Un vétéran de la guerre de Kippour entre dans la course électorale
Rechercher

Un vétéran de la guerre de Kippour entre dans la course électorale

Motti Ashkenazi et le militant Gad Haran, têtes de liste du parti Justice sociale au scrutin d'avril, veulent faire de la dignité économique une loi fondamentale

Stuart Winer est journaliste au Times of Israël

Motti Ashkenazi, lors d'une conférence de presse à Tel Aviv, annonce le lancement de la campagne électorale de son parti Justice sociale, le 13 janvier 2019. (Crédit : Flash90)
Motti Ashkenazi, lors d'une conférence de presse à Tel Aviv, annonce le lancement de la campagne électorale de son parti Justice sociale, le 13 janvier 2019. (Crédit : Flash90)

Un vétéran de la guerre de Kippour, dont la campagne publique post-guerre en 1973 avait fortement contribué à la chute du gouvernement de Golda Meir à l’époque, a lancé un appel aux candidatures pour les élections du 9 avril au sein du parti Justice sociale, qu’il co-préside.

Âgé de 79 ans, Motti Ashkenazi, qui fut capitaine de réserve pendant la guerre, va diriger le parti aux côtés de l’écrivain et militant Gad Haran, a déclaré le duo lors d’une conférence de presse dimanche à la ZOA House à Tel Aviv, marquant ainsi le début de leur campagne pour les élections législatives.

« Nous sommes là pour corriger des injustices qui ont duré des décennies, » a déclaré Ashkenazi, d’après le site Ynet. « Ça ne se fera pas du jour au lendemain, donc nous avons décidé de commencer par adopter une ‘loi fondamentale pour une existence digne’, ce qui veut dire qu’Israël garantira une assise financière à tous les citoyens pour qu’ils vivent dans la dignité. »

Haran a expliqué que le parti se consacrera à la réduction de la fracture sociale dans la société. Il a précisé que leur liste électorale comportera une variété de candidats, notamment des représentants des communautés âgées et handicapées.

« Il existe aujourd’hui un mur entre ceux qui vivent bien et ceux qui sont dans une situation de véritable détresse ; nous venons du peuple et nous nous intéressons à la vie quotidienne des citoyens », a-t-il ajouté, lançant une pique à l’establishment politique et à la salve de partis formés par d’anciens généraux depuis l’annonce du prochain scrutin électoral.

Le parti Justice sociale est né d’un mouvement social lancé en 2007 et dirigé par l’homme d’affaire russo-israélien Arcadi Gaydamak. Il s’est présenté pour la première fois à des élections nationales en 2013, mais n’avait pas réussi à obtenir le nombre de voies suffisantes pour entrer à la Knesset. Il n’a pas pris part au dernier scrutin organisé en 2015.

Ashkenazi fut le capitaine de l’opération « Fort de Budapest » dans le désert du Sinaï pendant la guerre de Kippour de 1973. Il s’agit du seul fort israélien qui ne soit pas tombé aux mains des Égyptiens, malgré de lourdes pertes.

Au terme de la guerre, il fit campagne seul pour exiger de Moshe Dayan qu’il prenne ses responsabilités quant à l’échec de la guerre et qu’il démissionne. Dans les mois suivants, et après la publication du rapport de la commission d’enquête Agranat soulignant le manque de préparation de l’armée israélienne, la Première ministre d’alors, Golda Meir, démissionna, ce qui mit fin au mandat du gouvernement travailliste.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...