Un AIPAC critiqué cherche à prouver qu’il est ouvert aux progressistes
Rechercher

Un AIPAC critiqué cherche à prouver qu’il est ouvert aux progressistes

Après le refus de Sanders et d'autres démocrates de prendre la parole à la conférence annuelle qui débute dimanche, le puissant lobby s'apprête à mettre en avant le bipartisme

Eric Cortellessa couvre la politique américaine pour le Times of Israël

Joe Biden, alors vice-président, prend la parole lors de la conférence politique de l'AIPAC 2016 à Washington, DC, le 20 mars 2016. (AP/Cliff Owen)
Joe Biden, alors vice-président, prend la parole lors de la conférence politique de l'AIPAC 2016 à Washington, DC, le 20 mars 2016. (AP/Cliff Owen)

WASHINGTON – Plus de 18 000 personnes assisteront cette semaine à la conférence politique de la American Israel Public Affairs Committee, [AIPAC]. Si le lobby pro-Israël veut qu’ils repartent avec au moins un message, c’est celui-ci : l’organisation reste ardemment engagée à cultiver le soutien bipartite au Capitole.

Après que le leader démocrate à la présidence, Bernie Sanders, a annoncé la semaine dernière qu’il ne participerait pas à la conférence de l’AIPAC – disant qu’elle offrait une plate-forme pour « exprimer le sectarisme et s’opposer aux droits fondamentaux des Palestiniens » – le puissant groupe a essayé avec insistance de montrer qu’il ne s’était pas complètement aliéné la gauche américaine.

Le lendemain de la déclaration de Sanders, elle a annoncé la présence de plusieurs démocrates éminents du Congrès – dont le leader de la minorité au Sénat Chuck Schumer et le membre du Congrès Hakeem Jeffries, l’un des responsables de la Chambre dans le procès de destitution du président Donald Trump – et a modifié ses règles pour permettre aux candidats à la présidence de s’exprimer par vidéo. En 2016, l’AIPAC avait refusé la demande de M. Sanders de prononcer son discours à distance.

La conférence aura lieu au Walter Washington Convention Center à Washington, DC, du 1er au 3 mars. Le dernier jour coïncide avec le Super Tuesday, considéré comme l’un des jours les plus importants des primaires démocrates en raison du nombre d’États et de délégués en jeu.

Grâce aux nouvelles règles, l’ancien vice-président Joe Biden, le sénateur du Minnesota Amy Klobuchar et Pete Buttigieg interviendront lors de la conférence par vidéo satellite, tandis que l’ancien maire de New York Michael Bloomberg s’exprimera en personne, le seul candidat démocrate de 2020 à le faire.

Le candidat démocrate à la présidence, le sénateur Bernie Sanders, Independent-Vermont, lors d’un événement de campagne, à Spartanburg, en Caroline du Sud, le 27 février 2020. (Matt Rourke/AP)

Elizabeth Warren a également décliné l’invitation de l’AIPAC.

Ces absences indiquent-elles que l’AIPAC est de plus en plus considéré comme un bastion de la droite ? L’opposition de cette organisation à l’administration Obama sur l’accord nucléaire avec l’Iran et l’adoption des politiques de discorde de l’administration Trump en Israël l’ont rendue politiquement toxique pour les membres les plus influents du Parti démocrate, comme les progressistes Sanders et Warren.

L’AIPAC a tenté de repousser cette interprétation, et les tentatives de polir sa bonne foi progressiste iront également au-delà de la question de savoir qui des politiciens peut monter sur scène ou parler à distance.

Selon un sommaire de la conférence que le groupe a envoyé aux journalistes, le groupe « organisera plusieurs réunions en petits groupes et des réceptions célébrant l’aspect progressiste des relations entre les États-Unis et Israël ».

Cela comprendra une soirée pour les « partisans des LGBTQ+ et de leurs alliés » et des réunions en petits groupes intitulées : “LGBTQ+ and Allies Supporters” and breakout sessions titled: “Fostering Coexistence: Israel and Palestinians Working Together Under the Radar Breakout Session,” “Going Green: Israel and the Environment,” “Zionism and Feminism: A Report from the Field”. [« Favoriser la coexistence » : Israël et les Palestiniens travaillant ensemble dans le cadre de la réunion en petits groupes », « Passer au vert » : Israël et l’environnement », « Sionisme et féminisme » : Un bilan du terrain »].

Par ailleurs, la conférence accueillera plusieurs membres éminents de l’administration Trump. Le vice-président Mike Pence, le secrétaire d’État Mike Pompeo et l’ambassadeur des États-Unis en Israël David Friedman interviendront tous lors des sessions plénières.

Il est probable qu’ils reçoivent un accueil chaleureux de la part de la foule, qui tend à être à droite, sur plusieurs décisions politiques que la Maison Blanche a prises au cours de l’année et qui sont favorables à l’actuel gouvernement Netanyahu, notamment la reconnaissance de la souveraineté israélienne sur le plateau du Golan, la position selon laquelle les implantations ne violent pas le droit international et le déploiement du plan de paix Trump tant attendu, qui est largement considéré comme favorable à Israël.

Rompant avec les administrations américaines précédentes, l’équipe Trump a publié une proposition qui envisage la création d’un État palestinien dans environ 70 % de la Cisjordanie, une petite poignée de quartiers à Jérusalem-Est, la plus grande partie de Gaza et certaines zones du sud d’Israël – si les Palestiniens reconnaissent Israël comme un État juif, désarment le Hamas et d’autres groupes terroristes dans l’enclave côtière, et remplissent d’autres conditions.

La proposition permet également à Israël d’annexer des implantations, d’accorder à l’État juif la souveraineté sur la vallée du Jourdain et un contrôle sécuritaire prépondérant à l’ouest du fleuve, et d’interdire aux réfugiés palestiniens de s’installer en Israël.

Trump lui-même ne prendra pas la parole, et à moins que Biden, Klobuchar ou Bloomberg ne se mettent en colère, ce sera la première année électorale depuis des décennies où aucun candidat d’un grand parti ne prendra la parole à la conférence.

Le président américain Donald Trump (à droite) lors d’une réunion bilatérale élargie avec le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, le 27 janvier 2020, dans le bureau ovale de la Maison Blanche. (Photo officielle de la Maison Blanche par D. Myles Cullen)

Les deux principaux candidats israéliens au poste de Premier ministre en Israël ne se présenteront pas non plus en personne : Le chef du Likud, Benjamin Netanyahu, et le leader de Kakhol lavan, Benny Gantz. Tous deux interviendront par vidéo lors de la conférence mardi.

Comme beaucoup d’autres Israéliens, ils ne prendront pas l’avion pour Washington alors que le pays se rend aux urnes lundi, laissant la salle de conférence dépourvue de presque tout politicien ou haut fonctionnaire israélien.

Les Israéliens ont également été conseillés par leur gouvernement de ne pas voyager à l’étranger par crainte de contracter le coronavirus.

Un certain nombre de chefs d’État étrangers seront toutefois présents, notamment le chancelier autrichien Sebastian Kurz, le président du Guatemala Alejandro Giammattei et le président serbe Aleksandar Vučić.

Certains de ces intervenants ont déjà suscité des controverses. Le groupe d’extrême gauche IfNotNow, qui avait mené une campagne de pression pour empêcher les démocrates de 2020 d’assister à la conférence, a critiqué le lobby qui va accueillir Kurtz et Vučić.

Kurtz a formé un gouvernement de coalition en 2017 avec le Parti de la liberté d’Autriche (FPÖ), fondé par des néo-nazis. Vučić a été fustigé pour avoir nié le massacre de Račak en 1999, qu’il a qualifié de « fabriqué ».

Le Président autrichien Alexander Van der Bellen, (à gauche), et le Chancelier autrichien Sebastian Kurz font un communiqué de presse après une réunion, le 19 mai 2019 à Vienne. (HANS PUNZ / APA / AFP)

La conférence sera couronnée par le traditionnel « lobby day » au Capitole le 4 mars, alors que de nombreux participants descendront dans la rue pour exhorter les membres du Congrès à soutenir un ensemble de priorités législatives favorables à Israël.

Historiquement, cela a consisté à faire pression pour une aide importante à la sécurité d’Israël et une réponse ferme aux activités de l’Iran dans la région. Cette année ne déroge pas à la règle.

Selon le sommaire de la conférence politique de l’AIPAC, le lobby poussera le Congrès à maintenir les 3,8 milliards de dollars d’aide annuelle à l’État juif, comme convenu dans un protocole d’accord entre l’administration Obama et le gouvernement Netanyahu.

Les deux autres requêtes inciteront le Congrès à demander au Conseil de sécurité des Nations unies de prolonger l’embargo sur les armes et les restrictions sur les missiles balistiques de l’ONU à l’encontre de l’Iran, qui expirent en octobre 2020, et à insister sur le soutien continu d’Israël à la Cour pénale internationale de La Haye.

Dans les deux cas, l’AIPAC tente de recueillir des signatures de membres du Congrès pour soutenir ces initiatives.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...