Un tribunal israélien saisit un bien ayant appartenu à Arafat à Jérusalem-Est
Rechercher

Un tribunal israélien saisit un bien ayant appartenu à Arafat à Jérusalem-Est

Cette décision a été prise au nom de huit familles dont des membres ont été victimes d'attentats imputés à des Palestiniens et qui réclament des indemnités

Un lopin de terre de Jérusalem Est, appartenant aux héritiers de Yasser Arafat et saisi par un tribunal israélien le 23 janvier 2019. (Crédit : THOMAS COEX / AFP)
Un lopin de terre de Jérusalem Est, appartenant aux héritiers de Yasser Arafat et saisi par un tribunal israélien le 23 janvier 2019. (Crédit : THOMAS COEX / AFP)

Un tribunal israélien a ordonné la saisie conservatoire d’un lopin de terre à Jérusalem-Est appartenant entre autres aux héritiers de Yasser Arafat, sur plainte d’une organisation israélienne cherchant à faire condamner pour « terrorisme » les autorités palestiniennes et les ayants droit d’Arafat.

Rendue mardi et consultée mercredi par l’AFP, cette décision du tribunal de district de Jérusalem a été prise au nom de huit familles dont des membres ont été victimes d’attentats imputés à des Palestiniens et qui réclament des indemnités.

L’organisation israélienne Shurat HaDin, qui se donne pour mission « de défendre l’Etat d’Israël par des moyens légaux » ainsi que les victimes juives du terrorisme, entend que la parcelle serve de garantie d’indemnisation si les plaignants obtiennent gain de cause dans des procédures civiles lancées contre l’Autorité palestinienne, l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) et les ayants droit de Yasser Arafat.

Le terrain d’un peu plus de 2 700 mètres carrés se trouve tout près du mont des Oliviers, face à la Vieille Ville. Israël considère tout Jérusalem comme sa capitale « indivisible », mais la communauté internationale ne reconnaît pas la souveraineté israélienne à Jérusalem-Est.

Les ayants droit de Yasser Arafat, chef historique palestinien et premier président de l’Autorité palestinienne mort en 2004, ne sont en fait propriétaires que de 0,5 % de la parcelle (soit 13,5 m2). Mais le tribunal a décidé qu’il était possible de saisir la totalité du lopin. Les ayants droit ont 30 jours pour faire appel.

Nasser al-Kidwa, neveu de Yasser Arafat et membre lors d’une conférence de presse à Ramallah sur la saisie d’un bien ayant appartenu à Arafat ar un tribunal israélien, le 23 janvier 2019. (Crédit : ABBAS MOMANI / AFP)

« C’est absurde ! », a estimé Nasser al-Qoudwa, le neveu de Yasser Arafat qui dirige la fondation Arafat, lors d’une conférence de presse mercredi à Ramallah, en Cisjordanie. « Le tribunal israélien saisit 2,7 dunums parce que Yasser Arafat en possède une petite partie ? C’est du pillage », s’est-il indigné.

Le dunum est une unité de surface équivalant à 1 000 mètres carrés.

Nitsana Darshan-Leitner, présidente de Shurat HaDin – Israel Law Center (Crédit : Shurat HaDin)

Nitsana Darshan-Leitner, présidente de Shurat Hadin citée dans un communiqué, a justifié la demande de saisie en expliquant que si les victimes ou leurs proches obtiennent satisfaction dans les procédures d’indemnisation en cours, il sera compliqué de récupérer l’argent sur les biens d’Arafat.

« Yasser Arafat a été le grand-père du terrorisme moderne, responsable de la mort de milliers d’hommes, de femmes et d’enfants innocents. Nous ne tolérerons pas que la succession d’Arafat puisse être propriétaire de terres au cœur de Jérusalem, tout en évitant de payer des dédommagements à ses victimes », a-t-elle déclaré.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...