Un policier jugé coupable de harcèlement sexuel va être promu
Rechercher

Un policier jugé coupable de harcèlement sexuel va être promu

Ilan Mor sera le représentant de la police israélienne aux Etats-Unis ; il avait payé une amende pour comportement inapproprié envers des subordonnées

Policiers israéliens devant la Vieille Ville de Jérusalem. Illustration. (Crédit : Nati Shohat/Flash90)
Policiers israéliens devant la Vieille Ville de Jérusalem. Illustration. (Crédit : Nati Shohat/Flash90)

Un haut gradé de la police israélienne qui a été jugé coupable de harcèlement sexuel à l’encontre de deux subordonnées serait promu pour être représentant de la police israélienne aux Etats-Unis.

Ilan Mor, commandant de la division du trafic de la police, sera nommé à ce poste par le chef de la police, Roni Alscheich, a annoncé dimanche Haaretz.

Mor avait conclu un accord judiciaire en 2013 avec un comité disciplinaire de la police pour deux plaintes de harcèlement sexuel par des subordonnés. Il s’en était sorti avec une amende de 4 000 shekels (950 euros) et un avertissement, et n’avait pas été exclu de la police, selon l’article.

Le commandant avait été condamné pour deux accusations de harcèlement, dont une tentative d’embrasser une jeune policière contre sa volonté en 2012. Après l’accord, il avait passé un an à l’académie de police puis avait été nommé chef de la division du trafic.

Ilan Mor (à droite), avec l'ancien ministre de la Sécurité intérieure Yitzhak Aharonovitch (Crédit : capture d'écran YouTube)
Ilan Mor (à droite), avec l’ancien ministre de la Sécurité intérieure Yitzhak Aharonovitch (Crédit : capture d’écran YouTube)

Ces dernières années ont vu une série d’affaires sexuelles impliquant des dirigeants policiers, dont beaucoup ont été forcés de se retirer en raison des accusations portées contre eux. Au total, environ la moitié des plus hauts gradés de la police israélienne ont été accusés de tels abus, et beaucoup ont dû démissionner.

En décembre 2015, Alscheich avait annoncé qu’un haut gradé de la police accusé de harcèlement sexuel retrouverait son poste à la tête de l’unité anti-corruption de la police et qu’aucune action disciplinaire ne serait prise à son encontre.

La police avait déclaré dans un communiqué qu’Alscheich avait pris la décision de reprendre Roni Rittman comme commandant de l’unité Lahav 433 « après une discussion vaste et approfondie, dans le cadre de laquelle il lui a été présentée des recommandations du département disciplinaire, du département des ressources humaines et des recommandations du conseiller juridique de la police. »

« Il n’y a pas de base réelle pour une mesure administrative ou même disciplinaire, même si le statut des limitations n’est pas applicable, et Rittman restera donc à son poste », avait déclaré Alschleich.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...