Une bande dessinée norvégienne compare Israël aux nazis et à la Corée du Nord
Rechercher

Une bande dessinée norvégienne compare Israël aux nazis et à la Corée du Nord

L'ambassade israélienne affirme que ces comparaisons 'inappropriées' équivalent à des discours de haine

La bande dessinée publiée en Norvège par Dagbladet comparant Israël à l'Allemagne nazie et à la Corée du Nord le 24 septembre 2015.
La bande dessinée publiée en Norvège par Dagbladet comparant Israël à l'Allemagne nazie et à la Corée du Nord le 24 septembre 2015.

L’ambassade israélienne en Norvège a condamné le troisième plus grand journal du pays scandinave pour avoir publié une caricature qui qualifie Israël de nation de « meurtriers » comparable aux nazis allemands et à la Corée du Nord.

Dagbladet a publié jeudi la bande dessinée, qui montre une femme dans un supermarché bio à la recherche en vain de produits alimentaires éthiquement fabriqués.

« Les aliments biologiques, hein ? », peut-on lire dans le premier panneau, selon une traduction en hébreu publiée sur le site d’informations Ynet. « Mais quel est l’intérêt si la nourriture produite est contraire à l’éthique ? ».

Le panneau suivant montre la femme tenant une orange en disant : « Ces oranges viennent d’Israël. Vous soutenez des meurtriers ».

Ensuite, elle ramasse une boîte de pâtes, examine son étiquette, et dit : « ce sont des macaronis fabriqués en Corée du Nord ? Comment avez-vous pu avoir cela ? », s’interroge-t-elle.

Dans le dernier panneau, la femme tient une boîte de pizza surgelée marquée d’une croix gammée portant le label « Fabriqué en Allemagne nazie » et intégrant le logo de l’organisation SS nazie. Elle dit : « Et cette pizza est de N … Qu’est-ce que c’est que ce magasin de toute façon ? ».

L’ambassade d’Israël a qualifié la comparaison d’ « inappropriée » et « offensante car elle implique que l’achat de produits israéliens est contraire à l’éthique, ce qui donne aux consommateurs le sentiment qu’ils soutiennent des assassins ».

L’ambassade a déposé une plainte contre Dagbladet, avertissant que la bande dessinée pourrait déclencher de la violence.

« Il y a une mince ligne entre la liberté d’expression et les discours de haine, et ce dessin a franchi cette ligne », a écrit l’ambassade dans sa plainte contre le papier.

Selon Ynet, le rédacteur en chef de Dagbladet a rejeté la réponse israélienne qu’il a trouvée disproportionnée et a refusé de présenter ses excuses pour la bande dessinée, affirmant que le dessin était « seulement une caricature ».

La caricature antisémite publiée par Dagbladet (Crédit : Capture d'écran / Dagbladet.no)
La caricature antisémite publiée par Dagbladet (Crédit : Capture d’écran / Dagbladet.no)

Le journal a déjà fait l’objet de critiques pour ses préjugés antisémites et anti-Israël de ses bandes dessinées au cours des dernières années.

Une caricature publiée en novembre 2011 par le papier controversé assimilait l’Holocauste à la crise humanitaire dans la bande de Gaza.

Puis, en 2013, le journal a publié un dessin très déplaisant pour indiquer son opposition au rituel juif de la circoncision des bébés de sexe masculin.

Dans cette image, la mère d’un enfant juif est vue tenant une Torah imbibée de sang tout en disant : « maltraiter ? Non c’est la tradition, une partie importante de notre croyance ».

À l’autre extrémité de l’enfant, qui est étalé sur la table, un homme juif – soit le père du garçon ou un rabbin – est en train de poignarder le garçon sur le front avec la fourche du diable à trois dents tout en coupant ses orteils.

Le rabbin Abraham Cooper, du Centre Simon Wiesenthal, avait à l’époque dénoncé la « diffamation sanglante de la caricature » qui est « si violemment antisémite qu’Hitler et Himmler pleureraient de joie ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...