Israël en guerre - Jour 55

Rechercher

Un responsable de la Banque d’Israël démissionne considérant « la démocratie en danger »

Le Pr. Moshe Hazan a démissionné de la commission chargée de fixer le taux d'intérêt israélien ; selon lui, la refonte du système judiciaire fera du pays une "république bananière"

Des dizaines de milliers d'Israéliens protestant contre la réforme judiciaire prévue par le gouvernement, à Tel Aviv, le 21 janvier 2023. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)
Des dizaines de milliers d'Israéliens protestant contre la réforme judiciaire prévue par le gouvernement, à Tel Aviv, le 21 janvier 2023. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)

Le professeur Moshe Hazan, haut fonctionnaire de la Banque centrale d’Israël, a démissionné lundi et il a déclaré qu’il prévoyait de jouer un rôle actif dans les manifestations contre les projets de réforme judiciaire du gouvernement, affirmant qu’il lui était difficile de rester à son poste « alors que la démocratie israélienne est en danger ».

Hazan, maître de conférences et expert en macroéconomie et en croissance à l’université de Tel Aviv, était membre de la commission monétaire de la Banque, une commission qui est composée de six personnes et qui est chargée de fixer le taux d’intérêt toutes les six semaines. Son remplaçant n’a pas encore été nommé.

Dans sa lettre de démission, Hazan a fait part de son intention de « s’impliquer dans la sphère sociopolitique ».

Le gouverneur de la Banque centrale d’Israël, Amir Yaron, a salué les contributions apportées par Hazan depuis qu’il a rejoint la commission en 2017, selon un communiqué. Le mandat de Hazan devait se terminer en 2025.

Ces dernières semaines, des manifestations de masse ont eu lieu contre le gouvernement et ses projets de changements radicaux dans le système juridique du pays avec des mesures qui, selon les critiques, mineront la démocratie.

S’exprimant dans le quotidien économique Calcalist, Hazan a expliqué sa décision. « J’ai le sentiment que je ne peux pas m’asseoir et discuter de la question de savoir si le taux d’intérêt sera augmenté d’un quart ou d’un demi-point de pourcentage alors que la démocratie israélienne est en danger. »

Hazan s’en est spécifiquement pris au plan de refonte judiciaire du gouvernement. « La mesure attendue du gouvernement, si elle est adoptée, portera gravement atteinte à l’indépendance du système juridique et de la fonction publique, ce qui causera un grave préjudice à la démocratie et à l’économie d’Israël. Il est essentiel d’exprimer cette opinion, et je n’aurais pas pu le faire publiquement en tant que membre de la commission monétaire. »

Il a ajouté que l’ensemble de l’économie repose sur les freins et contrepoids de l’exécutif et que « dès que vous politisez la Cour [suprême], vous rendez le gouvernement omnipotent. Dans une telle situation, l’économie ne pourra pas continuer à fonctionner comme elle le fait actuellement. »

« Nous ne voulons pas devenir une république bananière », a-t-il ajouté.

Hazan a déclaré qu’il pense pouvoir être beaucoup plus utile en tant qu’activiste public qu’en tant que professionnel de la Banque d’Israël.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.