Un lycée belge ‘fier’ de l’enseignant honoré par le concours de caricatures iranien sur l’Holocauste
Rechercher

Un lycée belge ‘fier’ de l’enseignant honoré par le concours de caricatures iranien sur l’Holocauste

Luc Descheemaeker a tracé les mots ‘Arbeit marcht frei’ sur un mur avec des miradors, comparant a priori la Cisjordanie à Auschwitz

Luc Descheemaeker (à gauche) a été distingué par la reine Pala de Belgique (en rose) pour son adaptation du roman graphique Maus d’Art Spiegelman, en 2002. (Crédit : Institut Sint-Jozefs/JTA)
Luc Descheemaeker (à gauche) a été distingué par la reine Pala de Belgique (en rose) pour son adaptation du roman graphique Maus d’Art Spiegelman, en 2002. (Crédit : Institut Sint-Jozefs/JTA)

JTA – La direction d’un lycée catholique de Belgique a déclaré qu’elle était fière d’un enseignant qui a remporté un prix et gagné de l’argent au controversé concours de caricature iranien sur l’Holocauste.

Luc Descheemaeker, qui a pris cet été sa retraite du lycée Sint-Jozefs de Torhout, une ville située à 95 kilomètres à l’ouest d’Anvers, a accepté un « prix spécial » du deuxième concours de caricature internationale sur l’Holocauste de Téhéran en mai pour avoir tracé les mots « Arbeit macht frei » au-dessus d’un mur avec des garde-postes, comparant probablement la barrière de sécurité d’Israël le long de la Cisjordanie aux portes d’Auschwitz.

La phrase allemande, qui signifie que « le travail libère », était sculptée sur la porte d’entrée du camp d’extermination nazi en Pologne. Descheemaeker, qui s’est exprimé pendant la compétition par visioconférence depuis la Belgique, a gagné 1 000 dollars pour son dessin, ont annoncé les organisateurs. Le premier prix a été remporté par le dessin d’une caisse enregistreuse ayant la forme d’Auschwitz.

L’UNESCO, l’organisation pédagogique des Nations unies, a condamné le concours de caricature, le deuxième organisé en Iran depuis 2006, qui vise à « se moquer du génocide du peuple juif, une page tragique de l’histoire de l’humanité. »

En mai, en employé de la publication juive belge Regards avait envoyé à l’école un email avec l’adresse d’une page internet annonçant les vainqueurs du concours, accompagné du texte : « cela doit être une grande fierté pour l’institut Sint-Jozefs d’être associé aux valeurs que défend Luc Descheemaeker. »

Martine De Zutter, une responsable de l’école, avait répondu que « nous sommes effectivement très fiers que Luc soit associé à notre école. Son talent est d’une grande valeur pour l’éducation artistique de nos élèves ! »

La participation de Luc Descheemaeker au concours de caricatures sur l'Holocauste de l'Iran, organisé en mai 2016. (Crédit : MEMRI)
La participation de Luc Descheemaeker au concours de caricatures sur l’Holocauste de l’Iran, organisé en mai 2016. (Crédit : MEMRI)

Interrogé par JTA pour savoir si l’école était particulièrement fière de la récompense de Descheemaeker, le directeur de l’école Paul Vanthournout a déclaré mercredi que l’école n’avait pas de position sur la récompense, et que De Zutter ne faisait pas référence à la compétition en particulier dans son email adressé à Regards.

Il a cependant confirmé que l’école était fière du travail de Descheemaeker au sein de l’institution, où il enseignait les arts plastiques et les sciences culturelles. Il a monté des pièces pédagogiques sur l’Holocauste à l’école, a déclaré Vanthournout. En 2002, Descheemaeker avait reçu une distinction royale de la reine Paola de Belgique pour l’adaptation du roman graphique Maus d’Art Spiegelman.

« Je comprends que vous trouviez la critique des actions d’Israël en Cisjordanie et à Gaza déplaisante, a-t-il écrit à JTA, mais que vous considériez cela comme antisémite est exagéré. »

Selon l’Alliance internationale pour le souvenir de l’Holocauste, une organisation intergouvernementale qui compte 31 états membres, dont la Belgique, « tracer des comparaisons entre la politique israélienne contemporaine et celle des nazis » est un exemple d’antisémitisme moderne.

Vanthournout a déclaré que la position de l’école était que l’Holocauste, dont il a déclaré qu’il « présentait des atrocités aux proportions jusque là jamais vues », ne pouvait pas être comparé au traitement des Palestiniens par Israël. Mais l’Holocauste « ne peut pas servir d’alibi pour résoudre les conflits avec violence », a-t-il ajouté.

Selon la lettre d’information de l’école belge, qui a publié un entretien avec Descheemaeker en juin avant sa retraite, il a accepté une offre de voyage à Téhéran pour faire partie du jury de la prochaine édition du concours.

Vanthournout a déclaré que cela n’avait jamais interféré avec la carrière de Descheemaeker comme caricaturiste.

Un porte-parole du département d’Etat avait prévenu que concours peut « être utilisé comme une plate-forme pour la négation de l’Holocauste et le révisionnisme et des discours simplement antisémites, comme il l’a été dans le passé. »

En mai, le musée mémorial de l’Holocauste des Nations unies a noté que les organisations qui organisaient le concours « sont soutenues ou financées par des entités gouvernementales, comme le corps des gardiens de la révolution islamique, et le ministère des orientations islamiques. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...