Un sens à la pandémie ? Des chefs religieux proposent la « Coronaspection »
Rechercher

Un sens à la pandémie ? Des chefs religieux proposent la « Coronaspection »

Un projet d'une organisation interconfessionnelle de Jérusalem met en ligne les réflexions d'éminents chefs religieux, dont le pape et des grands rabbins européens, sur le virus

Marissa Newman est la correspondante politique du Times of Israël

Un rabbin, un pasteur et un imam ont été confrontés à la pandémie – et ont réalisé que ce n’était pas une blague.

Ils ont donc pris le temps pour examiner les circonstances.

« Il y a une déclaration très puissante du Baal Shem Tov, le fondateur du Hassidisme. Il a dit : Quand Dieu veut punir quelqu’un, il lui enlève sa foi et sa croyance », a dit le rabbin. « C’est encore plus que la foi et la croyance, le mot bitahon, la certitude. »

« Quand une personne est sûre que tout va bien se passer et qu’elle a cette positivité, cet optimisme… c’est en fait le meilleur médicament », a ajouté le rabbin, qui a contracté un cas bénin de COVID-19.

Deux ambulanciers priant devant une ambulance des American Friends of Magen David Adom (AFMDA) : un Juif de Beer Sheva face à Jérusalem, et un Arabe de Rahat face à la Mecque, le 24 mars 2020. (Crédit : MAGEN DAVID ADOM)

« J’ai dû faire face à la réalité de la peur », a déclaré le chef de l’église, « parce que vous ne pouvez pas voir d’où cela vient. Je ne suis pas une personne craintive normalement, mais vous commencez à penser, en supposant que je comprenne cela, ce qui pourrait arriver… »

« La première réaction personnelle a été de reconnaître que je suis devenu trop autonome. Je ne faisais pas confiance à Dieu. Je cherchais mes propres ressources et mes propres réponses ».

Un fidèle chrétien prie devant la porte fermée de l’église du Saint-Sépulcre dans la Vieille Ville de Jérusalem, avant le début de la messe du dimanche de Pâques, le 12 avril 2020. (Emmanuel Dunand/AFP)

« Nous ne pouvons pas encore voir ce qu’il faut voir du corona », a déclaré le leader musulman. « Et c’est que l’humanité est une. L’humanité est une – mais nous croyons que nous ne sommes pas un. Nous croyons que nous sommes différents et que certains d’entre nous ont plus de droits que les autres ».

Les réflexions – du grand rabbin russe Berel Lazar, de l’archevêque de Canterbury Justin Welby et du grand mufti de Bosnie Mustafa Ceric, respectivement – font partie d’une initiative interconfessionnelle en ligne appelée « Coronaspection » qui a permis à d’éminents chefs religieux de diverses religions de s’attaquer aux épineuses questions théologiques sous-jacentes à la pandémie et de s’attarder sur les changements à venir en matière de culte et de communauté dans un monde de congrégations numériques.

Une femme arabe israélienne assiste à la prière du vendredi à côté d’un cimetière musulman du XVIIIe siècle, avant une manifestation contre la décision de la municipalité de Tel Aviv-Jaffa de démolir le cimetière et de construire un refuge pour les sans-abri, le 12 juin 2020. (AP Photo/Oded Balilty)

Le projet du Elijah Interfaith Institute [Institut interconfessionnel international] Elijah, basé à Jérusalem, « apporte la sagesse de toutes les religions aux membres de toutes les religions », a déclaré son directeur, le rabbin Alon Goshen-Gottstein.

Lorsque le coronavirus a commencé à se répandre dans le monde entier, Goshen-Gottstein, cherchant un moyen d’aider, a réalisé qu’il possédait une ressource pour aider les autres à trouver un sens à cette crise en spirale, à savoir ses liens avec certaines des plus grandes figures religieuses du monde.

Ce qui en ressort est une archive de 40 conversations entre Goshen-Gottstein et des chefs religieux sur le virus et ses séquelles, dont une contribution du pape. Il offre un « processus d’immersion dans la vie spirituelle de l’humanité », a-t-il déclaré, et a attiré des dizaines de milliers d’utilisateurs actifs.

Le dialogue entre Goshen-Gottstein et d’éminents spécialistes du judaïsme, du christianisme, de l’islam, de l’hindouisme, du bouddhisme, du sikhisme et de la foi bahá’í porte sur tous les sujets, des conseils pratiques sur la manière de vaincre la peur et de développer les ressources spirituelles, en passant par le fait de faire du foyer et de la famille le centre du culte, le pouvoir de la prière et la question de savoir si l’authenticité religieuse est érodée lorsque la pratique religieuse a lieu en ligne.

Les débats n’échappent pas non plus à la question centrale qui préoccupe des millions de croyants de toutes confessions, alors que le virus traverse les continents et contamine des millions de personnes : Est-ce que Dieu fait cela à son monde ? Est-ce une punition ? Au nom du ciel, qu’est-ce que tout cela signifie ?

La mosquée virtuelle est-elle la nouvelle mosquée ?

Le projet « Coronaspection » aborde les défis et les opportunités pour les communautés religieuses en l’absence de rassemblements en personne et de culte, la pandémie changeant rapidement la manière dont les pratiques religieuses sont observées.

Grâce à la technologie et à la distanciation sociale dans la plupart des pays du monde dans un avenir proche, « de nouvelles formes de communautés émergent », a noté M. Goshen-Gottstein, y compris des groupements religieux.

Le coronavirus « ne met pas l’accent sur la dimension physique et illustre les dimensions non physiques de notre interconnectivité », a déclaré l’imam américain Feisal Abdul Rauf lors d’une conversation avec Goshen-Gottstein. « Nous pouvons donc maintenant penser aux communautés de manière numérique, d’une manière à laquelle nous n’aurions pas pu penser auparavant ».

« Une mosquée, une église ou une synagogue va-t-elle continuer à être définie par sa présence physique ou s’agit-il d’une présence communautaire et maintenant que nous pouvons le faire numériquement, comment cela contrebalance-t-il les dimensions physiques réelles des choses », s’est-il demandé.

Le grand rabbin de Rome, Ricardo Disegni, en revanche, a comparé l’expérience du culte communautaire en personne à la vision de la Joconde au Louvre, dont la version en ligne ressemble à une impression du tableau emblématique dans un livre.

Dans les entretiens, certains chefs religieux ont également fait état d’une explosion de l’intérêt pour les questions spirituelles depuis le début de la pandémie et la mise en ligne des offices.

« Je ne pense pas avoir jamais été aussi occupé ou m’être senti aussi sous pression… Nous avons fermé toutes les églises d’Angleterre, pour la première fois depuis 1208 », a déclaré l’archevêque britannique Welby.

« Curieusement, nous avons eu dix fois plus de personnes se réunissant en ligne pour prier que nous en avons eu physiquement, ce qui est assez intéressant. Je veux dire littéralement dix fois. Nous en avons environ 12 millions en ce moment ».

Saint hasard ou punition ?

Les chefs religieux sont également divisés sur le rôle de Dieu dans la pandémie et les raisons de ce fléau, les érudits au sein des religions exprimant des différences théologiques sur la question.

« Le coronavirus n’est pas une malédiction. Le Dieu Tout-Puissant a constaté que l’homme s’écarte du droit chemin de la nature. Il a donc donné un avertissement. La situation actuelle n’est qu’un avertissement. Nous devons en tirer des leçons et corriger notre trajectoire. Alors, tout ira bien. Je prie Dieu que l’homme prenne cela comme une leçon plutôt qu’une malédiction », a déclaré l’érudit islamique indien Maulana Wahiduddin Khan, 95 ans.

« Les gens doivent utiliser ce temps pour comprendre comment adopter à nouveau une vie orientée vers Dieu, afin que les bénédictions de Dieu puissent nous revenir et que Dieu puisse nous ramener dans sa miséricorde comme il l’avait déjà fait auparavant », a déclaré M. Khan dans un message vidéo.

Si beaucoup se sont fait l’écho de l’affirmation selon laquelle Dieu a envoyé la pandémie, d’autres ont été réticents à attribuer le virus à des sources divines, le mettant plutôt sur le compte de la nature ou de la folie humaine.

Le rabbin David Wolpe, du Sinaï Temple à Los Angeles, a soutenu que la pandémie était une manifestation de ce que lui et Goshen-Gottstein ont décidé d’appeler « le saint hasard ».

Wolpe dit : « Je crois que Dieu crée délibérément un monde de hasard… Quand les gens disent, par exemple, ‘Pourquoi de mauvaises choses arrivent aux bonnes personnes ?’ Pensez à ce qui se passerait s’il n’en était pas ainsi, si seulement de bonnes choses arrivaient aux bonnes personnes. Les gens seraient donc bons, mais le bien ne serait pas pour le bien, il serait instrumental – pourquoi suis-je bon ? Pour que de bonnes choses se produisent pour moi. C’est du pur skhar et onesh, c’est de la pure récompense et de la pure punition. Je vais faire ces mitzvot [bonnes actions], et quand je ferai ces mitzvot, je n’aurai pas de cancer ; puisque je ne veux pas avoir de cancer, je vais le faire. »

« Mais si c’est au hasard et que vous savez que c’est au hasard, et que vous faites quelque chose de bien malgré le fait qu’il n’y aura peut-être jamais de récompense, alors c’est de la vraie bonté. Et donc la seule façon de créer un monde de vraie bonté, je pense, est de créer un monde de vrai hasard ».

Pour souligner son propos, M. Wolpe a déclaré qu’il avait eu plusieurs fois un cancer et que les gens se demandaient ce que cela signifiait.

Ma réponse a été : « Je ne pense pas que Dieu ait regardé en bas et ait dit, vous savez que Wolpe pourrait avoir besoin d’un petit lymphome. Ce serait bon pour lui »… Je crois vraiment que Dieu peut être avec vous comme une force dans la lutte, mais pas que Dieu vous donne une épreuve spécifique, alors c’est ce à quoi je tiens ».

L’archevêque de Canterbury a ajouté : « Je vous mets en garde contre le fait de croire que Dieu a envoyé le coronavirus pour aider les croyants à avoir une foi plus profonde, si vous voyez ce que je veux dire. »

« Cela fait partie de l’espace que Dieu nous donne dans le monde pour vivre nos vies. Et en vivant nos vies, nous les vivons à travers de terribles catastrophes, de grands triomphes, des moments de joie, des moments les plus banals et les plus médiocres ».

« Quoi qu’il en soit, nous sommes toujours accompagnés par Dieu, nous sommes toujours en présence de Dieu. Il nous suffit de tendre la main pour savoir que Dieu veille sur nous », a-t-il déclaré. « J’hésite beaucoup à dire que c’est envoyé par Dieu, ou causé par Dieu. C’est le résultat de tout le désordre de notre création, que Dieu a rachetée ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...