Israël en guerre - Jour 197

Rechercher

Un soldat syrien « gravement blessé » lors de frappes imputées à Israël près de Damas

L'OSDH a signalé des frappes sur des entrepôts militaires appartenant à des milices soutenues par l'Iran ; une source militaire syrienne a fait état de "dégâts matériels"

Illustration : Des missiles volant près de l'aéroport international, à Damas, en Syrie, le 21 janvier 2019. (Crédit : SANA via AP)
Illustration : Des missiles volant près de l'aéroport international, à Damas, en Syrie, le 21 janvier 2019. (Crédit : SANA via AP)

Israël a mené mercredi des frappes dans les environs de Damas, blessant grièvement un soldat syrien, selon l’agence d’Etat Sana.

Depuis le début de la guerre en Syrie en 2011, Israël a mené des centaines de frappes aériennes contre des positions du régime syrien ainsi que des forces iraniennes et du Hezbollah, alliés de Damas et ennemis jurés d’Israël.

Un correspondant de l’AFP a entendu des explosions dans la nuit dans la capitale syrienne.

Selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH), un organisme basé au Royaume-Uni et disposant d’un vaste réseau de sources à travers la Syrie, les frappes ont visé « des dépôts d’armes appartenant à des combattants pro-iraniens et ont causé un incendie ».

L’OSDH a rapporté que de « violentes explosions » ont été entendues à Damas après minuit mercredi.

Des images et des photos circulant sur les réseaux sociaux, qui proviendraient des frappes aériennes, montrent des incendies sur l’un des sites ciblés.

« Vers 01H05 (22H05 GMT mardi), l’ennemi israélien a mené une agression aérienne depuis le plateau du Golan occupé, visant plusieurs positions au sud-ouest de Damas », a indiqué Sana, citant une source militaire.

Un soldat a été « grièvement blessé » dans cette attaque, qui a également provoqué des dégâts matériels, a ajouté l’agence, selon qui la défense anti-aérienne syrienne a intercepté plusieurs des missiles israéliens.

Israël commente rarement ces frappes au cas par cas, mais affirme vouloir empêcher l’Iran de s’implanter à ses portes.

De nombreuses frappes ont visé le Golan File et d’autres efforts iraniens pour se retrancher à la frontière d’Israël avec la Syrie, dont une en avril.

L’armée israélienne affirme qu’elle s’attaque également aux cargaisons d’armes destinées à ces groupes, notamment au Hezbollah libanais. En outre, des frappes aériennes attribuées à Israël ont à plusieurs reprises visé des systèmes de défense aérienne syriens.

À la fin du mois dernier, des frappes aériennes dans la région de Damas attribuées à Israël auraient visé une base d’entraînement du groupe terroriste Hezbollah.

La base située dans la ville de Dumayr, au nord-est de Damas, a été touchée lors d’une vague de frappes nocturnes sur des cibles dans la capitale syrienne et deux entrepôts ont été endommagés lors de l’attaque, selon l’armée russe. La Russie est un proche allié de la Syrie, elle dispose de forces opérant dans le pays et fournit à la Syrie des défenses aériennes qui tentent d’abattre les avions et les missiles israéliens.

Des soldats israéliens patrouillant la barrière frontalière avec la Syrie, dans le sud du plateau du Golan, le 29 janvier 2023. (Crédit : Michael Giladi/Flash90)

L’unité qui s’entraîne à la base de Dumayr – connue au sein de l’organisation terroriste soutenue par l’Iran sous le nom de « Golan File » – opère dans le sud de la Syrie, près de la frontière israélienne. D’après le reportage sur Kan, les membres du Golan File s’entraînaient en vue de mener des attaques contre Israël.

Golan File s’occupe principalement de la collecte de renseignements et du recrutement d’agents, mais dispose également d’armes, à savoir des explosifs, des armes légères, des mitrailleuses et des missiles antichars, d’après l’armée israélienne.

En mai, des agents du Hezbollah appartenant au Golan File auraient mené des exercices militaires sur la base de Dumayr en préparation pour une attaque contre les troupes américaines en Syrie. Ces informations ont été publiées initialement par le réseau Al-Hadath, avant d’être confirmées par deux responsables des services de renseignement américains au Long War Journal, une publication quotidienne de la Foundation for Defense of Democracies, un groupe de réflexion basé à Washington.

Selon ces informations, des chars d’assaut et des armes légères ont été utilisés pendant les entraînements.

Golan File avait fait la Une des journaux le mois dernier après la reprise des activités d’un agent du Hezbollah en Syrie chargé d’enrôler des habitants pour recueillir des renseignements sur Israël, selon Kan.

Le Hezbollah, soutenu par l’Iran et considéré comme la menace la plus importante le long des frontières d’Israël, est libanais mais est de plus en plus actif en Syrie depuis son soutien au président syrien Bashar el-Assad pendant la guerre civile dans le pays.

Selon l’OSDH, la frappe de mercredi était la 18e opération israélienne visant des sites sur le territoire syrien depuis le début de l’année. Israël a touché plus de 40 cibles lors de ces frappes, notamment des dépôts d’armes et de munitions, des centres militaires et des installations logistiques, indique l’Observatoire, qui s’appuie sur un vaste réseau de sources sur le terrain.

Ces attaques ont tué au moins 48 militaires, dont 18 soldats syriens, 18 combattants non syriens appartenant à des groupes soutenus par l’Iran, cinq membres du Corps des gardiens de la révolution islamique d’Iran et trois hommes du Hezbollah, selon le décompte de l’OSDH.

L’équipe du Times of Israël a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.