Rechercher

Une attaque au couteau déjouée dans une implantation

Les forces de sécurité ont arrêté un Palestinien de 21 ans qui tentait de franchir la clôture de Beit El muni d'une arme

Photo d'illustration : Les soldats israéliens près du checkpoint de Beit El, en Cisjordanie, le 15 mai 2021. (Crédit : Flash90)
Photo d'illustration : Les soldats israéliens près du checkpoint de Beit El, en Cisjordanie, le 15 mai 2021. (Crédit : Flash90)

Les personnels de sécurité israéliens ont déjoué une attaque au couteau dans l’implantation israélienne de Beit El, samedi matin.

Un Palestinien de 21 ans, qui tentait de franchir la clôture de Beit El aux environs d’onze heures du matin, a été remarqué par un gardien de sécurité. L’équipe de sécurité de l’implantation et l’armée israélienne se sont rendus sur les lieux.

Un gardien est arrivé alors que le suspect tentait encore de grimper sur la clôture. Il s’est livré à un tir de sommation et il a appréhendé l’individu qui transportait un couteau.

L’homme a été emmené par le Shin Bet et il sera interrogé. Il a reconnu avoir projeté de commettre un attentat terroriste à Beit El, a précisé la Treizième chaîne.

Le suspect est arrivé de la ville de Silwad, en Cisjordanie. Les forces israéliennes ont arrêté des terroristes présumés dans cette localité, ces dernières semaines – des opérations qui ont entraîné des affrontements entre soldats et habitants et qui ont fait plusieurs morts du côté palestinien. Les forces de sécurité israéliennes traquent les terroristes présumés dans toute la Cisjordanie suite à une série d’attaques meurtrières en Israël.

Beit El est une implantation située au nord de Jérusalem, et près de Ramallah.

Les Palestiniens des communautés voisines ont tenté de perpétrer des attaques à Beit El à de multiples reprises ces dernières années et notamment en 2019, année où un petit garçon de sept ans avait été blessé par des tirs.

Cette tentative d’attaque au couteau survient dans un contexte de fortes tensions entre Israël et les Palestiniens.

Le mois sacré du ramadan, qui est habituellement une période de friction, entraîne la venue de dizaines de milliers de fidèles palestiniens à Jérusalem. Le ramadan, cette année, coïncide avec Pessah, la fête juive qui dure une semaine, et avec Pâques et le vendredi saint chez les chrétiens.

Les fidèles musulmans se sont heurtés à la police israélienne sur le mont du Temple, un site particulièrement sensible, vendredi matin mais les prières à la mosquée al-Aqsa, qui se dresse sur le mont, se sont terminées pacifiquement dans l’après-midi. Le mont du Temple est le site le plus saint du judaïsme et la mosquée al-Aqsa est le troisième site le plus sacré de l’Islam aux yeux des musulmans.

En plus des frictions entraînées par la fête, les soldats israéliens ont mené des raids importants en Cisjordanie dans le sillage de la pire vague d’attentats terroristes commis en Israël depuis des années.

Cette série d’attaques a tué quatorze personnes au sein de l’État juif et au moins 15 personnes sont mortes du côté palestinien lors d’affrontements avec les forces israéliennes en Cisjordanie.

Les militaires israéliens ont levé la fermeture des postes-frontières permettant d’entrer en Israël depuis les territoires palestiniens juste après minuit, entre samedi et dimanche. Cette fermeture avait été décidée pour le début de Pessah, vendredi.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...