Un bracelet de l’armée israélienne pour faciliter les soins des soldats blessés
Rechercher

Un bracelet de l’armée israélienne pour faciliter les soins des soldats blessés

Les cadets de l’armée ont créé un prototype pour aider à suivre les traitements que les soldats blessés reçoivent sur le terrain

Les soldats blessés au combat à Gaza sont conduits aux urgences de l'hôpital Soroka à Beer Sheva, après avoir été évacués du champ de bataille par hélicoptère, le 25 juillet 2014 (Crédit : Dudu Greenspan / Flash90)
Les soldats blessés au combat à Gaza sont conduits aux urgences de l'hôpital Soroka à Beer Sheva, après avoir été évacués du champ de bataille par hélicoptère, le 25 juillet 2014 (Crédit : Dudu Greenspan / Flash90)

Les soldats blessés sont souvent traités sur place et dans des conditions d’urgence difficiles lorsqu’ils se trouvent dans des zones de guerre ou entreprennent des opérations militaires.

Ils reçoivent immédiatement les premiers secours des médecins sur le site et sont ensuite évacués de la zone de guerre vers d’autres endroits pour des soins additionnels. Ce n’est que plus tard qu’ils sont effectivement déplacés vers les hôpitaux, souvent par hélicoptère.

Pendant ce voyage difficile pour les placer en sécurité, ces soldats sont soignés, traités par un certain nombre de professionnels de la santé qui sont également susceptibles de soigner de nombreux autres soldats blessés. Ces médecins n’ont que quelques minutes pour évaluer la situation, apprendre dans quelles circonstances le soldat a été blessé et de décider du traitement.

Souvent, l’information qu’ils reçoivent au sujet des patients est incomplète, et parfois, seulement ils n’ont les détails que par l’entremise de notes ensanglantées scotchées sur le patient. L’information qu’ils transmettent au prochain médecin traitant les soldats blessés est également souvent limitée.

« Contrairement au monde civil, où la chaîne de traitement est généralement limitée à ceux dans l’ambulance et puis l’hôpital, les soldats sont traités par un certain nombre de personnes dans des circonstances difficiles », a expliqué le Major Nimrod Nocsenianu, un commandant dans l’armée israélienne et le chef de formation des officiers supérieurs dans les Corps C4I Signal de l’armée.

« Près de 25 % des décès de soldats dans le monde pourraient être évités avec des soins plus précis et de meilleures procédures de traitement ».

Donc, une équipe de cadets qui participe à un cours de formation des officiers supérieurs de l’armée a proposé un prototype de bracelets médicaux numériques qui vise à résoudre ce problème. Le bracelet numérique, qui a été fabriqué à partir de rien par les officiers mais pourrait être adapté à l’un des bracelets numériques disponibles sur le marché, fonctionne avec la technologie de communication de champ proche, qui permet à deux appareils électroniques de communiquer.

Le bracelet numérique de l'armée développé par les cadets (Crédit : Autorisation de l'unité des Porte-parole de l'armée israélienne)
Le bracelet numérique de l’armée développé par les cadets (Crédit : Autorisation de l’unité des Porte-parole de l’armée israélienne)

Les secouristes de l’armée porteraient des capteurs et des bracelets numériques – et ils envelopperaient les soldats blessés qu’ils traitent, mettant à jour l’information au bracelet via leurs smartphones et les capteurs de l’appareil.

Le professionnel suivant aurait accès à toutes les informations sur les procédures médicales qui ont déjà été effectuées via le bracelet, ainsi que d’autres informations essentielles qui peuvent être disponibles numériquement, comme une photo de la blessure ou la scène où l’accident eu lieu. Cela permettrait aux médecins de pouvoir faire une évaluation claire et rapide de la situation.

Le prototype a été développé en seulement 10 jours par une équipe de cyber-ingénieurs spécialisés en logiciels, comme projet final pour une nouvelle formation pratique de trois mois que le C4I a commencé à donner à ses officiers en formation.

Les équipes travaillant sur le bracelet des cadets de l'armée (Crédit : Autorisation de l'unité des porte-parole de l'armée)
Les équipes travaillant sur le bracelet des cadets de l’armée (Crédit : Autorisation de l’unité des porte-parole de l’armée)

« Nous demandons à l’armée quels sont ses plus grands besoins sur le terrain. Et nos élèves travaillent ensemble en équipe pour trouver des solutions », a déclaré Nocsenianu. Le fait de travailler ensemble dans des équipes – issus de milieux différents – alerte les soldats sur les besoins de l’autre, a-t-il fait valoir.

« Les ingénieurs apprennent ce dont le soldat de la cyber-défense a besoin, tandis que les experts en cyber-sécurité peuvent voir, de leur propre expérience, les difficultés auxquelles font face les ingénieurs ».

Les signes vitaux d'un patient lus par le bracelet des cadets de l'armée israélienne pour les soldats blessés (Crédit : Autorisation de l'unité des portes-paroles de l'armée israélienne)
Les signes vitaux d’un patient lus par le bracelet des cadets de l’armée israélienne pour les soldats blessés (Crédit : Autorisation de l’unité des portes-paroles de l’armée israélienne)

Le prototype est maintenant testé par des équipes médicales au sein de l’armée, et, s’il est approuvé, il sera produit pour une utilisation sur le terrain, a déclaré Fokshiano.

Pendant ce temps, les commentaires sur le dispositif a été très positif, a-t-il signalé. Le prochain groupe qui suivra la formation aura un nouveau projet et un nouveau défi à relever en février, a-t-il ajouté.

« En travaillant sur ce type de projets, les soldats ont un énorme sentiment d’autonomisation parce qu’ils réalisent ce qu’ils peuvent faire en seulement 10 jours de travail ensemble », a déclaré Nocsenianu, qui est dans l’armée pendant 20 ans. « Si tant de choses peuvent être faites en 10 jours, alors qu’est-ce qu’ils seraient capables de faire pendant les cinq ou six années de service avec l’armée ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...