Israël en guerre - Jour 228

Rechercher

Un haut responsable du Hamas suggère « un semblant d’accalmie… avant la tempête »

Le chef du groupe terroriste a déclaré qu'à l'approche du ramadan, la stratégie est de contenir les tensions au sein de Gaza afin de porter ensuite un "coup stratégique" à Israël

Des Palestiniens lançant des pierres sur un bulldozer de l'armée israélienne, lors d'affrontements dans la ville de Jénine, en Cisjordanie, le 26 janvier 2023. (Crédit : Zain Jaafar/AFP)
Des Palestiniens lançant des pierres sur un bulldozer de l'armée israélienne, lors d'affrontements dans la ville de Jénine, en Cisjordanie, le 26 janvier 2023. (Crédit : Zain Jaafar/AFP)

Alors que les services de sécurité israéliens se préparent à la période sensible du ramadan, le chef du groupe terroriste palestinien du Hamas en Cisjordanie a déclaré que le groupe souhaitait que les activités terroristes soient limitées à Gaza pour le moment afin d’intensifier la violence en Cisjordanie, dans un enregistrement divulgué et diffusé par les médias israéliens dimanche.

Saleh al-Arouri, commandant fondateur de la branche armé du Hamas, a déclaré que la « résistance » en Cisjordanie « a besoin de retenue » à Gaza « si nous parlons de stratégie et en termes de bonne gestion de la campagne », a-t-il déclaré dans l’enregistrement diffusé par la chaîne publique israélienne Kan, en référence à la période du ramadan.

Le ramadan, mois sacré pour les musulmans, ajoute chaque année des tensions supplémentaires entre Israéliens et Palestiniens et a souvent été une période de violence accrue et de flambées, en particulier dans la Vieille Ville de Jérusalem, où se trouvent des lieux saints qui sont autant de points névralgiques. En 2021, les événements qui se sont déroulés à Jérusalem autour du mont du Temple et les expulsions imminentes de familles palestiniennes du quartier Sheikh Jarrah de la capitale se sont transformés en une guerre de 11 jours entre Israël et les groupes terroristes de la Bande de Gaza. Après des semaines de tensions, le Hamas a tiré un barrage de roquettes sur Jérusalem, ce qui a constitué la première salve du conflit.

Al-Arouri a déclaré que le Hamas avait intérêt à maintenir les tensions actuelles en Cisjordanie, tandis que « Gaza devrait se gouverner elle-même et attendre le moment opportun ». Il a déclaré que les appels à l’escalade du conflit depuis l’enclave côtière étaient bien intentionnés mais « exagérés », et que le groupe devait agir de manière stratégique.

« Pour que l’ennemi ne soit pas en paix lorsque la résistance en Cisjordanie s’intensifiera, il nous faudra peut-être arriver à une situation où Gaza ne pourra pas continuer à rester silencieuse face à l’ennemi. Si la résistance en Cisjordanie s’intensifie et atteint un certain niveau, la violence s’étendra probablement à l’ensemble de la Palestine et au-delà », a-t-il ajouté.

« L’avenir de la résistance en Cisjordanie conduira probablement à une vaste violence régionale avec l’ennemi sioniste et, si Dieu le veut, créera ici, pour la première fois, une occasion de porter un grand coup stratégique », a déclaré al-Arouri.

Les incidents violents et l’escalade en Cisjordanie ont à plusieurs reprises conduit à des tirs de roquettes et à des confrontations avec des groupes terroristes à Gaza. En août, l’arrestation du chef du groupe terroriste du Jihad islamique palestinien dans la ville de Jénine, en Cisjordanie, a entraîné un conflit de 66 heures entre Israël et le Jihad islamique palestinien, avec des tirs de roquettes, mais le Hamas était resté à l’écart de cette série de combats.

Les tensions entre Israël et les Palestiniens ont été intenses ces douze derniers mois, l’armée israélienne menant des opérations antiterroristes quasi-quotidiennes en Cisjordanie suite à plusieurs attentats terroristes palestiniens particulièrement meurtriers. Ces tensions se sont encore intensifiées ces dernières semaines, sur fond de raids israéliens et de représailles palestiniennes, ainsi que d’une recrudescence des violences des résidents d’implantations.

Une série d’attaques à Jérusalem et en Cisjordanie, ces derniers mois, a fait 14 morts et plusieurs blessés graves du côté israélien. En 2022, au moins 31 personnes ont été tuées dans des d’attentats terroristes palestiniens.

Au moins 85 Palestiniens ont été tués depuis le début de l’année, la majorité d’entre eux alors qu’ils commettaient des attaques ou pendant des affrontements avant les services de sécurité. Certains étaient toutefois des civils non-impliqués et d’autres ont perdu la vie dans des circonstances qui font actuellement l’objet d’une enquête.

Ismail Haniyeh, à droite, le chef du bureau politique du Hamas, serrant la main de son adjoint Saleh al-Arouri, à son arrivée à Gaza en provenance du Caire, en Égypte, dans la ville de Gaza, le 2 août 2018. (Crédit : Mohammad Austaz/Hamas Media Office via AP)

Plus tôt dans la journée de dimanche, les délégations d’Israël et de l’Autorité palestinienne (AP) se sont réunies pour un rare sommet régional relativement rare, quoique sans grand enjeu, à Charm el-Cheikh, en Égypte, où elles se sont de nouveau engagées à désamorcer les tensions quelques jours avant le début du ramadan.

Ce forum s’inscrivait dans le prolongement d’une réunion similaire organisée à Aqaba, en Jordanie, le mois dernier. Il s’agissait de la première conférence de haut niveau entre les dirigeants israéliens et palestiniens depuis des années. Les deux parties ont également convenu de se rencontrer une troisième fois le mois prochain.

Le sommet de Charm el-Cheikh, comme celui d’Aqaba, a été entaché par un attentat terroriste perpétré dans la ville palestinienne de Huwara. La fusillade de dimanche contre un véhicule appartenant à un Israélien et circulant sur la Route 60 de cette ville du nord de la Cisjordanie a grièvement blessé David Stern de l’implantation d’Itamar, un ressortissant israélo-américain et ancien soldat des Marines américains.

Cet attentat a eu lieu exactement trois semaines après que deux jeunes frères israéliens ont été tués lors d’une fusillade terroriste alors qu’ils circulaient dans Huwara. À la suite de cet attentat, des extrémistes ultra-nationalistes avaient organisé une émeute dans la ville, incendiant des maisons et des voitures et agressant des Palestiniens, faisant de nombreux blessés et tuant un Palestinien dans des circonstances encore incertaines.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.