Un discret responsable du Hamas, lié à l’Iran, nommé pour diriger Gaza
Rechercher

Un discret responsable du Hamas, lié à l’Iran, nommé pour diriger Gaza

Imad al Alami remplacerait Ismail Haniyeh, qui devrait remplacer Khaled Meshaal à la tête du bureau politique au Qatar

Avi Issacharoff est notre spécialiste du Moyen Orient. Il remplit le même rôle pour Walla, premier portail d'infos en Israël. Il est régulièrement invité à la radio et à la télévision. Jusqu'en 2012, Avi était journaliste et commentateur des affaires arabes pour Haaretz. Il enseigne l'histoire palestinienne moderne à l'université de Tel Aviv et est le coauteur de la série Fauda. Né à Jérusalem , Avi est diplômé de l'université Ben Gourion et de l'université de Tel Aviv en étude du Moyen Orient. Parlant couramment l'arabe, il était le correspondant de la radio publique et a couvert le conflit israélo-palestinien, la guerre en Irak et l'actualité des pays arabes entre 2003 et 2006. Il a réalisé et monté des courts-métrages documentaires sur le Moyen Orient. En 2002, il remporte le prix du "meilleur journaliste" de la radio israélienne pour sa couverture de la deuxième Intifada. En 2004, il coécrit avec Amos Harel "La septième guerre. Comment nous avons gagné et perdu la guerre avec les Palestiniens". En 2005, le livre remporte un prix de l'Institut d'études stratégiques pour la meilleure recherche sur les questions de sécurité en Israël. En 2008, Issacharoff et Harel ont publié leur deuxième livre, "34 Jours - L'histoire de la Deuxième Guerre du Liban", qui a remporté le même prix

Le président turc Recep Tayyip Erdogan (à droite) avec le chef du Hamas dans la bande de Gaza, Ismail Haniyeh, en janvier 2012. (Crédit : Mohammed Al-Ostaz/Flash90)
Le président turc Recep Tayyip Erdogan (à droite) avec le chef du Hamas dans la bande de Gaza, Ismail Haniyeh, en janvier 2012. (Crédit : Mohammed Al-Ostaz/Flash90)

L’organisation terroriste du Hamas a récemment nommé un de ses membres fondateurs aux relations étroites avec la Syrie et l’Iran pour remplacer Ismail Haniyeh en tant que dirigeant politique de la bande de Gaza, ont annoncé des sources dimanche.

Haniyeh, qui était responsable des activités politiques du Hamas dans l’enclave palestinienne, a quitté début septembre la bande de Gaza pour une série de visites dans des états arabes et musulmans, apparemment pour se positionner comme remplaçant de Khaled Meshaal à la tête du bureau politique du Hamas au Qatar.

Meshaal a déclaré qu’il ne se présenterait pas aux prochaines élections, qui devraient avoir lieu d’ici la fin de l’année.

Le remplaçant de Haniyeh, Imad al Alami, 60 ans, est né à Gaza, et y est revenu il y a quelques années.

Il a vécu un certain temps à Téhéran, puis a emménagé à Damas en 2008. Il est rentré dans la bande de Gaza après avoir été le dernier dirigeant du Hamas à quitter la capitale syrienne. Ses relations avec le dirigeant syrien Bashar el-Assad se sont dégradées au début de la guerre civile syrienne.

Le chef politique du Hamas, Khaled Meshaal, pendant un rassemblement du Congrès national africain en l'honneur du Hamas au Cap, en Afrique du Sud, le 21 octobre 2015. (Crédit : Rodger Bosch/AFP)
Le chef politique du Hamas, Khaled Meshaal, pendant un rassemblement du Congrès national africain en l’honneur du Hamas au Cap, en Afrique du Sud, le 21 octobre 2015. (Crédit : Rodger Bosch/AFP)

Al Alami a jusqu’à présent évité les lumières médiatiques. Il ne participe pas aux conférences de presse et n’utilise ni Facebook, ni Twitter.

Il ne visite pas non plus les tentes de deuil comme le font ses collègues du Hamas. Ces derniers mois, il n’a participé qu’à un seul évènement public.

Dans un contexte de bouleversements politiques au Moyen Orient, le Hamas a marché ces dernières années sur une corde raide en tentant de préserver le soutien des états du Golfe comme le Qatar, et de leurs rivaux chiites en Iran, en Syrie et ailleurs.

Haniyeh, qui vit, comme Meshaal, à Doha, la capitale qatarie, depuis qu’il a quitté Gaza, y a récemment rencontré le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas. La participation de Haniyeh à cette réunion est un signe supplémentaire qu’il se dirige vers la direction du Hamas.

C’est son absence constante de Gaza et son déménagement à l’étranger qui ont poussé le Hamas à nommer al Alami comme remplaçant temporaire en attendant la tenue d’élections officielles dans la bande de Gaza, qui seront organisées dans les prochains mois.

Al Alami a été blessé grièvement à la jambe pendant la guerre entre Israël et le Hamas dans la bande de Gaza à l’été 2014, dans des circonstances qui ne sont pas totalement claires.

Selon une des hypothèses, il aurait été blessé quand un ascenseur s’est effondré dans un tunnel où d’importants membres du Hamas se cachaient.

Une autre rumeur affirme qu’il a été blessé par un coup de feu pendant un affrontement entre activistes du Hamas. Il a été soigné en Turquie.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...