Un bouclage total aura lieu en cas de perte de contrôle – Expert économique
Rechercher
Interview

Un bouclage total aura lieu en cas de perte de contrôle – Expert économique

Avi Simhon estime que la crise du coronavirus pourrait coûter à l'économie plus de 50 milliards de shekels mais affirme qu'elle va rapidement rebondir

Raphael Ahren est le correspondant diplomatique du Times of Israël

Avi Simhon, le président du Conseil économique national, lors d'une conférence organisée par le journal israélien "Makor Rishon" à Jérusalem, le 8 décembre 2019. (Yonatan Sindel/Flash90)
Avi Simhon, le président du Conseil économique national, lors d'une conférence organisée par le journal israélien "Makor Rishon" à Jérusalem, le 8 décembre 2019. (Yonatan Sindel/Flash90)

Le gouvernement imposera un bouclage total lorsqu’il estimera qu’il perd le contrôle de la situation et ne peut plus contenir la propagation du coronavirus, a déclaré mardi le principal conseiller économique du Premier ministre Benjamin Netanyahu, alors que les responsables à Jérusalem continuent d’envisager des mesures pour lutter contre la maladie.

« Si nous estimons que le nombre de personnes contaminées en un jour est si élevé que nous perdons le contrôle, que nous nous dirigeons vers une situation de milliers de nouveaux malades par jour, nous tirerons la sonnette d’alarme et décréterons un bouclage », a déclaré Avi Simhon, le président du Conseil économique national du bureau du Premier ministre, au Times of Israel.

La situation peut se détériorer très rapidement, a-t-il averti.

Mardi soir, les responsables du ministère de la Santé ont déclaré qu’Israël devrait s’attendre à des « milliers de morts » du COVID-19, la maladie causée par le virus, si les citoyens ne respectent pas les restrictions et les directives émises par le gouvernement.

Il est impossible de prédire à quelle vitesse une telle évolution pourrait se produire en Israël, a déclaré M. Simhon. « Et parce que je ne sais pas, je pense que nous devons prendre des risques. Et nous prenons des risques : Le fait que lundi nous n’ayons pas décidé d’un verrouillage est un risque que nous prenons ».

Dans une interview détaillée, Simhon, 61 ans, a estimé que la crise actuelle pourrait coûter à l’économie israélienne plus de 50 milliards de shekels (12,5 milliards d’euros). Néanmoins, il a fait preuve d’un optimisme prudent pour l’avenir, prédisant qu’une fois la pandémie terminée, les affaires se redresseront rapidement.

Un homme passe devant des magasins et des restaurants fermés à Tel Aviv, le 15 mars 2020. (Miriam Alster/FLASH90)

Membre du cercle restreint de Netanyahu qui a assisté à la plupart des discussions sur la crise du coronavirus, Simhon – une nomination politique – a également donné quelques indications sur le processus de décision du Premier ministre, les responsables de la santé l’exhortant à réduire encore plus la vie publique alors que d’autres s’inquiètent du coût qu’un blocage aurait sur l’économie.

M. Simhon, qui a enseigné au département d’économie et de gestion agricoles de l’université hébraïque de Jérusalem avant de rejoindre le cabinet du Premier ministre, a également discuté des implications plus larges de la crise pour l’économie israélienne, notamment les effets d’un shekel affaibli et les programmes de relance pour les entreprises en difficulté.

Le Conseil économique national, qu’il dirige depuis décembre 2015, « sert d’organe de coordination pour le Premier ministre sur les sujets qui nécessitent une réflexion économique globale et méthodologique, aide aux processus de décision et est impliqué dans les projets figurant à l’ordre du jour du Premier ministre et du gouvernement en général », selon le cabinet du Premier ministre.

Voici une transcription de notre conversation, qui a eu lieu mardi soir, légèrement modifiée pour des raisons de longueur et de clarté.

Le Times of Israel : Les dernières instructions du gouvernement, annoncées mardi après-midi, sont assez draconiennes. On nous demande de ne pas quitter la maison sauf si c’est vraiment nécessaire. Y a-t-il un autre niveau de restrictions encore plus strictes après cela, ou bien est-ce tout ?

Avi Simhon : Il y a d’autres choses qui pourraient arriver, comme le passage à une économie dans un état d’urgence et un bouclage total.

Que devrait-il se passer pour que cela se produise ?

Que nous estimions que cela devient incontrôlable, que nous perdions le contrôle du nombre de personnes contaminées. Si nous estimons que le nombre de personnes contaminées en un jour est si élevé que nous perdons le contrôle, que nous nous dirigeons vers une situation de milliers de nouveaux malades par jour, nous tirerons la sonnette d’alarme et décréterons un bouclage.

Le Prof. Avi Simhon, chef du Conseil économique national, lors du IATI MNC Forum 2016. (Autorisation : Nir Shmul)

Il semble que nous n’en sommes pas encore là, n’est-ce pas ?

Écoutez, aujourd’hui, ça n’en a pas encore l’air. Mais permettez-moi de vous rappeler que l’Allemagne était là où nous sommes maintenant il y a seulement deux semaines. En Espagne, le 5 mars, 280 personnes étaient infectées, et le lendemain, 400. C’était il y a moins de deux semaines. En 11 jours, ils sont passés de la situation dans laquelle nous nous trouvons aujourd’hui à 500 morts. Cela peut donc changer très très rapidement, et alors vous perdez tout simplement le contrôle.

Quelle est la probabilité qu’un développement similaire se produise ici en Israël ?

Je ne sais pas. Vous me demandez mon avis, mais je ne le sais pas. Et parce que je ne sais pas, je pense qu’il faut prendre des risques. Et nous prenons des risques. Le fait que lundi nous n’ayons pas décidé d’un verrouillage est un risque que nous prenons.

Ce qui s’est passé, c’est que nous – quelques collègues des ministères des Finances et de l’Economie et quelques épidémiologistes – avons commencé une série de réunions marathon jeudi soir, qui ont duré 10 heures d’affilée, pendant tout le vendredi et le Shabbat. Je me suis assis dans le bureau avec des gens qui observent [religieusement] aussi. Nous avons présenté une ébauche au Premier ministre, qui l’a examinée et nous a demandé de lui fournir plus d’informations sur les ramifications possibles. Nous avons travaillé sur le plan jusqu’à quelques minutes avant que le Premier ministre ne le présente lundi soir.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu tient une réunion pour décider des mesures à prendre pour contenir le coranavirus. Les participants sont assis à distance les uns des autres, le 13 mars 2020. Le Prof. Avi Simhon est le deuxième en partant de la droite. (Capture d’écran/Douzième chaîne)

Je comprends que les responsables du ministère de la Santé voulaient des mesures encore plus draconiennes, et les gens de la Banque d’Israël et du ministère des Finances pensaient que les mesures décidées par le Premier ministre étaient exagérées. Est-ce exact ?

Oui.

Sur la base de quoi le Premier ministre a-t-il pris sa décision [que, tandis que les « services essentiels » continuent comme d’habitude, le secteur public passera à une « situation d’urgence » et le secteur privé sera tenu de réduire de 70 % le nombre d’employés sur les lieux de travail] ?

Il écoute les arguments des deux parties. Je pense que ce qui fait finalement pencher la balance, c’est la question de savoir quel risque nous prenons lorsque nous en faisons trop, et quel risque nous prenons si nous en faisons trop peu.

Si nous en faisons trop – plus que ce qui est nécessaire – cela aura des répercussions économiques, et la Banque d’Israël et le ministère des Finances, et moi-même, avons présenté des évaluations économiques de ce que ces mesures coûteraient.

D’un autre côté, si nous en faisons trop peu, nous pourrions nous retrouver dans une situation similaire à celle de l’Espagne et de l’Italie. Nous craignons également que l’Espagne et l’Italie ne se retrouvent dans une situation où elles aspirent à ce qui se passe aujourd’hui – c’est une possibilité et un souci. C’est donc le prix à payer pour une erreur dans un sens ou dans l’autre que le Premier ministre est en train de peser.

Le personnel hospitalier portant des masques et des équipements de protection soigne les patients allongés dans une structure d’urgence temporaire en dehors du service des accidents et des urgences, où les nouveaux arrivants présentant des symptômes suspects de coronavirus sont testés, à l’hôpital de Brescia, en Lombardie, le 13 mars 2020. (Miguel MEDINA / AFP)

Il n’y a jamais rien eu de tel en Israël, et personne ne peut dire avec certitude ce qui se passera si nous faisons ceci ou cela. Personne ne le sait. Il n’y a que des évaluations, et tout le monde sait qu’ils pourraient se tromper. Le Premier ministre doit donc se demander quel sera le prix à payer s’il se trompe dans une direction. C’est sur cette base qu’il décide.

Que dites-vous des experts médicaux qui affirment que vous exagérez, qu’il est possible de survivre à cette crise avec des mesures moins drastiques, et que vous semez inutilement la panique dans la nation.

Jusqu’à récemment, je pensais qu’il n’y avait pas de groupe d’experts qui se disputait constamment entre eux, à l’exception des économistes. Aujourd’hui, je sais que j’avais tort. Il y a plus d’experts dans le domaine médical, et ils se disputent plus entre eux que les économistes. La plupart des experts sont certains que le danger est très, très élevé, et que si cela s’aggrave, cela pourrait entraîner des milliers de morts.

Il est possible qu’ils se trompent. Comme vous l’avez dit, il y a des experts qui pensent le contraire. Il est possible qu’ils aient raison. Je dois examiner la question, et conseiller le Premier ministre, et le Premier ministre doit décider quelles sont les chances que ce camp se trompe, et quelles sont les chances que l’autre camp se trompe.

Voici ma réponse succincte à vos questions : Je leur dis qu’il est possible qu’elles soient correctes. Et qu’il est possible qu’ils se trompent. Parce qu’il y a des gens qui sont tout aussi intelligents, avec des titres tout aussi impressionnants, qui soutiennent le contraire.

Et d’ailleurs, nous le saurons très bientôt. Nous n’avons pas besoin d’attendre le messie pour savoir qui avait raison, parce que nous voyons différents modèles. Nous voyons ce que font les Britanniques [ils n’ont pas encore ordonné un isolement social généralisé], et nous voyons ce que nous faisons. S’il s’avère que les Britanniques ont fait ce qu’il fallait, et qu’ils se retrouveront avec moins de victimes et moins de dommages économiques que nous, alors ils avaient raison. S’il s’avère que nous aurons moins de victimes et moins de dommages économiques, alors nous avons eu raison.

Il ne faudra pas longtemps avant de savoir qui avait raison. Mais en attendant, nous devons prendre des décisions face à l’incertitude.

Vous avez dit il y a quelques jours que vous seriez heureux en apprenant que toute la crise du corona coûterait 50 milliards de shekels à l’économie israélienne. Est-ce toujours votre avis ?

Je maintiens ce que j’ai dit. Si l’archange Gabriel descendait du ciel et me disait : « Viens, donne-moi 50 milliards de shekels et la crise est derrière toi », je dirais : « Yalla, vas-y ». Je crains que cela nous coûte plus cher, mais je ne sais pas. Je vis dans des conditions incertaines. Je crains que cela nous coûte plus cher que ça.

Quel est votre pire scénario ?

Comme vous le savez, le malheur ne connaît pas de limites.

Donnez-moi un chiffre approximatif. Pourrait-il aller jusqu’à 150 milliards de shekels ?

Je ne pense pas. Je crains fort que cela ne dépasse les 50 milliards de shekels, mais je ne veux pas vous donner de chiffres.

Les dommages causés à l’économie israélienne par le coronavirus – est-ce quelque chose de temporaire, ou pourrait-il changer de façon permanente le visage de notre économie pour le pire ?

Cette crise a une chose qui est meilleure que d’autres crises. Une seule chose : nous savons qu’elle se terminera sans détruire nos institutions. Parce qu’à la fin, il y aura un vaccin, et une fois qu’il y aura un vaccin, cette pandémie disparaîtra complètement et nous serons exactement là où nous étions au départ.

Cette crise sera très profonde et très douloureuse, je le crains. Mais la lumière au bout du tunnel est qu’à la fin, le monde entier s’ouvrira à nouveau et reviendra à ce qu’il était avant la crise. Il est très important de s’en souvenir.

Boutiques et restaurants fermés à Tel Aviv, le 15 mars 2020. (Miriam Alster/FLASH90)

Les hôtels et les restaurants sont actuellement fermés. Et il est possible que certaines personnes fassent faillite. Mais le jour où l’épidémie prendra fin, les hôtels et les restaurants seront toujours là, et n’attendront que la venue des gens pour les rouvrir. Et cela arrivera, car nos institutions ne seront pas touchées. L’argent restera, nos institutions financières ne s’écrouleront pas et nous pourrons continuer là où nous nous sommes arrêtés.

Le shekel s’est beaucoup affaibli ces derniers temps. Est-ce bien ou mal ?

Je pense que c’est mauvais parce qu’il s’est affaibli pour de mauvaises raisons. Et j’espère que la Banque d’Israël tiendra la promesse de son gouverneur [Amir Yaron], qui a dit qu’il n’interviendra pas à moins qu’il y ait de fortes fluctuations qui émanent de raisons spéculatives plutôt que réelles. C’est exactement ce qui s’est passé, et j’attends de lui qu’il s’implique.

De quelle manière ?

J’attends de lui qu’il vende des dollars, dont il dispose en trop grande quantité.

Un shekel faible rend les importations plus chères, et cela fait craindre que cela n’entrave l’approvisionnement en denrées alimentaires et autres biens en provenance de l’étranger, non ?

Non. Le taux de change n’a aucun effet sur notre capacité à importer des denrées alimentaires. Il peut affecter les prix, mais pas beaucoup.

Un homme portant un masque facial, porté par beaucoup comme mesure de protection contre le nouveau coronavirus COVID-19, pousse un caddie dans un supermarché de Berlin le 17 mars 2020. (Kay Nietfeld / dpa / AFP)

Le Premier ministre continue de souligner qu’il y a suffisamment de nourriture en Israël, y compris pour la prochaine fête de Pessah. Nous allons donc faire un barbecue le jour de Yom HaAtsmaout, sur nos balcons, et à Shavouot nous mangerons du cheesecake. Mais comme nous ne savons pas combien de temps la crise va durer, combien de temps les réserves alimentaires vont-elles durer ?

Tant que cela durera. La production alimentaire n’étant pas limitée dans le monde, il n’y a aucune raison de le faire. Le coronavirus n’est pas quelque chose qui nuit aux récoltes. Si vous me disiez qu’il y a une épidémie parmi les moissonneurs de blé, je serais quelque peu inquiet de la disponibilité des denrées alimentaires. Mais comme cela ne nuit pas aux récoltes, il n’y a aucune raison de croire qu’il y aura un problème de nourriture.

La Banque d’Israël dispose de 131 milliards de dollars, on peut acheter avec ça de la nourriture pour environ 15 ans. Et nous n’avons pas cessé d’exporter. Nos exportations continuent.

Qu’en est-il des importations ? Mes enfants, par exemple, adorent les pâtes Barilla, qui sont produites en Italie.

Il est possible qu’ils doivent s’habituer à une marque qui ne vient pas d’Italie. Mais il y aura beaucoup de pâtes. Ils ne doivent pas s’inquiéter.

Quelles sont les mesures de redressement que vous prévoyez de prendre lorsque tout cela sera terminé ? Quelles sont les mesures concrètes prévues pour remettre l’économie israélienne sur pied ?

Quand tout cela sera terminé, l’économie israélienne se redressera sans nous. Les hôtels, les restaurants et les propriétaires d’entreprises n’auront plus besoin de nous à ce moment-là, tout comme ils n’avaient pas besoin de nous avant la crise. Ce que nous devons faire, c’est nous préoccuper des gens avant que tout cela ne soit terminé.

Il est relativement facile d’aider les employés. Nous avons tous les moyens pour le faire – toutes les lois ont déjà été écrites. L’État d’Israël est relativement bon pour les employés, avec des allocations de chômage, etc.

Un supermarché Rami Levy à Gush Etzion, le 3 août 2010. L’entreprise est répertoriée dans une « base de données » des Nations unies sur 112 entreprises opérant en Cisjordanie. (Nati Shohat/Flash90)

Oui, ceux qui ont été mis en congé ont vu leurs revenus diminuer, mais ils ne restent pas sans rien. Il existe un filet de sécurité pour les employés qui n’est pas mauvais. [S’ils perdent leur emploi] ils ne gagneront pas le même montant qu’avant, mais ils auront quelque chose.

Nous n’avons pas de bons filets de sécurité pour les propriétaires de petites entreprises. Nous avons donc pris quelques mesures : Tout d’abord, nous allons donner aux plus petites d’entre elles, en guise de premiers secours – en fait, un simple pansement – un montant de 500-600 shekels. Les autres propriétaires d’entreprises obtiendront des prêts avec des garanties d’État et de très bons taux de crédit.

Mais ce n’est pas suffisant. Nous devons prendre des mesures supplémentaires. Nous devons nous asseoir et y réfléchir. Je ne peux pas vous dire aujourd’hui tout ce que nous allons faire, mais c’est certainement quelque chose que nous devrons traiter.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...