Un Erythréen dans un état grave après avoir été poignardé à Petah Tikva
Rechercher

Un Erythréen dans un état grave après avoir été poignardé à Petah Tikva

Les médias ont rapporté que l'homme avait environ 25 ans et que le coup de couteau s'était produit lors d'une altercation

Une ambulance du Magen David Adom devant un hôpital israélien. Illustration. (Crédit : Noam Revkin Fenton/Flash90)
Une ambulance du Magen David Adom devant un hôpital israélien. Illustration. (Crédit : Noam Revkin Fenton/Flash90)

Un demandeur d’asile érythréen a été poignardé et grièvement blessé samedi soir, rue Baron Hirsch, dans la ville de Petah Tikva.

Les ambulanciers du Magen David Adom ont soigné l’homme sur place, puis l’ont emmené à l’hôpital Beilinson, de la ville.

Les médias ont rapporté que l’homme avait environ 25 ans et que le coup de couteau s’était produit lors d’une altercation.

La police a ouvert une enquête.

Il y a environ 38 000 migrants et demandeurs d’asile africains en Israël, selon le ministère de l’Intérieur. Environ 72 % sont Erythréens et 20 % sont Soudanais, et la grande majorité est arrivée entre 2006 et 2012.

Des militants érythréens ont organisé une vente aux enchères d’esclaves devant l’ambassade du Rwanda, à Herzliya, le 22 janvier 2018, afin de protester contre les expulsions prévues (Melanie Lidman / Times of Israël)

Le mois dernier, la Knesset a approuvé un amendement à la loi qui autorise désormais l’expulsion forcée de migrants et de demandeurs d’asile érythréens et soudanais à partir du mois de mars, ainsi qu’à l’emprisonnement pour une durée indéterminée de ceux qui refusent de partir.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a annoncé que des accords avaient été passés pour envoyer les migrants dans des pays tiers en Afrique, mais a refusé de divulguer le nom des pays.

Le plan d’expulsion suscite une opposition croissante.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...