Israël en guerre - Jour 257

Rechercher

Un journaliste d’Al-Jazeera, aussi commandant du Hamas – Tsahal

Un ordinateur découvert dans une base à Gaza contenait des documents et des images prouvant que Mohamed Washah est un haut-responsable du groupe terroriste et qu'il a fait des recherches pour ses unités aériennes

Emanuel Fabian est le correspondant militaire du Times of Israël.

Une photo non-datée montre le journaliste d'Al-Jazeera Mohamed Washah dans la bande de Gaza. (Crédit : Armée israélienne/Used in accordance with Clause 27a of the Copyright Law)
Une photo non-datée montre le journaliste d'Al-Jazeera Mohamed Washah dans la bande de Gaza. (Crédit : Armée israélienne/Used in accordance with Clause 27a of the Copyright Law)

Un journaliste palestinien qui travaille pour Al-Jazeera semble également être un commandant de l’aile militaire du Hamas, selon des images et selon des documents qui ont été trouvés par l’armée israélienne dans la bande de Gaza dans le cadre de la guerre en cours contre le groupe terroriste palestinien du Hamas.

« Dans la journée, c’est un journaliste pour la chaîne Al-Jazeera et dans la soirée, c’est un terroriste appartenant au Hamas ! », a écrit le porte-parole arabophone de l’armée israélienne, le colonel Avichay Adraee, dans un post écrit sur X, anciennement Twitter, dans la journée de dimanche.

Adraee a indiqué qu’il y a plusieurs semaines, les troupes avaient trouvé un ordinateur dans une base du Hamas, dans le nord de Gaza, qui appartenait à un homme répondant au nom de Mohamed Washah.

Washah, du quartier Bureij, dans le centre de Gaza, est apparu dans de nombreux reportages diffusés par Al-Jazeera, ces derniers mois, et la chaîne qatarie le présente comme l’un de ses journalistes.

Adraee a expliqué que des documents retrouvés dans l’ordinateur avaient révélé que Washah, 37 ans, était « un commandant de premier plan » dans une unité de missile anti-char et qu’à la fin de l’année 2022, il avait commencé à travailler dans la recherche et le développement pour le compte de l’unité aérienne du groupe terroriste.

Il a ajouté que les renseignements glanés sur l’ordinateur comprenaient notamment des images liant clairement Washah à des activités « au sein du Hamas ».

Dans sa publication, il y a des photographies qui semblent montrer Washah s’entraîner à l’utilisation des armes anti-char ou en train de travailler avec d’autres armes et un drone.

« Qui sait combien de détails nous révélerons à l’avenir sur l’existence d’autres terroristes qui détiennent par ailleurs une carte de presse ? », a écrit Adraee.

Le mois dernier, deux journalistes d’Al-Jazeera, qui avaient été tués lors d’une frappe aérienne israélienne à Rafah, avaient été ultérieurement accusés par Tsahal d’être des membres du Hamas et du Jihad islamique palestinien, un autre groupe terroriste.

Hamza Wael Dahdouh, le fils de Wael Al-Dahdouh, le correspondant de la chaîne qatarie à Gaza, et Mustafa Thuria, pigiste pour l’AFP qui travaillait aussi pour Al-Jazeera, avaient été tués dans cet incident survenu au mois de janvier. Un troisième journaliste, Hazem Rajab, avait été grièvement blessé, selon Al-Jazeera.

L’armée israélienne avait expliqué que les deux hommes circulaient à bord d’une voiture en compagnie d’un terroriste qui actionnait un drone.

En réponse à une demande de commentaire sur cet incident, l’unité du porte-parole de Tsahal avait fait savoir au Times of Israel que l’armée de l’air avait « identifié et frappé un terroriste qui actionnait un drone, mettant en péril les forces israéliennes ».

La guerre a éclaté suite à l’assaut meurtrier commis par le groupe terroriste palestinien, le 7 octobre – 3 000 hommes armés du Hamas avaient franchi la frontière séparant Gaza et Israël par voie terrestre, maritime et aérienne. Ils avaient semé la désolation dans tout le sud du pays, tuant 1 200 personnes et prenant plus de 250 personnes en otage, commettant des atrocités. Ils s’étaient aussi livrés à des violences sexuelles à grande échelle. Israël, en réponse, a juré de démanteler le groupe terroriste et ses capacités militaires et de gouvernance, s’engageant aussi à garantir la remise en liberté des otages.

Israël dément prendre pour cible les journalistes et affirme faire tous les efforts nécessaires pour éviter de porter atteinte aux civils, disant que le nombre élevé de victimes, du côté gazaoui, est dû au fait que le Hamas s’est profondément ancré au sein de la population et qu’il se bat délibérément dans des secteurs où cette dernière est dense. Dans un communiqué qui avait été émis le 16 décembre, Tsahal avait indiqué que « l’armée israélienne n’a jamais visé volontairement les journalistes et elle ne le fera jamais ».

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.