Ukraine : un projet immobilier sur un site d’inhumation de victimes de la Shoah
Rechercher

Ukraine : un projet immobilier sur un site d’inhumation de victimes de la Shoah

L'ambassadeur israélien et la communauté juive ont fustigé la municipalité de Poltava qui refuse de reculer ; l'envoyé appelle le maire à stopper une "injustice historique"

Les élèves d'une école juive dans le jardin potager de l'école à Poltava, en Ukraine, avant 1917  (Crédit : Yad Vashem/YVA Photo Collection 4147/55)
Les élèves d'une école juive dans le jardin potager de l'école à Poltava, en Ukraine, avant 1917 (Crédit : Yad Vashem/YVA Photo Collection 4147/55)

Une ville ukrainienne travaille sur un projet de construction d’immeubles résidentiels sur un site où des milliers de Juifs avaient été assassinés et inhumés pendant la Shoah, une initiative qui a entraîné la fureur de l’ambassadeur israélien, ont fait savoir les médias israéliens.

Au mois de septembre 1941, peu après que les forces nazies allemandes sont arrivées dans la ville de Poltava, dans l’est de l’Ukraine, près de 5 000 Juifs étaient tombés sous les balles sur le site, connu sous le nom de « dépôts d’artillerie », aux côtés de nombreux non-Juifs, a fait savoir le quotidien Israel Hayom dans un reportage paru samedi.

L’envoyé israélien Joel Lion aurait envoyé une lettre au maire en exercice de Poltava Oleksandr Shamota, le pressant de renoncer à son plan.

« En tant que représentant de l’Etat d’Israël, l’Etat du peuple juif et en tant que fils de survivants de la Shoah, je m’exprime au nom de ceux qui ne peuvent plus le faire et j’en appelle à votre conscience ainsi qu’à celle des membres de votre conseil municipal en vous demandant de mettre un terme à cette injustice historique », a écrit Lion.

L’ambassadeur israélien en Ukraine Joel Lion (Crédit : Wikimedia Commons/Dovernewyork )

« J’attends de vous une action immédiate. Vous pouvez faire le choix entre la justice et l’injustice », a-t-il ajouté dans sa lettre dont il a envoyé une copie au Premier ministre ukrainien Volodymyr Groysman, au ministre de la Culture Yevhen Nyshchuk et aux responsables communautaires juifs.

Le projet immobilier érigé dans ces lieux chargés d’histoire sera débattu la semaine prochaine par le conseil municipal de Poltava, a précisé le site Ynet lundi.

Il a été condamné par la communauté juive locale et par l’Institut de commémoration nationale ukrainien. Malgré les initiatives qui ont été prises – il y a eu notamment une intervention de la part du ministère de la Culture – la municipalité ne semble pas décidée à reculer.

Poltava était, au début du 20e siècle, l’un des principaux centres Juifs d’Ukraine. En 1939, presque 13 000 Juifs vivaient dans la ville. Le second président israélien, Yitzhak Ben-Zvi, était né à Poltava, et deux journaux ultra-orthodoxes majeurs — Hamodia and Hapeles — ont été fondés dans la ville.

De nombreux Juifs étaient parvenus à échapper aux troupes nazies en fuyant avant l’occupation de Poltava, au mois de septembre 1941. Un recensement indique qu’il y avait, à l’époque, 5 000 Juifs qui habitaient la municipalité. Les Allemands avaient mené deux opérations meurtrières majeures au mois de novembre de cette année-là.

L’année dernière, une croix gammée et les mots « Heil Hitler » avaient été peints à la bombe sur un monument de commémoration des victimes de la Shoah à Poltava. Les voyous, qui n’ont pas été identifiés à ce jour, avaient également écrit « Mort aux youpins ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...