Un écrivain palestino-jordanien remporte le Prix de la fiction arabe
Rechercher

Un écrivain palestino-jordanien remporte le Prix de la fiction arabe

"Nous sommes soumis à une sorte d'oppression via l'arrogance des grandes puissances de ce monde", a affirmé cet ancien journaliste et professeur

Ibrahim Nasrallah (Crédit : capture d'écran YouTube)
Ibrahim Nasrallah (Crédit : capture d'écran YouTube)

Un écrivain palestino-jordanien, Ibrahim Nasrallah, a remporté le 11e Prix international de la fiction arabe (IPAF) pour son livre The Second War of the Dog qui dénonce des tendances brutales et inhumaines dans la société, ont annoncé les organisateurs.

Né en 1954 de parents palestiniens et établi ensuite en Jordanie, Ibrahim Nasrallah, un ancien journaliste, a reçu son prix, doté d’une somme de 50 000 dollars, lors d’une cérémonie mardi soir à Abou Dhabi, la capitale des Emirats arabes unis.

L’IPAF est un prix littéraire délivré par la Booker Prize Foundation à Londres et soutenu par les autorités des Emirats à Abou Dhabi.

Le président du jury, Ibrahim Al Saafin, a expliqué que le roman d’Ibrahim Nasrallah utilisait « des techniques de science-fiction » dans un pays imaginaire.

L’auteur dénonce « la tendance à la brutalité inhérente à la société, imaginant une période où les valeurs humaines et morales ont été écartées et tout est permis, même la vente et l’achat des âmes humaines », a-t-il souligné.

Dans des déclarations à l’AFPTV après la cérémonie, Ibrahim Nasrallah a dit que son livre « vise à secouer le lecteur, à briser sa compréhension du monde et sa complaisance ».

« Nous sommes soumis à une sorte d’oppression via l’arrogance des grandes puissances de ce monde », a-t-il affirmé, ajoutant : « Tuer nos enfants, nous conduire à la pauvreté, piller les richesses du monde arabe, c’est aussi de l’oppression. L’oppression n’est pas juste l’apanage de tel ou tel petit groupe (extrémiste) ».

Quatre des romans d’Ibrahim Nasrallah et un volume de poèmes ont déjà été traduits en anglais.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...