Rechercher

Un Palestinien tué alors que l’AP arrêtait 2 membres du Hamas à Naplouse

De violents heurts ont éclaté après l'opération qui, selon le groupe terroriste du Hamas, a été menée à la demande d'Israël

Ibrahim Nabulsi, à gauche, et Musab Shtayyeh sur une photo non datée. (Crédit : Autorisation)
Ibrahim Nabulsi, à gauche, et Musab Shtayyeh sur une photo non datée. (Crédit : Autorisation)

Un émeutier palestinien aurait été tué dans la matinée de mardi lors d’une émeute après l’arrestation de deux membres du groupe terroriste palestinien du Hamas par les services de sécurité de l’Autorité palestinienne (AP), apparemment à la demande d’Israël, dans la ville de Naplouse, en Cisjordanie.

Le porte-parole des services de sécurité palestiniens, Talal Dweikat, a affirmé que Firas Yaïsh, un homme de 53 ans, a été tué à Naplouse (nord), « dans un secteur où les forces de sécurité palestiniennes n’étaient pas présentes ». Il a dit attendre le rapport médical pour connaître la nature des blessures de la victime.

D’après des informations palestiniennes, il a reçu une balle en pleine tête.

Les informations indiquent que les forces de sécurité de l’AP ont ouvert le feu sur des émeutiers qui protestaient contre l’arrestation. Certains d’entre eux auraient mis le feu à des pneus et tiré des coups de feu en l’air.

Les heurts ont continué dans la matinée, ont constaté des journalistes de l’AFP. Des centaines de jeunes émeutiers palestiniens ont jeté des pierres sur des véhicules blindés de l’AP, alors que des échanges de coups de feu étaient entendus à travers Naplouse.

Les hommes arrêtés ont été identifiés comme étant Moussab Shtayyeh et Mohammad Tabila, deux membres du Hamas recherchés par Israël. Talal Dweikat a confirmé l’arrestation de Moussab Shtayyeh et d’Amid Tbaileh, pour des raisons de sécurité, qui seront « divulguées par la suite », a-t-il indiqué dans un communiqué.

Ces deux hommes auraient été des cibles privilégiées après la mort du commandant des Brigades des martyrs d’Al-Aqsa, Ibrahim Nabulsi, lors d’une opération menée le mois dernier par les troupes israéliennes.

Une photo circulant sur les réseaux sociaux montre Shtayyeh et Nabulsi côte à côte, arborant un grand sourire.

Shtayyeh faisait partie d’un groupe armé appelé le Bataillon de Naplouse ou Lions de Naplouse, selon le quotidien Haaretz.

Les informations indiquent qu’il est soupçonné d’être impliqué dans les récentes attaques menées contre des soldats israéliens et des fidèles juifs au Tombeau de Joseph situé à Naplouse.

Suite à ces arrestations, les groupes terroristes ont mis en garde l’AP contre les conséquences de l’opération tout en exigeant la libération immédiate de leurs hommes.

Le Hamas, qui a qualifié l’arrestation de Moussab Shtayyeh de « kidnapping » et de « crime national », a aussi publié une déclaration mettant en garde les services de sécurité de l’AP contre toute action menée au nom d’Israël. « C’est une nouvelle tache qui s’ajoute à l’Autorité [palestinienne] et une confirmation du bilan noir de sa coordination sécuritaire [avec Israël] », a estimé le groupe terroriste, rival de l’AP, dans un communiqué.

Des manifestants palestiniens affrontant les forces de sécurité palestiniennes, après l’arrestation de deux membres du groupe terroriste du Hamas, à Naplouse, en Cisjordanie, le 20 septembre 2022. (Crédit : Jaafar Ashtiyeh/AFP)

L’opération a été menée alors que le chef de l’AP, Mahmoud Abbas, s’est envolé lundi depuis l’Irlande vers New York pour assister à la 77e Assemblée générale des Nations unies.

Les responsables israéliens de la sécurité ont averti à maintes reprises ces derniers mois que l’AP était en train de perdre le contrôle du nord de la Cisjordanie, dont Naplouse.

Au début du mois, le chef d’état-major de Tsahal, Aviv Kohavi, a reproché à l’AP son incapacité à gouverner les zones du nord de la Cisjordanie, où les soldats israéliens ont essuyé des tirs répétés lors de raids nocturnes, dans le cadre d’une opération de plusieurs mois visant à empêcher les terroristes palestiniens de commettre des attentats.

L’armée a lancé l’opération « Breakwater », suite à la série d’attentats terroristes qui a tué 19 personnes entre la mi-mars et le début du mois de mai.

Des soldats israéliens près du tombeau de Joseph, dans la ville de Naplouse, en Cisjordanie, le 13 avril 2022. (Crédit : Nasser Ishtayeh/Flash90)

Plus de 2 000 suspects ont été arrêtés depuis le début de l’opération, selon l’agence de sécurité intérieure du Shin Bet.

Durant des raids israéliens menés à travers la Cisjordanie tôt mardi, les troupes ont arrêté huit Palestiniens recherchés, a déclaré Tsahal. Lors d’une arrestation menée dans le village palestinien de Bidu, un soldat a été légèrement blessé par des pierres lancées par des émeutiers palestiniens, a ajouté l’armée.

Au moins 97 Palestiniens ont été tués par l’armée depuis le début de l’année, selon un décompte du ministère de la Santé de l’AP. La liste comprend notamment des Palestiniens qui ont mené des attaques à l’intérieur d’Israël, des jeunes qui protestaient violemment contre les raids nocturnes de Tsahal et la journaliste d’Al Jazeera, Shireen Abu Akleh.

La plupart des arrestations effectuées par Tsahal ces derniers mois se sont concentrées sur Naplouse et Jénine, des localités connues pour être des bastions des groupes terroristes palestiniens.

La semaine dernière, la vice-secrétaire américaine aux Affaires du Proche-Orient, Barbara Leaf, a déclaré que l’administration Biden s’efforçait de garantir la poursuite de la coopération en matière de sécurité entre Israël et l’AP.

Emanuel Fabian et Jacob Magid ont contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...