Rechercher

Une auteure mexicaine explore son histoire sépharade et son crypto-judaïsme

Angelina Muñiz-Huberman, à qui sa mère a dit que sa famille était en fait des Juifs, écrit souvent sur l'identité cachée, les Juifs ibériques et le mysticisme juif

Angelina Muñiz Huberman est l'une des rares juives de la prestigieuse Académie mexicaine de la langue. (Crédit : avec l'aimable autorisation de Huberman/ via JTA)
Angelina Muñiz Huberman est l'une des rares juives de la prestigieuse Académie mexicaine de la langue. (Crédit : avec l'aimable autorisation de Huberman/ via JTA)

MEXICO (JTA) – Quand Angelina Muñiz-Huberman avait six ans, sa mère a fermé la porte d’entrée de leur appartement à Mexico et, chuchotant comme si on la persécutait, lui a dit qu’elle descendait des Juifs.

« Elle m’a dit que si j’avais besoin un jour d’être reconnue par d’autres Juifs, je devais faire le signe des kohanim », un geste de la main représentant une ancienne bénédiction sacerdotale, rendu notamment célèbre par la fameuse série « Star Trek ».

Ce moment a suscité un vif intérêt pour l’héritage juif de sa famille, ce qui l’a amenée à devenir l’une des romancières mexicaines les plus connues sur des thèmes juifs et l’une des plus grandes spécialistes des sépharades et du crypto-judaïsme – ces personnes qui ont été contraintes de renoncer à leur judéité ou de la cacher en raison de l’Inquisition espagnole.

Le mois dernier, Mme Muñiz-Huberman, âgée de 84 ans, a été intronisée dans le corps littéraire le plus prestigieux du Mexique, l’Académie mexicaine de la langue, qui a été créée plusieurs décennies après l’indépendance du Mexique pour protéger et promouvoir les intonations et les usages mexicains de l’espagnol.

L’adhésion à ce corps académique, composé de 36 membres, est un processus hautement sélectif dans lequel les nouveaux membres doivent être élus par les membres actuels.

Margo Glanz (Crédit : CC BY-SA 3.0)

Sur les neuf femmes membres du conseil d’administration, quatre ont une ascendance juive ; certaines, comme l’écrivaine Margo Glanz, fille du poète yiddish Jacobo Glanz, ont activement traité de leur ascendance juive dans leurs textes les plus importants.

Mais l’œuvre de Muñiz-Huberman se distingue par ses recherches sur le ladino, une ancienne forme de judéo-espagnol parlée par les Juifs sépharades après leur expulsion de la péninsule ibérique. En plus d’être une pionnière des études sépharades au Mexique et de mener des recherches sur les crypto-juifs, comme ceux de sa famille, Muñiz-Huberman s’est également intéressée aux traditions juives mystiques, notamment la Kabbale.

Ses travaux universitaires influencent souvent sa fiction. L’un de ses derniers romans, intitulé Los Esperandos, raconte l’histoire de pirates sépharades en Méditerranée et dans les Caraïbes au XVIIe siècle.

Lauréate de plusieurs prix, dont le prix littéraire Xavier Villaurutia, Huberman est principalement connue pour sa poésie et ses romans. L’un de ses livres les plus connus, Dulcinea Encantada, publié en 1992, raconte l’histoire d’un des béguins de Don Quichotte dans le Mexique moderne. Coincé dans les embouteillages, le protagoniste se met à rêvasser et rencontre des personnages espagnols, russes et mexicains fantastiques issus de l’histoire.

La ville de Belmonte, au Portugal, qui accueillait une large population de crypto-Juifs. (Crédit : CC BY Ken and Nyetta, Flickr)

Mme Muñiz-Huberman est née dans le sud de la France en 1936. Son père, Alfredo Muñiz, était un journaliste espagnol qui écrivait pour le journal Heraldo à Madrid. Lorsque Franco a remporté la guerre civile espagnole, sa famille a été contrainte de quitter l’Espagne pour la France, qu’elle a dû fuir à nouveau en 1939, lorsque les nazis ont avancé dans le pays.

Ils ont atterri à Cuba et ont vécu à la campagne pendant une courte période avant de s’établir au Mexique. Muñiz-Huberman s’est souvenue de son enfance sur l’île dans son livre de 1995 intitulé Castillos en la tierra, qu’elle a qualifié de « pseudo-mémoire » mêlant réalité et fiction.

En 1942, ils sont ensuite allés à Mexico, où son père a créé une antenne d’une société de tests de laboratoires médicaux appartenant à un parent qui vivait à New York. La famille vit avec d’autres émigrés dans le quartier de Condesa, un centre de la classe moyenne juive yiddishophone de l’époque. C’est là qu’elle apprend ses origines juives.

Le nom de famille de sa mère Carmen, Sacristán, n’est pas typiquement juif, mais selon Huberman, après l’expulsion des Juifs d’Espagne en 1492, beaucoup ont décidé de changer leur nom de famille pour qu’il sonne plus chrétien, afin d’échapper aux persécutions.

« Ces générations de Juifs vivant en Espagne maintenaient une façade catholique mais célébraient les traditions juives à l’intérieur de la maison », a déclaré Muñiz-Huberman à la Jewish Telegraphic Agency.

Ses premières œuvres de fiction utilisent des monologues intérieurs pour réfléchir à ce que signifie le fait de cacher son identité. Dans son premier roman, Morada Interior, publié en 1972, elle écrit un monologue intérieur du point de vue de Teresa de Ávila (parfois appelée Teresa de Jesus), une mystique chrétienne espagnole issue d’une famille de Juifs convertis. Muñiz-Huberman a utilisé des extraits du véritable journal intime de la religieuse pour créer un récit fictif sur la façon dont elle est en conflit avec son identité juive cachée.

Une cuisine dans des caves de Grenade similaires à ce qui peut avoir été utilisé par des crypto-Juifs du 16e siècle. (Crédit : autorisation : Marjorie Sandor)

Le mari de Muñiz-Huberman, Alberto Huberman, est né à Cuba et a émigré au Mexique après la révolution cubaine pour terminer ses études de médecine. Membre du groupe de jeunesse sioniste de gauche Hashomer Hatzair, il avait auparavant vécu en Israël, où il avait co-fondé le kibboutz Gaash.

« Il a construit les maisons, le château d’eau, toute l’infrastructure », a déclaré Muñiz-Huberman. Ils se sont mariés en 1959.

Depuis plus de trois décennies, Mme Muñiz-Huberman donne des cours de littérature hispano-hébraïque à l’Université nationale autonome du Mexique, un mastodonte de près de 250 000 étudiants dont le principal campus se situé dans la capitale. Elle a déclaré que nombre de ses étudiants, après avoir suivi son cours, ont réalisé qu’ils avaient également des antécédents crypto-juifs et qu’ils s’étaient officiellement convertis au judaïsme.

Au-delà de son côté juif, Mme Muñiz-Huberman se considère également comme une représentante de l’exil espagnol, un nom qui fait référence aux « républicains » qui ont fui la guerre civile espagnole sous les auspices du président mexicain Lazaro Cardenas à la fin des années 1940. Ces intellectuels et écrivains ont joué un rôle important au sein d’organismes universitaires comme le MAL et ont fondé des institutions d’éducation libérale comme le Colegio de México.

« À bien des égards », a déclaré Muñiz-Huberman, « j’ai vécu un double exil ».

Ce sentiment de dislocation et de nostalgie d’une terre autrefois perdue est présent dans nombre de ses œuvres, ont souligné les critiques. Elle y a fait explicitement référence dans son discours d’inauguration de l’académie, qui a été diffusé en continu le 19 novembre dernier.

Mme Muñiz-Huberman a parlé de l’historien Miguel Leon Portilla, dont elle a pris la chaire à l’académie, qui a consacré sa vie à étudier et à dépeindre le « côté perdant » de l’Histoire, en particulier les cultures indigènes conquises par les Espagnols.

Les Juifs et les Républicains espagnols se trouvaient tous deux du « côté des perdants » de l’Histoire, a déclaré Mme Muñiz-Huberman. Ils ont tous deux été contraints d’émigrer, mais ont tous deux trouvé dans leur langue maternelle le réconfort et la force de continuer.

« Pourquoi sommes-nous ici, dans cette prestigieuse institution, si ce n’est par amour des mots ? Les mots nous accompagnent dans l’exil, effacent notre solitude, établissent la fraternité et nous consolent. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...