Un groupe juif écossais LGBT veut reprendre une synagogue orthodoxe abandonnée
Rechercher

Un groupe juif écossais LGBT veut reprendre une synagogue orthodoxe abandonnée

Irn-Ju a demandé aux propriétaires qui ont acheté la synagogue Langside en 2014 de les laisser prier dans l'édifice

Le bâtiment qui abritait autrefois la synagogue Langside à Glasgow en Ecosse, photographié en 2017. (Crédit : Michael Mail/Ta Fondation pour l'héritage juif via JTA)
Le bâtiment qui abritait autrefois la synagogue Langside à Glasgow en Ecosse, photographié en 2017. (Crédit : Michael Mail/Ta Fondation pour l'héritage juif via JTA)

Une congrégation libérale juive écossaise avec de nombreux membres homosexuels cherche à rouvrir une synagogue abandonnée qui a été construite en 1926 pour des fidèles orthodoxes de l’Europe de l’est.

Vendredi, la BBC a rapporté l’initiative menée par Irn-Ju, un collectif juif basé en Ecosse dans le nord du Royaume-Uni qui représente de nombreux courants libéraux, pour rouvrir la Synagogue Langside.

Le groupe, qui affirme rassembler des dizaines de participants à certaines de ses activités, a pris de l’ampleur ces dernières années à mesure que la participation à la synagogue qu’ils souhaitent maintenant reprendre a diminué, jusqu’à sa fermeture en 2014. Le bâtiment a été vendu à des propriétaires privés, qui sont restés anonymes.

Il y a une « nouvelle communauté juive à Glasgow et à Govanhill qui a besoin d’espace », a déclaré Joe Isaac, un membre du groupe, à la BBC.

Les membres du groupe, dont Isaac a dit qu’ils organisent maintenant des cérémonies religieuses chez eux, « meurent d’envie avoir un site permanent » comme la synagogue, « un endroit aussi beau et qui a été conçu pour une communauté juive ».

Une lettre ouverte adressée aux propriétaires de la synagogue demandant qu’elle soit rouverte a reçu plus de 800 signatures, a annoncé la BBC.

Le groupe a écrit que la « synagogue Landside est menacée : des promoteurs immobiliers privés essaient de la transformer en appartements ».

L’édifice n’est pas inclus dans une liste de protection du patrimoine, mais la fondation de l’Héritage juif estime qu’il a un niveau d’importance « régional » de 2 sur 4.

L’article de la BBC ne comprenait pas la réaction des propriétaires ni des autorités locales.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...