Un Gazaoui aurait été blessé par des tirs israéliens
Rechercher

Un Gazaoui aurait été blessé par des tirs israéliens

Selon l'armée, les soldats ont ouvert le feu pour éloigner un petit groupe de Palestiniens de la barrière de sécurité ; les militaires ignorent pour leur part s'il y a des blessés

Illustration : Un Palestinien armé d'une fronde fjette des pierres aux forces israéliennes durant une émeute le long de la frontière avec Israël, à l'est de Bureij, dans le centre de la bande de Gaza, le 18 octobre 2019 (Crédit : Mahmud Hams/AFP)
Illustration : Un Palestinien armé d'une fronde fjette des pierres aux forces israéliennes durant une émeute le long de la frontière avec Israël, à l'est de Bureij, dans le centre de la bande de Gaza, le 18 octobre 2019 (Crédit : Mahmud Hams/AFP)

L’armée israélienne a ouvert le feu sur un petit groupe de Palestiniens qui s’approchaient de la clôture frontalière de Gaza dans la nuit de vendredi à samedi. Il y aurait eu un blessé, un Gazaoui.

Cette information a été transmise par le ministère de la Santé de Gaza, dirigé par le Hamas. L’incident aurait eu lieu dans le nord de l’enclave, près de Jabaliya.

L’armée israélienne a avancé que les militaires avaient tiré pour éloigner les Palestiniens de la frontière et a précisé ne pas avoir eu connaissance d’éventuels blessés.

Samedi également, la Douzième chaîne a fait savoir que des avions-chasseurs israéliens avaient survolé Gaza après la découverte d’un objet suspect entrant sur le territoire palestinien. Ils sont ensuite retournés à leur base.

Cet incident est survenu après que 4 000 manifestants palestiniens ont pris part aux manifestations hebdomadaires le long de la frontière entre Gaza et Israël, vendredi, des centaines d’entre eux déclenchant de nombreuses émeutes et affrontements avec l’armée israélienne.

Les émeutiers ont lancé des pierres et des engins explosifs sur les soldats qui ont riposté avec du gaz lacrymogène et des tirs à balles réelles. Le ministère de la Santé de Gaza, contrôlé par le Hamas, a déclaré que 48 Palestiniens avaient été blessés dans les affrontements, dont 26 par des balles réelles.

Un Palestinien armé d’une fronde face aux forces israéliennes durant une émeute le long de la frontière avec Israël, à l’est de Bureij, dans le centre de la bande de Gaza, le 18 octobre 2019. (Crédit : Mahmud Hams/AFP)

Depuis le mois de mars 2018, les Palestiniens organisent des manifestations hebdomadaires violentes nommées « Marches du retour » à la frontière. Israël accuse le Hamas d’utiliser ces manifestations pour mener des attaques sur ses troupes et tenter de créer des brèches dans la barrière de sécurité. Le Hamas, groupe terroriste islamiste, a par le passé affirmé sa volonté de détruire Israël.

Le mois dernier, une délégation des renseignements égyptiens s’est rendue secrètement en Israël, craignant une nouvelle flambée de violences entre Israël et le Hamas dans la bande de Gaza en pleine impasse politique à Jérusalem, a rapporté la Treizième chaîne.

L’Egypte a négocié un certain nombre de trêves entre Israël et le Hamas ces dernières années.

Vendredi également, le ministère de la Défense a expliqué que les gardes de la sécurité israélienne ont tué par balles un Palestinien armé d’un couteau qui courait dans leur direction à un poste de contrôle, à proximité de Tulkarem, en Cisjordanie.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...