Un ancien professeur français condamné pour contestation de crimes contre l’humanité
Rechercher

Un ancien professeur français condamné pour contestation de crimes contre l’humanité

Vincent Reynouard, connu pour sa propagande antisémite, a quitté le territoire français

Vincent Reynouard (Crédit : Capture d'écran/YouTube)
Vincent Reynouard (Crédit : Capture d'écran/YouTube)

Le 21 juin dernier, Vincent Reynouard, un ancien professeur de mathématiques de Honfleur, a été condamné à un an de prison ferme pour « contestation de crimes contre l’humanité » par la Cour de Cassation de Paris, rapporte le site Normandie-Actu.

Avant les commémorations du 70e anniversaire du Débarquement, le négationniste avait publié une vidéo remettant en cause l’extermination des Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale.

Suite à ces propos, des associations, comme Dday-Overlord et Westlake Brothers Souvenir ainsi que la Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme (Licra), avaient porté plainte pour calomnie et contestation de crimes contre l’humanité.

Le 11 février 2015, le tribunal de Coutances, avait condamné Vincent Reynouard à deux ans de prison ferme. Cette décision avait alors fait l’objet d’un appel.

Dans sa décision du 17 juin 2015, la Cour d’appel de Caen a condamné à un an de prison ferme le négationniste. Dans sa décision du 21 juin dernier, la Cour de cassation confirme la position de la deuxième instance.

Cependant, l’auteur de l’appel Vincent Reynouard a quitté le territoire français. Ainsi il est impossible de dire si le négationniste purgera sa peine.

Vincent Renouard, qui est aujourd’hui âgé de 47 ans, n’en est pas à sa première condamnation pour les mêmes faits. Militant négationniste, il a été condamné une première fois en 1992 par la Cour d’appel de Caen à un mois de prison avec sursis et 5 000 francs d’amende pour contestation de crimes contre l’humanité. Viré de ses fonctions de professeur, il a consacré sa carrière à répandre sa haine nazie, notamment sur Internet.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...