Israël en guerre - Jour 232

Rechercher

Tsahal va étendre les zones humanitaires, mais Washington reste ferme concernant Rafah

Une zone du sud de la bande au centre de la côte est prévue pour abriter des civils quand les soldats auront pénétré dans le dernier bastion du Hamas ; Blinken estime que le plan humanitaire est insuffisant

Des troupes israéliennes près de la frontière avec la bande de Gaza, dans le sud d'Israël, le 1er mai 2024. (Crédit : Jack Guez/AFP)
Des troupes israéliennes près de la frontière avec la bande de Gaza, dans le sud d'Israël, le 1er mai 2024. (Crédit : Jack Guez/AFP)

L’armée israélienne a indiqué mercredi qu’elle était prête à lancer sans tarder l’incursion programmée dans Rafah, au sud de la bande de Gaza, en élargissant les zones proches où les civils peuvent trouver refuge, dans un contexte d’inquiétude généralisée quant au sort des 1,5 million de Palestiniens entassés dans la ville.

Dans le même temps, le secrétaire d’État américain Antony Blinken a réaffirmé l’opposition des États-Unis à une opération de grande envergure dans la ville, affirmant qu’Israël pourrait trouver d’autres moyens pour évincer le groupe terroriste palestinien du Hamas d’une zone considérée comme son dernier grand fief.

« Nous ne pouvons pas, nous ne soutiendrons pas une opération militaire majeure à Rafah sans un plan efficace pour s’assurer que les civils ne soient pas blessés et non, nous n’avons pas vu un tel plan », a déclaré Blinken à la presse.

« Il existe d’autres moyens – et, à notre avis, de meilleurs moyens – de faire face au véritable défi permanent du Hamas qui ne nécessite pas une opération militaire d’envergure à Rafah », a affirmé Blinken.

Il semblerait qu’Israël se prépare à entrer dans Rafah si les efforts pour parvenir à un accord de trêve cette semaine échouent, bien que le Premier ministre Benjamin Netanyahu ait juré qu’Israël lancerait une incursion dans la ville quoi qu’il arrive.

Le lieutenant-colonel Avichay Adraee, porte-parole en langue arabe de l’armée israélienne, a récemment déclaré que Tsahal élargissait une « zone humanitaire » désignée dans le sud de la bande de Gaza.

La lumière illuminant les minarets de la mosquée al-Taiba au coucher du soleil devant les tentes des Palestiniens déplacés dans un camp à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 30 avril 2024. (Credit : AFP)

La zone actuelle, dans le secteur d’al-Mawasi sur la côte, est en train d’être étendue à certains quartiers de Khan Younès, jusqu’à la périphérie du camp de Deir al-Balah, dans le centre de Gaza. La zone est proche de l’endroit où les États-Unis construisent un quai pour l’acheminement de l’aide par voie maritime dans la bande de Gaza, offrant ainsi une alternative aux voies terrestres vers Rafah et le nord de la bande de Gaza et aux missions internationales de parachutage.

Dans un message publié mercredi sur X, Adraee a indiqué que l’aide humanitaire « sera acheminée » vers la zone humanitaire élargie, dans le cadre des « efforts humanitaires diligents visant à améliorer la situation humanitaire dans la bande de Gaza, parce que notre guerre est contre le Hamas, et non contre la population de Gaza ».

Un rapport détaille les plans d’une « zone plus sûre » séparée à établir dans le centre de la bande de Gaza, a fait savoir mercredi la radio de l’armée.

Le rapport indique que la zone supplémentaire, qui fonctionnerait de la même manière que la zone élargie d’al-Mawasi, serait située à la périphérie de Buriej et de Nuseirat, à proximité du corridor Netzarim de Tsahal.

Ce graphique montre les plans d’extension de la « zone humanitaire » dans la bande de Gaza. L’image de gauche montre la zone actuelle dans la région d’al-Mawasi sur la côte, diffusé le 28 avril 2024. (Crédit : Armée israélienne)

Le rapport n’explique pas ce qui rendrait cette zone « plus sûre » que l’autre zone humanitaire.

Israël espère que les civils quitteront Rafah pour les zones humanitaires une fois que les combats sur le terrain commenceront dans la ville. Les zones serviraient aux Palestiniens fuyant les combats à Rafah lorsque l’opération de l’armée commencera.

Des sources militaires ont déclaré au Times of Israel que Tsahal était parfaitement préparé pour l’opération de Rafah et qu’il n’attendait qu’une décision du gouvernement.

Lors d’une réunion avec Blinken, le ministre de la Défense Yoav Gallant a discuté des « efforts pour le retour des otages, et de la nécessité de poursuivre l’opération militaire pour démanteler le Hamas », a indiqué le ministère de la Défense.

Le secrétaire d’État américain Antony Blinken (à droite) et le ministre de la Défense Yoav Gallant (à gauche), au poste frontière de Kerem Shalom avec la bande de Gaza, dans le sud d’Israël, le 1er mai 2024. (Crédit : Evelyn Hockstein/POOL/AFP)

« Nous sommes déterminés à prendre toutes les mesures nécessaires pour ramener nos otages, c’est correct sur le plan éthique, c’est correct sur le plan moral, et c’est un objectif de guerre déclaré », a affirmé Gallant dans une déclaration vidéo après la réunion, à laquelle ont également participé le chef d’état-major de Tsahal, le lieutenant-général Herzi Halevi, et le directeur-général du ministère, Eyal Zamir.

« Dans le même temps, Tsahal, sous réserve des instructions que j’ai données, est prêt à mener à bien toute mission opérationnelle dans la zone de Rafah », a-t-il ajouté.

Cependant, Jérusalem a subi de fortes pressions internationales, notamment de la part des États-Unis, pour suspendre l’opération. L’administration du président américain Joe Biden a qualifié de « ligne rouge » l’entrée dans la ville sud de Gaza en l’absence d’un plan réaliste d’évacuation des civils.

Lors d’une rencontre mercredi avec Netanyahu, Blinken a « réaffirmé la position claire des États-Unis sur Rafah », a déclaré le porte-parole du Département d’État, Matthew Miller, alors que la communauté internationale s’oppose fermement à l’opération.

« Depuis des semaines, le monde entier demande aux autorités israéliennes d’épargner Rafah, mais une opération terrestre se profile », a déclaré mardi Martin Griffiths, responsable de l’aide humanitaire de l’ONU, dans un communiqué. « La vérité la plus simple est qu’une opération terrestre à Rafah ne serait rien de moins qu’une tragédie sans nom. »

Si l’ordre est donné, l’opération commencera par un appel aux Palestiniens pour qu’ils évacuent Rafah vers les zones de sécurité désignées, ont indiqué les sources militaires.

Des responsables israéliens ont déclaré que le groupe terroriste palestinien du Hamas disposait encore de six bataillons dans la bande de Gaza, dont quatre dans la ville méridionale de Rafah : Yabna, au sud, Shaboura, au nord, Tel Sultan, à l’ouest et Rafah Est.

Deux autres bataillons du Hamas demeurent dans le centre de la bande de Gaza, dans les camps de Nuseirat et de Deir al-Balah.

Des Palestiniens retournant à leurs maisons détruites dans la ville de Khan Younès, dans le sud de la bande de Gaza, le 30 avril 2024. (Crédit : Abed Rahim Khatib/Flash90)

Jusqu’à présent, l’armée a mené des opérations dans le nord de la bande de Gaza et dans Gaza City, dans certaines parties du centre de la bande de Gaza et dans le sud de la bande de Gaza, à Khan Younès, affirmant avoir démantelé les dix-huit bataillons du Hamas qui s’y trouvaient. L’armée a également mené des frappes aériennes à Rafah.

Tsahal estime que quelque 150 000 Palestiniens ont déjà quitté Rafah pour la région de Khan Younès, après que l’armée s’en est retirée le mois dernier.

Israël attendait toujours des réponses du Hamas sur la dernière proposition d’accord de prise d’otages mercredi soir. En cas de trêve, Israël devrait reporter « l’opération Rafah », sans pour autant l’annuler.

Les dirigeants du Hamas ont déclaré mercredi soir qu’ils étudiaient une proposition avancée par les médiateurs égyptiens et qu’ils espéraient y répondre d’ici jeudi.

Un soldat israélien traversant une zone d’inspection de camions transportant de l’aide humanitaire à destination de la bande de Gaza, du côté palestinien du point de passage d’Erez, dans le sud d’Israël, le 1er mai 2024. (Crédit : Ohad Zwigenberg/AP)

Le cycle actuel de négociations sur la trêve entre Israël et le groupe terroriste palestinien semble sérieux, mais les deux parties restent très éloignées sur une question clé : la fin de la guerre dans le cadre d’un accord émergent.

Le groupe terroriste a déclaré à l’Associated Press : « Très probablement demain, jeudi, si Dieu le veut, les médiateurs recevront une réponse ».

Si une trêve avec le Hamas reste insaisissable ou tombe à l’eau, l’opération de Rafah sera menée par les 98e et 162e divisions de Tsahal, l’armée ayant indiqué mardi que ces deux divisions avaient fait l’objet de préparatifs intensifs ces derniers jours en vue de futures opérations dans la bande de Gaza.

La 162e division a opéré à Gaza pendant six mois jusqu’à la semaine dernière. Elle a récemment été chargée du corridor de Netzarim, dans le centre de la bande de Gaza. La 98e division a passé quatre mois à opérer dans le sud de la bande de Gaza, à Khan Younès, avant d’être retirée au début du mois.

À l’approche de l’opération Rafah, l’armée a déclaré qu’elle avait « considérablement augmenté » la quantité d’aide humanitaire entrant dans la bande de Gaza, et qu’elle « continuerait à l’augmenter encore davantage ».

Un soldat israélien traversant une zone d’inspection de camions transportant de l’aide humanitaire à destination de la bande de Gaza, du côté palestinien du point de passage d’Erez, dans le sud d’Israël, le 1er mai 2024. (Crédit : Ohad Zwigenberg/AP)

Dans le cadre de ces efforts, Israël a rouvert mercredi le seul point de passage à la limite nord de la bande de Gaza pour la première fois depuis sa destruction par le Hamas le 7 octobre, permettant aux camions d’aide de passer par le point de contrôle d’Erez, à la suite des demandes américaines de faire davantage pour acheminer l’aide dans la bande de Gaza.

Blinken a reconnu mercredi que les livraisons d’aide avaient augmenté mais a « réitéré l’importance d’accélérer et de maintenir cette amélioration », a déclaré le Département d’État.

La réouverture du checkpoint d’Erez est l’une des principales demandes des organisations humanitaires internationales depuis des mois, afin de soulager la situation humanitaire qui est considérée comme la plus grave parmi les centaines de milliers de civils dans le secteur nord de l’enclave.

Le colonel Moshe Tetro, à la tête du Coordinateur des activités gouvernementales dans les Territoires palestiniens (COGAT), espère que le point de passage sera ouvert tous les jours et permettra d’atteindre l’objectif des 500 camions d’aide entrant quotidiennement dans la bande de Gaza. Cela correspondrait aux livraisons d’avant-guerre entrant dans l’enclave et serait bien plus important que ce qu’elle a reçu au cours des sept derniers mois.

Les troupes de l’armée israélienne en opération dans le corridor central de Gaza, sur une image publiée le 1er mai 2024. (Crédit : Armée israélienne)

« Il ne s’agit que d’une étape parmi les mesures que nous avons prises ces dernières semaines », a-t-il déclaré aux journalistes.

Le Hamas envisage un plan de cessez-le-feu de 40 jours et l’échange de dizaines d’otages contre un plus grand nombre de prisonniers palestiniens incarcérés pour atteinte à la sécurité en Israël.

« Le Hamas doit dire oui et doit faire en sorte que cela se fasse », a déclaré Blinken, qui se trouvait en Israël pour sa septième tournée de crise au Moyen-Orient depuis que la guerre a éclaté en octobre.

Il a ensuite ajouté : « Si le Hamas prétend réellement se soucier du peuple palestinien et veut voir un allègement immédiat de ses souffrances, il devrait accepter cet accord. »

Des tirs de chars ont retenti dans la bande de Gaza alors que Blinken visitait un point d’inspection de l’aide au poste-frontière de Kerem Shalom, non loin de Rafah, mercredi, signe de la poursuite des combats dans la bande de Gaza, même si les troupes se sont retirées de la plupart des zones de l’enclave, à l’exception d’un corridor dans le centre de Gaza.

Tsahal a déclaré plus tôt mercredi que l’armée de l’air israélienne avait frappé de nombreux sites appartenant à des groupes terroristes dans la bande de Gaza au cours de la journée écoulée, alors que les troupes continuaient d’opérer dans la zone du corridor de Netzarim.

Le corridor, construit autour d’une route de 6,8 kilomètres de long au sud de Gaza City, permet à Tsahal de mener des raids dans le nord et le centre de Gaza tout en permettant à Israël de contrôler l’accès au nord pour les Palestiniens qui cherchent à revenir après avoir fui le sud. Elle permet également à Israël de coordonner les livraisons d’aide humanitaire directement dans le nord de la bande de Gaza.

L’armée a déclaré que les cibles touchées par les avions de combat au cours de la journée écoulée comprenaient des dépôts d’armes, des bâtiments utilisés par le les groupes terroristes du Hamas et du Jihad islamique palestinien, ainsi que des positions de lancement de roquettes et de mortiers, notamment celles utilisées pour cibler les soldats opérant dans la bande de Gaza.

Les troupes de la 99e division opérant dans le centre de Gaza ont également fait appel à plusieurs frappes aériennes contre des agents qui lançaient des roquettes sur les forces, a indiqué Tsahal.

L’armée a indiqué que des réservistes de la Brigade Yiftah de la division ont identifié plusieurs terroristes qui se dirigeaient vers les soldats dans le centre de la bande de Gaza et ont déclenché une attaque aérienne à leur encontre.

Peu après la frappe, une autre cellule terroriste a été repérée en train de poser une bombe dans la zone, et elle a également été frappée par un avion de Tsahal, a ajouté l’armée.

Les troupes de la Brigade Yiftah ont également découvert une cache d’armes, d’équipements militaires et de documents dans un bâtiment de leur zone d’opérations.

L’armée a également indiqué qu’un groupe de Palestiniens qui lançaient des mortiers sur les soldats israéliens dans le centre de la bande de Gaza ont été tués lors d’une frappe de drone.

D’autres infrastructures dans la zone de lancement et deux autres terroristes sur un site proche des troupes ont également été touchés par des frappes, a ajouté Tsahal.

L’opération terrestre d’Israël à Gaza fait suite à trois semaines de bombardements aériens après l’assaut barbare et sadique du groupe terroriste palestinien du Hamas sur le sud d’Israël le 7 octobre, lors duquel plus de 3 000 terroristes ont pris d’assaut la frontière avec le sud d’Israël, tué près de 1 200 personnes – pour la plupart des civils – et enlevé 253 autres, au cours de nombreux actes de brutalité et d’agression sexuelle.

Israël a répondu à cette attaque, la plus meurtrière de l’histoire du pays et la pire menée contre des Juifs depuis la Shoah par une opération aérienne suivie d’une incursion terrestre dans la bande de Gaza visant à anéantir le Hamas, à mettre fin à son règne de seize ans à Gaza et à libérer tous les otages.

263 soldats israéliens ont été tués dans la bande de Gaza depuis le 27 octobre, début de l’incursion terrestre lancée en représailles à l’attaque du 7 octobre, et 1 602 autres ont été blessés au cours des combats à Gaza.

Plus de 34 500 personnes seraient mortes à Gaza depuis le début de la guerre, selon le ministère de la Santé du Hamas. Les chiffres publiés par le groupe terroriste sont invérifiables, et ils incluraient ses propres terroristes et hommes armés, tués en Israël et à Gaza, et les civils tués par les centaines de roquettes tirées par les groupes terroristes qui retombent à l’intérieur de la bande de Gaza. Tsahal dit avoir éliminé 13 000 terroristes palestiniens dans la bande de Gaza, en plus d’un millier de terroristes qui ont pris d’assaut Israël le 7 octobre.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.