Israël en guerre - Jour 237

Rechercher

Un mouvement de droite anti-refonte judiciaire se joint aux manifestations

Selon les organisateurs, quelque 12 000 personnes ont participé aux trois manifestations organisées jusqu'à présent par des conservateurs désireux de faire des compromis

Des manifestants de droite protestant contre le projet de réforme du système judiciaire du gouvernement israélien. La pancarte indique : L'impératif : l'unité !", à Jérusalem, le 11 mars 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Des manifestants de droite protestant contre le projet de réforme du système judiciaire du gouvernement israélien. La pancarte indique : L'impératif : l'unité !", à Jérusalem, le 11 mars 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Les partisans de la réforme du système judiciaire israélien décrivent volontiers la lutte qui l’entoure comme une question partisane, défendue par la coalition de droite du Premier ministre Benjamin Netanyahu et combattue par le centre-gauche.

Cette lecture présente des avantages pour les partisans de la réforme. Elle permet de considérer les manifestants comme des mauvais perdants cherchant à imposer leur volonté de manière extra-parlementaire après les élections législatives de novembre, qui ont vu le Likud, le parti de Netanyahu, arriver en tête. Ils peuvent également invoquer les nombreux avertissements lancés par des personnalités de l’establishment contre les dangers perçus de la réforme, qui prouvent que la gauche semble détenir le pouvoir et qu’il est nécessaire d’en transférer une plus grande partie à des hommes politiques représentant un électorat de plus en plus à droite et devant lequel ils doivent rendre des comptes.

Mais récemment, un nouveau mouvement de protestation de droite contre la réforme – orthodoxe et non orthodoxe – a cherché à changer la donne.

« Il porte plusieurs noms : la droite modérée, la droite saine, la droite inquiète. Quel que soit le nom qu’on lui donne, elle se fait entendre », a déclaré dimanche au Times of Israel Yoaz Hendel, un ancien ministre qui est le leader officieux de ce mouvement populaire.

La protestation de la droite contre la réforme s’est traduite par trois rassemblements au cours du mois dernier, auxquels ont participé quelque 12 000 personnes au total, selon Hendel, qui se décrit comme un libéral de droite ayant grandi dans une famille religieuse de l’implantation d’Elkana, en Cisjordanie.

Ce n’est pas énorme comparé aux dizaines de milliers de manifestants qui, depuis 10 semaines, se rassemblent chaque samedi soir à Tel Aviv et ailleurs, concède Hendel.

« Un rassemblement moyen à Kfar Saba rassemble plus de monde que nous. Mais dans les cercles de droite, la conversation que nous avons induite dépasse de loin l’impact numérique. Notre appel à la réconciliation est entendu », a-t-il déclaré.

Yoaz Hendel, ancien ministre des Communications, s’exprimant lors d’une manifestation de manifestants de droite contre le projet de réforme du système judiciaire du gouvernement israélien, à Jérusalem, le 11 mars 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

« Certains opposants de droite à la réforme sont d’accord avec ses objectifs », a déclaré Hendel. « D’autres ne le sont pas du tout. Mais tous sont alarmés par la perspective d’un fossé infranchissable au sein du peuple juif, qui devient de plus en plus une réalité au fur et à mesure que l’adoption de cette réforme déchire le tissu de notre société », a-t-il ajouté. « Le remaniement doit cesser et céder la place à une réforme négociée, peut-être selon les lignes que le président Isaac Herzog devrait proposer cette semaine », a déclaré Hendel.

Lors du dernier rassemblement de la droite contre la réforme, qui s’est tenu samedi soir à Jérusalem, les centaines de manifestants présents ont entendu une série de discours prononcés par des orateurs de centre-droit, dont le rabbin Mosheh Lichtenstein, directeur du prestigieux séminaire religieux Har Etzion dans l’implantation d’Alon Shvut en Cisjordanie – un fleuron du sionisme religieux.

« Concevoir un système judiciaire digne de ce nom est une valeur religieuse », a déclaré Lichtenstein dans son discours. « Le système judiciaire doit être réparé. Il y a beaucoup de choses à remanier, beaucoup de choses à faire, mais pas de manière hâtive, pas de manière agressive, pas en détruisant notre société sans dialogue et sans attention », a-t-il déclaré.

Le rabbin Moshe Lichtenstein, directeur de la yeshiva Har Etzion, s’exprimant lors d’un rassemblement de manifestants de droite contre le projet de réforme du système judiciaire du gouvernement israélien, à Jérusalem, le 11 mars 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Lichtenstein a déclaré ne pas être d’accord avec tous les éléments de la réforme. « Mais même si c’était le cas, le prix à payer pour y parvenir est de déchirer notre société », a-t-il ajouté. « Cela n’en vaut pas la peine ».

Parmi ses principaux éléments, la réforme qui est actuellement votée à la Knesset donnerait à la coalition le contrôle de la nomination des juges, limiterait considérablement la capacité de la Haute Cour à invalider la législation et permettrait à une majorité restreinte de députés de passer outre de telles décisions.

Dans une interview accordée au Times of Israel, le rabbin de 61 ans, qui est né à New York et qui a immigré avec sa famille en Israël à l’âge de 10 ans, a déclaré qu’il était réticent à s’immiscer dans la controverse politique. « Je n’ai pas le choix, car je suis animé par une crainte sérieuse pour l’intégrité de notre société », a-t-il déclaré. « Je m’exprime parce que nous sommes face à un précipice, à une division et à une désunion qui ont déjà causé notre perte et qui risquent de la causer à nouveau. »

Dans son discours, Lichtenstein a ajouté qu’il ne faisait pas confiance à Netanyahu pour gérer cette question. « Pendant 20 ans, il s’est concentré sur la sécurité, la diplomatie et l’économie, négligeant les questions sociétales, les fossés et les divisions », a déclaré Lichtenstein.

D’autres orateurs ont pris la parole lors des manifestations de la droite contre la réforme : Malka Puterkovsky, une influente professeure de Talmud qui vit dans l’implantation de Tekoa ; Avi Issascharoff, co-créateur de la série Fauda ; et Amitaï Porat, ancien dirigeant du Mouvement religieux des kibboutz et fils de feu Hanan Porat, un dirigeant du mouvement pro-implantations.

Malka Puterkovsky s’exprimant au Centre Begin, à Jérusalem, le 18 octobre 2012. (Crédit : Oren Nahshon/Flash90)

Mais pourquoi les partisans de la droite ont-ils besoin d’organiser des rassemblements parallèles au lieu de se joindre simplement aux rassemblements généraux qui ont lieu dans tout le pays ?

« L’une des réponses réside dans l’appel au compromis », a déclaré Uri Heitner, un kibboutznik d’Ortal, sur les hauteurs du Golan, qui, dans les années 1990, a été l’un des leaders des manifestations contre les projets de restitution de la région à la Syrie en échange d’un accord de paix. « De nombreux manifestants sont opposés à l’idée de réformer le système judiciaire. Ce n’est pas notre cas. Beaucoup de choses doivent changer, mais dans le cadre d’un dialogue, et pas sous la direction de Netanyahu, qui est actuellement jugé pour corruption présumée », a déclaré Heitner.

« Les quelques drapeaux palestiniens et pancartes contre l’occupation sont un autre problème des manifestations générales », a déclaré Hendel. « Il y en a peu, mais un seul suffit à mettre certains d’entre nous mal à l’aise », a expliqué Hendel.

Ran Baratz, fondateur du site d’information de droite Mida et ancien directeur de la communication au cabinet du Premier ministre, a minimisé l’importance de la manifestation de droite. « Leurs arguments sont faciles à désamorcer, car nombre d’entre eux soutiennent les changements mêmes que la réforme cherche à réaliser », a déclaré Baratz au Times of Israel. « Ils se contentent de donner des signaux de vertu tout en s’inclinant devant le pouvoir de l’establishment. Ce n’est rien que nous n’ayons vu auparavant, en particulier de la part de l’ancien Premier ministre Naftali Bennett. »

Gadi Taub, un influent penseur de droite qui soutient la réforme dans son intégralité, s’est montré moins cavalier en ce qui concerne le mouvement de protestation de la droite. « Il est assez petit, mais il est plus efficace que d’autres manifestations. La droite est prête à lutter contre le refus de la gauche de mettre en œuvre la réforme. Elle sait ce qu’elle combat. Une manifestation de droite est plus difficile à rejeter et à expliquer », a-t-il déclaré.

Pour Taub, les manifestations d’un mouvement de droite représente un changement d’allégeance de la part d’une partie de l’élite religieuse et sioniste. « Certains membres du groupe majoritairement ashkénaze se rendent compte qu’ils ont plus en commun avec l’élite laïque, majoritairement ashkénaze, qu’avec les électeurs traditionnels, majoritairement séfarades, du Likud ou les électeurs religieux du Shas. Ils se réalignent donc politiquement », a déclaré Taub.

Hendel a rejeté cette interprétation. « Il n’y a pas de réalignement, et certainement pas sur le plan idéologique. Et encore moins en fonction de la descendance. Il n’y a qu’un sentiment de responsabilité nationale qui détermine nos priorités », a-t-il déclaré.

« En fin de compte, le sort de la réforme ne dépendra pas des protestations de quelques milliers de partisans de la droite, mais de la fermeté des députés du Likud », a déclaré Taub. « Les députés qui reculent maintenant paieront un lourd tribut politique. Mais, comme nous l’avons vu par le passé, cela ne signifie pas qu’ils ne le feront pas. Le sort de la réforme est en train d’être déterminé en ce moment même. »

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.