Turquie: l’UE juge insuffisante la levée de l’état d’urgence
Rechercher

Turquie: l’UE juge insuffisante la levée de l’état d’urgence

La Turquie a levé l'état d'urgence en vigueur depuis deux ans, mais l'opposition craint qu'il ne perdure de fait à travers une nouvelle loi "antiterroriste"

Federica Mogherini, haute représentante de l'Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, lors d’une conférence de presse conjointe avant de présider une session du Comité international de liaison pour la Palestine (AHLC) à la Commission européenne, à Bruxelles, le 20 mars 2017 (AFP PHOTO / EMMANUEL DUNAND)
Federica Mogherini, haute représentante de l'Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, lors d’une conférence de presse conjointe avant de présider une session du Comité international de liaison pour la Palestine (AHLC) à la Commission européenne, à Bruxelles, le 20 mars 2017 (AFP PHOTO / EMMANUEL DUNAND)

L’UE considère la levée de l’état d’urgence en Turquie comme « un pas dans la bonne direction », mais le juge insuffisant en raison des pouvoirs extraordinaires accordés aux autorités et du maintien de plusieurs éléments restrictifs pour les libertés.

« La fin de l’état d’urgence en place en Turquie depuis la tentative de coup d’Etat de 2016 est un pas dans la bonne direction », a commenté jeudi la porte-parole de la cheffe de la diplomatie européenne Federica Mogherini dans une déclaration.

« Dans le même temps, nous pensons que l’adoption de nouvelles propositions législatives accordant des pouvoirs extraordinaires aux autorités et le maintien de plusieurs éléments restrictifs de l’état d’urgence atténueraient tout effet positif de la levée de l’état d’urgence », souligne-t-elle.

« Nous attendons de la Turquie qu’elle applique et inverse toutes les mesures qui continuent d’avoir un impact négatif sur l’État de droit, l’indépendance du pouvoir judiciaire et les libertés fondamentales qui sont au cœur de tout État démocratique », précise la porte-parole, en citant « la liberté d’expression, la liberté d’association et les droits procéduraux ».

« Et nous attendons de la Turquie qu’elle cesse de déroger aux obligations qui lui incombent en vertu de la Convention européenne des droits de l’homme avec la levée de l’état d’urgence », ajoute-t-elle.

« Des améliorations concrètes et durables dans le domaine de l’État de droit et des libertés fondamentales restent essentielles pour les perspectives des relations UE-Turquie », conclut la déclaration.

La Turquie a levé jeudi l’état d’urgence en vigueur depuis deux ans qui a permis au gouvernement de procéder à des purges massives après un putsch manqué, mais l’opposition craint qu’il ne perdure de fait à travers une nouvelle loi « antiterroriste ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...