Israël en guerre - Jour 291

Rechercher
Israël en guerre

Tsahal : la frontière de Gaza enfin scellée ; 1 500 terroristes morts en Israël

Les brèches de la barrière sont en train d'être minées ; l'armée continue à informer les parents des personnes kidnappées ; des centaines de sites ciblés par l’aviation à Gaza

Des soldats israéliens patrouillent sur une route près de la frontière de Gaza, le 9 octobre 2023 (Crédit : Yossi Aloni/Flash90)
Des soldats israéliens patrouillent sur une route près de la frontière de Gaza, le 9 octobre 2023 (Crédit : Yossi Aloni/Flash90)

L’armée israélienne a déclaré qu’elle avait finalement repris le contrôle de sa frontière avec la bande de Gaza, qui avait été franchie par surprise mardi matin, près de 72 heures après la destruction de certaines sections de la barrière par des terroristes du Hamas lors de leur invasion, au cours de laquelle plus d’un millier d’Israéliens ont été massacrés ou enlevés.

Alors qu’Israël était encore aux prises avec l’énormité des massacres de samedi et que l’armée était en train d’informer toutes les familles dont les proches ont été enlevés par le Hamas et sont détenus à Gaza, les avions de l’armée de l’air ont bombardé de vastes zones de la bande de Gaza. Dans le même temps, quelque 300 000 réservistes se préparent à une probable offensive terrestre, alors que des opérations de ratissage visant à localiser les terroristes dont on craint qu’ils se cachent encore à l’intérieur d’Israël se poursuivent et que les tensions à la frontière nord menacent de faire boule de neige et de dégénérer en un deuxième front.

Tsahal a déclaré avoir réussi à sceller la frontière, en minant les zones autour des brèches afin d’empêcher toute nouvelle incursion.

Le bilan de l’attaque surprise et des combats qui ont suivi en Israël s’élève à plus de 900 morts, selon diverses publications. Plus de 500 personnes sont toujours hospitalisées, dont beaucoup avec des blessures potentiellement mortelles ; depuis samedi, plus de 2 700 personnes ont été blessées.

« Pas un seul terroriste n’a franchi la barrière au cours de la dernière journée », a déclaré le porte-parole en chef de l’armée israélienne, le contre-amiral Daniel Hagari.

Malgré les informations reçues précédemment, Hagari a affirmé que l’armée n’avait détecté aucun tunnel traversant la bande de Gaza et pénétrant en territoire israélien.

Selon les estimations de Tsahal, un petit nombre de terroristes se cachent encore en territoire israélien. Au cours de la nuit, les forces de sécurité israéliennes ont tué au moins un terroriste palestinien près du kibboutz Saad. Il y a également eu un échange de tirs entre l’armée et plusieurs terroristes à Kissufim et, lundi soir, la police a tué un autre terroriste présumé près de Mishmar Hanegev, à quelque 24 kilomètres à l’intérieur d’Israël.

Le lieutenant-colonel Richard Hecht a déclaré que les corps de 1 500 terroristes avaient été localisés dans le sud d’Israël. Des centaines d’autres personnes ont été tuées par les frappes israéliennes à Gaza, selon les responsables de la Santé du Hamas.

Selon l’armée, au moins 123 soldats figurent parmi les victimes israéliennes. 38 nouveaux soldats ont été identifiés mardi. L’armée continue d’informer les familles de la mort de leurs proches.

Le groupe de secours ZAKA a indiqué que 100 corps avaient été découverts dans le seul kibboutz Beeri. Selon l’organisation, 260 autres personnes ont été tuées lors d’une rave en plein air.

En plus de ce terrible bilan, on compte près de 130 personnes enlevées en Israël et emmenées dans la bande de Gaza par les terroristes qui se sont infiltrés samedi. Parmi les captifs figurent des femmes, des enfants et des personnes âgées.

Samedi, les réseaux sociaux étaient remplis de vidéos épouvantables montrant des hommes, des femmes et des enfants traînés et conduits dans la bande de Gaza, beaucoup d’entre eux semblant avoir été maltraités. Des vidéos ont également été publiées montrant des Israéliens morts, et notamment des soldats, dont les corps étaient paradés dans les rues.

Selon la radio de l’armée, des agents supplémentaires ont été mobilisés pour informer les familles israéliennes dont les proches sont détenus à Gaza par le Hamas. Hagari a déclaré mardi matin que 50 familles avaient déjà été informées, en précisant que l’armée avait réussi à obtenir des informations sur tous les Israéliens détenus la nuit précédente.

La mère du colonel israélien Roi Levy pleure pendant les funérailles de son fils au cimetière du Mont Herzl à Jérusalem le 9 octobre 2023 (Crédit : Maya Alleruzzo/AP)

De nombreuses familles dont des proches ont été enlevés ont déclaré qu’elles se sentaient abandonnées par les autorités israéliennes, qui tardaient à répondre aux appels à l’aide ou aux demandes d’informations.

Alors que le Hamas a menacé d’exécuter les otages en réponse aux frappes israéliennes menées sans avertissement dans la bande de Gaza, Tsahal a indiqué mardi qu’elle avait frappé plus de 200 cibles dans la bande de Gaza au cours de la nuit, dont un site de stockage d’armes dans une mosquée, un appartement utilisé par les forces de missiles guidés antichars du Hamas et une tour utilisée par le groupe terroriste, parmi d’autres installations militaires.

Selon Hecht, l’armée a frappé des centaines de cibles du Hamas au cours de la nuit dans le quartier de Rimal à Gaza, qui abrite de nombreux ministères et bâtiments gouvernementaux du Hamas. Il a précisé que les habitants avaient été avertis par les réseaux sociaux d’évacuer la zone avant les frappes, mais n’a pas donné d’autres détails.

Des familles de civils enlevés par l’organisation terroriste Hamas tiennent une conférence de presse à Kfar Maccabiades, Ramat Gan, le 8 octobre 2023 (Crédit : Miriam Alster/Flash9)

« Le point de passage de Rafah est toujours ouvert. Je conseille à tous ceux qui peuvent sortir de le faire », a déclaré Hecht.

Après des heures de frappes ininterrompues au cours de la nuit, les habitants de Rimal sont sortis de chez eux à l’aube pour découvrir certains bâtiments éventrés par les frappes, tandis que d’autres étaient réduits à des monticules de béton et de barres d’armature. Des voitures ont été écrasées et des arbres brûlés dans les rues résidentielles qui ressemblaient à des paysages lunaires.

Le ministère de la Santé de Gaza, dirigé par le Hamas, a déclaré que 687 Palestiniens avaient été tués et 3 800 autres blessés dans la bande de Gaza depuis le début des combats samedi.

Plus de 187 500 personnes ont été déplacées dans la bande de Gaza depuis le début du conflit, selon un rapport du Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations unies.

L’Office des Nations unies pour les réfugiés de Palestine (UNRWA) a accueilli plus de 137 000 personnes dans des écoles de la bande de Gaza. Le rapport indique que les frappes aériennes ont rasé 790 logements et en ont gravement endommagé 5 330 dans ce territoire de 2,3 millions d’habitants.

Israël et les habitants de Gaza ont décrit les attaques israéliennes comme étant d’une intensité sans précédent.

Après des jours de tirs de barrage quasi-constants sur Israël, les tirs de roquettes de Gaza ont pratiquement cessé depuis lundi soir, bien que des tirs sporadiques en provenance de Gaza vers les communautés frontalières aient repris brièvement pendant la nuit et à nouveau mardi matin, déclenchant des sirènes. Aucun blessé n’a été signalé.

Alors que les États-Unis livrent déjà à Israël des munitions et des équipements militaires dont le pays a cruellement besoin, le chef d’état-major de Tsahal, le lieutenant-général Herzi Halevi, s’est entretenu pour la première fois avec son homologue américain, le général Charles Q. Brown Jr, président de l’état-major interarmées, qui a pris ses fonctions au début du mois.

L’armée israélienne a déclaré que le général américain « a affirmé qu’il soutenait Tsahal et que nous recevrions toute l’aide dont nous avons besoin ».

Le personnel de la Zaka enlève les corps des civils israéliens morts près de la frontière de Gaza, le 9 octobre 2023 (Crédit : Yossi Aloni/Flash90)

John Kirby, porte-parole du Conseil national de sécurité, a confirmé lundi soir que le premier contingent d’aide militaire, suite à l’assaut violent des terroristes du Hamas, était « en route » vers Israël.

Un responsable américain a également averti le Hezbollah de rester en dehors des combats, quelques heures après que le groupe terroriste soutenu par l’Iran a échangé des tirs de mortier avec Israël et tenté de s’infiltrer depuis le Liban.

La livraison a eu lieu alors que le président américain Joe Biden se préparait à faire une déclaration officielle sur les attaques depuis la Maison Blanche mardi après-midi, après avoir confirmé qu’au moins 11 Américains figuraient parmi les victimes de l’attaque du Hamas. Selon Washington, plusieurs autres ressortissants auraient été faits prisonniers.

La Thaïlande a indiqué mardi que 18 de ses ressortissants figuraient parmi les victimes de l’attaque dévastatrice du groupe terroriste.

Selon Axios, le Premier ministre Benjamin Netanyahu aurait déclaré à Biden qu’Israël n’avait pas d’autre choix que d’ordonner une invasion terrestre de Gaza, ce qui signifierait probablement un engagement de longue durée.

300 000 réservistes ont été mobilisés, indiquait l’armée, qui a précisé que tous ne prendraient pas nécessairement part aux combats, les troupes étant également envoyées en renfort pour assurer la protection des autres frontières d’Israël, ainsi que celle des implantations de Cisjordanie et des villes situées à l’intérieur d’Israël.

Une source gouvernementale de haut rang a déclaré lundi que la guerre pourrait se poursuivre pendant de nombreux jours, voire de nombreuses semaines, et peut-être plus longtemps encore.

Peu de temps après, le commandement du Front intérieur a conseillé aux Israéliens de faire des réserves d’eau, de nourriture et d’autres fournitures pour au moins trois jours, provoquant des achats de panique et des rayons de supermarchés vides à travers le pays.

Les forces de sécurité israéliennes sur les lieux où une roquette tirée depuis la bande de Gaza a touché un abri dans la ville méridionale de Sderot, le 9 octobre 2023 (Crédit : Yossi Zamir/Flash90)

Tsahal a par la suite tenté de rassurer les Israéliens en leur expliquant que ce conseil était une pratique courante et en aucun cas un avertissement que les Israéliens étaient sur le point de se retrouver dans une situation d’urgence.

Netanyahu a exposé le plan d’attaque d’Israël contre les terroristes du Hamas lundi. Il a comparé le groupe à l’organisation terroriste État islamique et a averti la nation meurtrie et blessée que « des jours plus difficiles l’attendent ».

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.