Un restaurant portugais saccagé suite à la visite de son chef en Israël
Rechercher

Un restaurant portugais saccagé suite à la visite de son chef en Israël

Des activistes anti-israéliens ont barbouillé 'Avillez collabore avec l’occupation sioniste' sur la façade de la Cantinho do Avillez, à Porto

Le restaurant Cantinho do Avillez de Porto, au Portugal, après les actes de vandalisme subis le 19 novembre 2016 et attribués aux activistes de BDS. (Crédit :  WJC/via JTA)
Le restaurant Cantinho do Avillez de Porto, au Portugal, après les actes de vandalisme subis le 19 novembre 2016 et attribués aux activistes de BDS. (Crédit : WJC/via JTA)

Des activistes anti-israéliens ont vandalisé un restaurant au Portugal en raison de la participation de son chef à un festival culinaire en Israël.

Les auteurs de cet acte de dégradation, qui seraient des activistes appartenant au mouvement anti-israélien BDS (Boycott, Divestment and Sanctions), ont projeté dans la nuit de vendredi de la peinture rouge sur la façade du restaurant Cantinho do Avillez, dans la ville de Porto située au nord du pays.

Ils ont de plus collé des feuillets sur lesquels étaient inscrits « Palestine libre », « Avillez collabore avec l’occupation sioniste » et « Entrée : une dose de phosphore blanc ».

Cette attaque, qui est rare au Portugal, a suivi une opération de piquetage organisée face au restaurant et menée par des activistes de BDS dans le sillage de la participation du chef Jose Avillez aux côtés de 11 autres – tous issus d’établissements renommés dans le monde entier – au Festival ‘Round Tables’ qui est organisé ce mois-ci à Tel Aviv et parrainé par American Express.

Robert Singer, président du Congrès juif mondial, a condamné le mouvement BDS pour cet acte de vandalisme qu’il a qualifié d’antisémite.

“Le mouvement BDS a montré son vrai visage. Il a prouvé n‘être rien d’autre qu’un regroupement de vandales. C’était un acte antisémite. Viser un chef au Portugal uniquement parce qu’il a participé à un festival à Tel Aviv est méprisable », a expliqué Singer dans un communiqué publié samedi.

« Ces militants des droits de l’Homme auto-proclamés sont en fait complètement l’opposé de ce qu’ils prétendent être : Ils font se répandre la haine, pas les droits de l’Homme ».

Plusieurs autres chefs participant au festival ‘Round Tables’ ont été visés par des activistes de BDS, dont Stéphane Jégo, chef du restaurant L’Ami Jean de Paris.

A la suite du piquetage organisé aux abords de son bistrot, il a répliqué le mois dernier à ses critiques, interpellant ces derniers sur Twitter. Il a évoqué sur le réseau social ces militants qui “donnent le triste spectacle d’individus qui sont au mieux désinformés, mélangeant tout et – au pire – partiaux et malhonnêtes », tout en faisant remarquer que BDS est illégal en France.

Jego, Avillez et les autres chefs conviés ont pris en charge les cuisines des restaurants locaux de Tel Aviv pendant une semaine. Parmi les invités de cette manifestation, des professionnels venus du Musket Room de New-York et de La Bottega à Genève.

Selon The Electronic Intifada, un média anti-israélien en ligne, le chef, né au Danemark, d’un restaurant de Bolivie a renoncé à se rendre au festival en raison des pressions qu’il avait dû subir.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...