Rechercher

Un festival de musique classique à Nazareth réunit Arabes et Juifs pour Noël

Le festival liturgique Polyphony lance son événement annuel, attirant des mécènes locaux et des Israéliens juifs à la recherche de l'esprit de Noël dans la ville historique

Jessica Steinberg est responsable notre rubrique « Culture & Art de vivre »

Répétition d'un spectacle du festival liturgique de Nazareth, qui ouvrira ses portes le 16 décembre 2021 (avec l'aimable autorisation de Yoel Levy).
Répétition d'un spectacle du festival liturgique de Nazareth, qui ouvrira ses portes le 16 décembre 2021 (avec l'aimable autorisation de Yoel Levy).

Lorsque le Festival Liturgique de Nazareth a démarré jeudi soir avec un concert d’ouverture célébrant les 250 ans de Beethoven, chaque siège de la représentation, qui s’est tenue dans l’église salésienne de la ville, était rempli. Le concert a fait salle comble.

« C’est la première fois que l’ensemble du festival est complet », a déclaré Nabil Abboud Ashkar, violoniste et directeur du conservatoire Polyphony de Nazareth, qui organise l’événement annuel. « C’est très rare et gratifiant en ce moment ».

Environ 35 % du public est local, notamment les nazaréens chrétiens et musulmans qui soutiennent le conservatoire. Le reste des participants au festival du week-end seront principalement des touristes juifs venus de l’extérieur de la ville. Certains sont peut-être des admirateurs de longue date du conservatoire, mais beaucoup sont simplement des personnes qui souhaitent passer un week-end dans une destination proche qui leur semble quelque peu étrangère.

« Nazareth donne l’impression de s’évader », a déclaré Abboud Ashkar. « Nous avons la capacité d’offrir à la fois du tourisme, une atmosphère spéciale de Noël et un haut niveau de culture. C’est toute l’idée derrière le festival ; la culture et le tourisme pour motiver l’intégration. »

Les jeunes musiciens de Polyphonie Nazareth, conservatoire de cette ville arabe du nord du pays qui a changé l’exposition des Arabes israéliens à la musique classique (Autorisation : Polyphonie Nazareth)

Le festival, qui se tient chaque année pendant la période de Noël, permet au conservatoire d’ouvrir ses portes et de s’adresser à une communauté plus large, contribuant ainsi à briser les perceptions et à réunir les communautés juive et arabe pour qu’elles entendent des œuvres classiques interprétées dans la ville connue pour avoir été le berceau de l’enfance de Jésus.

Polyphony a été fondé il y a 16 ans pour initier les jeunes de Nazareth à la musique classique et aux performances. Le conservatoire a créé des ensembles de jeunes arabes et juifs qui jouent ensemble de la musique de chambre et participent à des séances de dialogue à travers la musique.

Quelques-uns des éléments de Noël exposés au festival liturgique de Nazareth, qui ouvrira ses portes le 16 décembre 2021 (Courtesy Liturgical Festival)

Alors que le festival liturgique de l’année dernière s’était déroulé en ligne, la municipalité et les églises locales ont « vraiment intensifié leur jeu » cette année, a déclaré Abboud Ashkar, avec des éclairages et des décorations de Noël, plusieurs marchés de Noël et des hôtels locaux qui se sont associés au festival pour proposer des forfaits week-end avec des billets pour les concerts.

« Ce n’est pas une question de religion, c’est une question de mission et de ce en quoi les gens croient vraiment », a-t-il déclaré. « Je regarde cela et la violence déchirante qui se répand dans la communauté arabe et les gens ne se sentent plus en sécurité dans leurs villes et leurs villages natals. Je vois qu’au sein de tous ces défis et difficultés – résultat de toute l’accumulation des soixante et quelques dernières années – pouvoir organiser un festival comme celui-ci, cela nous donne de l’espoir. »

Il était plus difficile de planifier le programme de cette année, a-t-il dit, étant donné les inconnues de la pandémie et l’hypothèse que l’accueil de solistes, de chœurs ou d’orchestres internationaux ne serait pas possible.

« Nous avons réalisé que nous devions simplement faire avec », a déclaré Abboud Ashkar. « Nous ne pouvons pas non plus entasser autant de personnes dans l’église ».

Selon lui, toute cette expérience a été une sorte de baume après les tensions et les inquiétudes qui ont suivi les émeutes et les violences du mois de mai entre Arabes et Juifs.

Nabil Abboud Ashkar, violoniste et fondateur du conservatoire de musique classique Polyphony Nazareth qui lancera son festival liturgique 2021 le 16 décembre prochain (Courtesy Polyphony Nazareth).

« Les personnes les plus rationnelles ont réalisé à quel point la texture sociétale est fragile, la relation entre les Arabes et les Juifs en Israël », a déclaré Abboud Ashkar. « Les gens ont réalisé que nous ne pouvons pas ignorer que chacun a la responsabilité de maintenir, de développer, et de prendre soin de notre relation. Les personnes qui répandent la haine sont très actives, très bruyantes et agressives par nature. Ceux qui appellent à la tolérance et essaient de mieux comprendre comment nous pouvons vivre ensemble et établir la confiance sont généralement plus modérés et plus calmes. »

Au cours des mois qui ont suivi les violences du mois de mai, d’autres organisations juives israéliennes ont contacté Polyphony, dit-il, afin de collaborer avec le conservatoire.

Polyphony s’est associé cet été avec l’Opéra d’Israël, organisant un grand concert en juin et travaillant sur d’autres types d’efforts de coopération tout au long de l’année. Le festival de musique d’Abu Gosh, organisé par le village arabe israélien situé à l’extérieur de Jérusalem, a consacré une journée entière à la polyphonie, avec notamment une représentation de l’Orchestre de chambre de Galilée, l’ensemble professionnel du conservatoire composé de musiciens arabes et juifs.

« Après nos apparitions à l’Opéra, à Abu Gosh et à Tzippori, nous avons élargi notre public de manière significative », a déclaré Abboud Ashkar.

De jeunes musiciens de Polyphonie Nazareth (Autorisation : Polyphonie Nazareth)

Le point culminant des performances de l’Orchestre de Galilée sera sa prochaine représentation à New York et ses débuts au Carnegie Hall le 18 mars 2022, avec le violoniste Joshua Bell.

Le programme éducatif Polyphony, qui compte 130 étudiants, comprend un séminaire sur la musique et la société pour 20 jeunes musiciens arabes et juifs qui se réunissent une fois par mois pendant un week-end pour répéter de la musique de chambre et assister à des conférences et des discussions afin de comprendre la perspective de l’autre.

« Finalement, et c’est un long processus, ils abordent les questions les plus difficiles », a déclaré Abboud Ashkar.

Les étudiants apprécient tellement le conservatoire et le séminaire que le programme n’a pas été interrompu pendant les mois les plus intensifs de la pandémie, ni pendant les violences intestines du mois de mai.

« Nous avons constaté pendant le COVID à quel point les gens sont attachés à Polyphony », a-t-il déclaré, notant qu’ils prennent maintenant leur modèle et trouvent des partenaires dans la danse et le théâtre, utilisant les arts du spectacle pour rapprocher les Arabes et les Juifs.

L’une des raisons du succès de Polyphony est son investissement dans la communauté arabe locale.

« Nous n’avons pas commencé par rassembler les Arabes et les Juifs en chantant la paix et kumbaya », a déclaré Abboud Ashkar.

Il y a encore du travail à faire, a-t-il ajouté, en particulier avec d’autres membres de la communauté arabe au sens large qui connaissent le travail de Polyphony, mais n’en ont pas encore profité.

« Nous avons réalisé qu’il y avait un grand besoin dans la communauté arabe de combler les lacunes et de promouvoir l’excellence. C’était notre point de départ », a-t-il déclaré. « Cette progression est la raison pour laquelle Polyphony a le soutien de la communauté arabe. Ils n’ont pas eu l’impression que nous étions là pour leur vendre une histoire. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...