Un ministre britannique compare les opposants au Brexit à la campagne nazie contre Einstein
Rechercher

Un ministre britannique compare les opposants au Brexit à la campagne nazie contre Einstein

Michael Gove est ministre de la Justice et un fervent soutien au départ de la Grande-Bretagne de l'UE

Michael Gove lors d'un service en mémoire de Jo Cox à l'église St Margaret de Londres, le 20 juin 2016. (Crédits : Stefan Wermuth – WPA Pool / Getty Images via JTA)
Michael Gove lors d'un service en mémoire de Jo Cox à l'église St Margaret de Londres, le 20 juin 2016. (Crédits : Stefan Wermuth – WPA Pool / Getty Images via JTA)

Le ministre de la Justice britannique a comparé des opposants à la campagne pour quitter l’Union européenne, aux nazis derrière la campagne de diffamation contre Albert Einstein dans l’Allemagne des années 1930.

Michael Gove, qui co-préside la campagne pour la sortie de la Grande-Bretagne de l’Union européenne, a fait cette comparaison mercredi soir dans une interview sur la radio LBC.

« Nous devons être prudents quand nous faisons des comparaisons historiques, mais Albert Einstein dans les années 1930 a été condamné par les autorités allemandes pour avoir eu tort, et ses théories furent également condamnées : l’une des raisons, évidemment, c’est parce qu’il était Juif », a déclaré Gove.

Poursuivant sa comparaison, Gove a ajouté : « Ils ont trouvé cent scientifiques allemands payés par le gouvernement pour dire qu’il avait tort et Einstein a dit, ‘Ecoutez, si j’avais eu tort, un seul aurait suffit’ ». Gove a pressé les auditeurs « d’interroger les hypothèses qui ont été faites ».

Gove faisait référence aux économistes qui, dans la période précédant le vote, alertaient sur les graves conséquences qu’aurait la sortie de l’UE sur les marchés financiers et le monde de la finance britanniques. Le Premier ministre David Cameron et de nombreux parlementaires du parti au pouvoir s’opposent également à la sortie de l’Union européenne.

Notant le faible taux de croissance des pays de l’Europe continentale et le chômage élevé, il a dit que « nous libérer de ce projet peut seulement renforcer notre économie ».

Le Fonds monétaire international, dix économistes ayant remporté le Prix Nobel et la Banque d’Angleterre ont prévenu que quitter l’UE pourrait causer des dommages à l’économie.

Le départ de la Grande-Bretagne, l’une des économies les plus dynamiques de l’Union, est largement considéré comme un danger pour la stabilité de l’Union.

Le mouvement Chabad a, quant à lui, comparé dans un article sur son site officiel l’état fragile de l’Union européenne avec ce que le rabbin Menachem Posner, rédacteur du site, appelle l’unité inflexible du peuple juif.

« Un changement de circonstances peut très bien transformer l’union en un fardeau plutôt qu’en un cadeau », a-t-il écrit jeudi à propos du débat sur le Brexit, ajoutant qu’il « existe des unions qui ne se défont simplement pas. Comme l’union du peuple juif ».

En dépit de désaccords et de profondes différences, « nous sommes un seul peuple, unis par la même Torah et le même père au Paradis », a conclu Posner.

Des millions de Britanniques se sont rendus aux bureaux de vote jeudi pour s’exprimer sur ce référendum, en dépit d’un temps pluvieux et venteux. Environ 46 millions de personnes sont inscrites sur les listes électorales.

Selon les résultats définitifs publiés vendredi, c’est le camp du Brexit qui l’emporte, avec 51,9 % des voix.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...