Un « casque » israélien pour diagnostiquer la maladie de Parkinson
Rechercher

Un « casque » israélien pour diagnostiquer la maladie de Parkinson

Pour OurCrowd, il s'agit d'une percée, capable de détecter des signes précoces de maladies neurologiques

David Shamah édite notre section « Start-Up Israel ». Spécialiste depuis plus de dix ans en technologies et en informatique, il est un expert reconnu des start-up israéliennes, de la high-tech, des biotechnologies et des solutions environnementales.

L'ancien président Shimon Peres se renseigne sur la technologie ElMindA lors de la Conférence du Président de 2013, à Jérusalem. (Crédit : Courtesy ElMindA)
L'ancien président Shimon Peres se renseigne sur la technologie ElMindA lors de la Conférence du Président de 2013, à Jérusalem. (Crédit : Courtesy ElMindA)

Pour célébrer le 67e anniversaire d’Israël, la plateforme de socio-financement OurCrowd a annoncé son 67e investissement dans ElMindA, qui développe le premier outil d’évaluation de neurones fonctionnels du monde, destiné à visualiser de graves traumatismes et troubles du cerveau et approuvé par la FDA.

La technologie, selon OurCrowd, serait une énorme percée pour atténuer les blessures sportives, promouvoir la recherche sur le cerveau et changer la vie des deux milliards de personnes dans le monde qui vivent avec des troubles du cerveau.

Avec l’investissement en ElMindA, OurCrowd clôture deux ans d’activité, ayant investi plus de 110 millions de dollars avec sa « foule » de milliers d’investisseurs, couvrant les principaux secteurs d’investissement – y compris l’Internet des Objets, FinTech, la cybersécurité, la technologie médicale, la technologie agricole, Big Data et la robotique.

En tant que plateforme de socio-financement égalitaire, OurCrowd identifie les entreprises qui cherchent des investissements à un stade précoce, et présente ces opportunités à ses membres, qui choisissent alors les affaires auxquelles ils participent via OurCrowd, déclare le PDG Jon Medved.

OurCrowd co-investit dans toutes les affaires et gère les investissements en cours dans les entreprises, y compris la participation au conseil d’administration.

Les investisseurs individuels peuvent participer pour seulement 10 000 dollars, qui leur permettent d’investir dans des start-ups – qui nécessitent généralement des dizaines, sinon des centaines, de milliers de dollars.

Le socio-financement a été rendu possible après que la Securities and Exchange Commission américaine a levé une interdiction sur la « sollicitation générale » (c’est-à-dire, la publicité) de certains titres et moyens de placement.

Les entreprises et les entrepreneurs privés qui veulent lever des capitaux auprès d’investisseurs américains peuvent désormais commercialiser publiquement leur offre d’investissement auprès d’ « investisseurs qualifiés » (des particuliers disposant de plus d’un million de dollars en liquide ou d’un revenu net de plus de 200 000 dollars/an) par l’intermédiaire des médias sociaux, de matériaux imprimés, d’e-mails et d’autres moyens. C’est la « foule » avec laquelle travaille OurCrowd.

« L’adhésion à OurCrowd est limitée à ceux qui répondent aux rigoureuses exigences d’accréditation. En outre, les affaires conclues sont confidentielles et ne sont pas divulguées au grand public jusqu’à la fin de la transaction », explique Medved, ajoutant que OurCrowd respecte les réglementations gouvernementales en matière d’investissement.

S’il cherche des investissements dans une grande variété de domaines, OurCrowd a un faible pour la technologie susceptible de faire une grande différence dans la vie des gens, comme ElMindA, l’une des technologies israéliennes présentées au président américain Barack Obama lorsqu’il s’est enquis des succès technologiques israéliens lors de sa visite en Israël, en mars 2013.

ElMindaA était finaliste du prix Global B.R.A.I.N. (recherche décisive et innovation en neuro-technologie).

Alors que la plupart des systèmes cérébraux de surveillance nécessitent l’introduction invasive d’un capteur à l’intérieur de la tête, le BNA (Brain Activation Network) d’ElMindA agit à l’aide d’un « casque » futuriste, qui contient des dizaines d’électrodes capables de mesurer l’activité à travers le crâne.

Les capteurs du casque mesurent l’activité du cerveau électronique en des points différents, chaque capteur enregistrant l’activité associée à une fonction spécifique du cerveau – pensée, mémoire, activité, etc.

Les données sont analysées par des algorithmes spécialement développés, à partir du traitement du signal et d’une reconnaissance de formes techniques brevetées qui peuvent se connecter entre les signaux, révélant des images et des modèles en trois dimensions, qui représentent des voies nerveuses de haute résolution.

Les données aident les médecins à définir la fonction cérébrale et les changements de fonctionnalité, et à observer l’évolution de la maladie et/ou la réaction à des interventions thérapeutiques.

Le système peut ainsi détecter les premiers stades de maladies dégénératives du cerveau – comme Alzheimer et Parkinson – et aider les médecins à trouver des méthodes de traitement des troubles du cerveau, comme ADHD/DD, qui peuvent être plus efficaces.

Pour Medved, ElMindA est un autre excellent exemple de l’impact mondial de la technologie israélienne. « Les entrepreneurs israéliens restent inégalés dans leur capacité à créer de spectaculaires start-ups. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...