Tsahal livre des cadeaux offerts par les Israéliens du Golan aux enfants syriens
Rechercher

Tsahal livre des cadeaux offerts par les Israéliens du Golan aux enfants syriens

L'armée a transféré des centaines de colis de l'autre côté de la frontière pendant la nuit dans le cadre de l'Opération "Bon Voisin"

Stuart Winer est journaliste au Times of Israël

Des habitants du Golan israélien remettent à Tsahal des colis pour les Syriens déplacés fuyant la guerre civile en Syrie, en juillet 2018. (Armée israélienne)
Des habitants du Golan israélien remettent à Tsahal des colis pour les Syriens déplacés fuyant la guerre civile en Syrie, en juillet 2018. (Armée israélienne)

Au cours de cette opération dans la nuit de mardi à mercredi, l’armée israélienne a livré des centaines de colis offerts par les habitants du Golan israélien à des enfants syriens déplacés dans des camps de l’autre côté de la frontière, a indiqué Tsahal.

Cette mission s’inscrivait dans le cadre de l’Opération « Bon Voisin » menée par la division Bachan de Tsahal, qui fournit une aide humanitaire aux Syriens dans la zone frontalière depuis juin 2016.

Plus tôt ce mois-ci, le Conseil régional du Golan a ouvert un centre de dons qui a collecté des fournitures auprès des populations locales, parmi lesquelles des centaines de sacs cadeaux personnels contenant des jouets, des crayons, des jeux, des bonbons et des lettres des enfants du plateau du Golan, a déclaré l’armée mercredi.

Sigal Gilboa, un responsable du Conseil régional du Golan, a déclaré que la campagne ciblait les enfants âgés de 3 à 12 ans. Les enfants israéliens vivant dans les villages du plateau du Golan ont été invités à préparer un sac-cadeau personnel pour un enfant syrien.

Les marchandises ont ensuite été remises à Tsahal, et les militaires ont transféré les colis de l’autre côté de la frontière lors de deux opérations militaires vers des « camps au nord et au sud du plateau du Golan syrien », a déclaré l’armée dans un communiqué.

Un homme porte une fillette réchappée des décombres après une frappe du régime syrien sur la ville de Nawa, au nord de la province de Deraa, le 26 juin 2018. (Crédit : AFP /Ahmad al-Msalam)

Le commandant de l’Opération « Bon Voisin », le lieutenant-colonel E., l’a qualifiée d’ “opération unique et passionnante”.

« Tout cela est fait pour nos voisins de l’autre côté de la clôture, qui ont été éduqués à haïr Israël et tout ce qui s’y rapporte et qui, ces dernières années, ont compris que le seul pays qui les aide était le même que celui dont ils avaient peur », a déclaré le commandant, dont l’identité est interdite de publication.

Le chef du Conseil régional du Golan, Eli Malka, qui a lancé la collecte, a déclaré que les résidents locaux ressentaient une obligation morale d’aider ceux qui sont pris dans la guerre civile syrienne, qui en est à sa huitième année.

« Nous, les habitants du Golan, regardons par-dessus la clôture et voyons les gens qui fuient les champs de bataille avec leurs enfants et se cramponnent à la clôture avec Israël », a indiqué Malka, selon le communiqué de Tsahal.

« Nous ressentons l’obligation morale, conformément à nos valeurs, d’envoyer de l’aide humanitaire et, autant que possible, d’établir un lien humain avec ceux qui ont toujours été nos voisins de l’autre côté de la barrière.

Selon l’armée israélienne, 30 opérations d’aide en faveur des Syriens déplacés ont permis de livrer 75 700 litres de combustible pour le chauffage et le fonctionnement des générateurs, 20 unités d’équipement médical, 77 tonnes de vêtements, 556 tentes, 30 filets brise-soleil, 12,5 tonnes d’aliments pour bébés et 130 tonnes d’autres aliments.

L’aide humanitaire israélienne est prête à être livrée aux Syriens déplacés fuyant la guerre civile en Syrie, en juillet 2018. (Armée israélienne)

Depuis que les nouvelles attaques des forces pro-régime ont commencé plus tôt ce mois-ci dans la province de Daraa, des dizaines de milliers de civils syriens ont afflué vers les frontières israéliennes et jordaniennes voisines, à la recherche d’un refuge.

Un certain nombre de camps ont été installés dans la région, mais ils n’ont généralement pas accès à l’eau potable, à l’électricité et à d’autres besoins de première nécessité. Dans de nombreux cas, ces camps sont surpeuplés et ne disposent pas d’abris suffisants. Certains Syriens dormiraient dehors la nuit.

L’armée israélienne a déclaré que bien qu’elle fournisse de l’aide humanitaire au sud-ouest de la Syrie, elle ne laisserait pas les milliers de réfugiés traverser la frontière vers le territoire israélien. Israël et la Syrie sont théoriquement toujours en guerre.

Michael Bachner a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...