Un rabbin et un leader juif essuient des crachats devant la mairie de Hambourg
Rechercher

Un rabbin et un leader juif essuient des crachats devant la mairie de Hambourg

Le responsable Habad et le dirigeant communautaire, qui sortaient d'un rendez-vous avec le maire de la ville, ont été menacés après avoir été accostés par un Marocain

Une vue de la mairie de Hambourg, le 4 juin 2009 (Crédit : AP Photo/Axel Heimken)
Une vue de la mairie de Hambourg, le 4 juin 2009 (Crédit : AP Photo/Axel Heimken)

Un rabbin et un responsable de la communauté juive ont essuyé des crachats et se sont fait menacer au cours d’un incident antisémite survenu dans la rue.

Shlomo Bistritzky, grand-rabbin régional à Hambourg, et Eliezer Noe, membre de la communauté juive locale, quittaient la mairie de Hambourg après avoir rencontré le premier magistrat de la ville, Peter Tschentscher, dans l’après-midi de mardi, lorsqu’un passant les a menacés avant de leur cracher dessus, ont fait savoir les médias allemands.

Un homme de 45 ans, d’origine marocaine, a été arrêté après avoir lutté contre les policiers.

Bistritzky a raconté au journal Hamburg Abendblatt que l’homme leur avait d’abord dit « Shalom ».

« Ensuite, il a dit quelque chose qui paraissait menaçant. Nous l’avons confronté et lui avons demandé de répéter ce qu’il avait dit », a ajouté Bistritzky. « Alors il a cherché quelque chose sous sa chemise… Et il a commencé à nous menacer verbalement. »

L’objet s’est finalement avéré être un briquet que l’individu a actionné, maintenant la flamme tout en insultant et en crachant sur les deux hommes. Il se serait exprimé en arabe et en allemand.

Bistritzky a pris une photo de l’individu avec son téléphone portable et est retourné en hâte à la mairie, où se trouvaient des policiers. Ces derniers ont tenté de parler avec l’homme qui a alors tenté de s’enfuir tout en crachant une nouvelle fois sur Bistritzky et Noe.

L’individu a été finalement maîtrisé et arrêté par la police.

Bistritzky a expliqué au journal Abendblatt qu’il n’aurait « jamais pensé qu’une telle chose puisse se produire à Hambourg, et certainement pas en ce lieu. Nous avons également interprété comme un mauvais signe le fait que l’agresseur a été remis en liberté deux heures plus tard ».

La police de l’Etat a été chargée de l’enquête.

Bistritzky est un émissaire Habad-Loubavitch à Hambourg.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...