semaine, ils nous disent que le carburant dans les hôpitaux va être contrôlé, et ce n’est pas le cas. Nous verrons quand ce jour arrivera. Le carburant sera transféré, sous surveillance, vers les hôpitaux, et nous ferons tout pour qu’il n’atteigne pas les infrastructures du Hamas et ne serve pas ses objectifs de guerre. »

Peu après les commentaires de Halevi, le bureau du Premier ministre a publié une déclaration laconique notant que seul le Premier ministre Benjamin Netanyahu « n’avait pas approuvé l’entrée de carburant à Gaza. »

Israël a accusé à plusieurs reprises le Hamas de voler et d’accumuler dans la bande de Gaza du carburant destiné aux hôpitaux et à des fins humanitaires, et de le détourner à des fins terroristes. La semaine dernière, Tsahal avait publié des images d’un demi-million de litres de diesel que le groupe terroriste détiendrait dans la bande de Gaza.

Des volutes de fumée lors de frappes israéliennes dans la bande de Gaza, sur une photo prise du côté israélien de la frontière avec la bande de Gaza, le 2 novembre 2023. (Crédit : Jack Guez/AFP)

Les bilans des morts publiés par le ministère de la Santé de Gaza, placé sous l’autorité du Hamas, ne peuvent pas être vérifiés de manière indépendante. Un nombre significatif de morts seraient des terroristes du Hamas, déclarent les autorités israéliennes, et un grand nombre des personnes tuées auraient été victimes des centaines de roquettes tirées en direction d’Israël et qui, manquant leur trajectoire, seraient retombées dans la bande de Gaza.

Israël a déclaré la guerre, dans le but d’éradiquer le Hamas, à la suite de l’attaque dévastatrice menée par le groupe terroriste le 7 octobre dans le sud d’Israël, au cours de laquelle quelque 1 400 personnes, pour la plupart des civils, ont été brutalement assassinées chez elles et lors d’un festival de musique, et des centaines d’autres ont été enlevées.

Plus tôt dans la journée de jeudi, le porte-parole du Tsahal, le contre-amiral Hagari, a déclaré que l’armée avait informé les familles de 242 otages que leurs proches étaient actuellement détenus dans la bande de Gaza, soit deux de plus que lors du précédent décompte. Il a précisé que ce chiffre n’était pas définitif, l’armée enquêtant sur de nouvelles informations. Ce chiffre n’inclut pas les personnes déjà relâchées ou secourues, ni les deux civils détenus à Gaza depuis plusieurs années.

Les troupes de Tsahal opérant dans le nord de la bande de Gaza, le 1er novembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)

Halevi a déclaré jeudi que, pour la sécurité d’Israël, la stabilité régionale et le bien des habitants de Gaza, « il ne serait pas juste que le Hamas reste aux commandes de Gaza ».

« Qui sera là ? Nous en reparlerons ultérieurement. »

Le chef de Tsahal a également noté que l’armée avait « l’obligation » de ramener chez eux tous les otages détenus par le Hamas et d’autres groupes terroristes dans la bande de Gaza. Il a déclaré que l’armée se battait « au nom du caractère sacré de la vie, contre un ennemi qui a gravé la mort sur son drapeau ».

« Nous nous battons pour notre droit à vivre en sécurité. »

« Nous n’avons pas d’autre pays face au mal absolu. Nous agissons avec intelligence et détermination », a-t-il ajouté.

L’équipe du Times of Israel a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.